GRANDS DOSSIERS

Le temps dans les soins

Cet article fait partie du dossier :

Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

    Précédent Suivant


L’approche conceptuelle du temps procède d’un cumul de notions scientifiques et temporelles, toutes reliées les unes aux autres et rendant complexe son étude. Son apprentissage, la perception d’une durée, la prise de conscience d’une période et la capacité à se projeter dans un autre espace temps relèvent d’une multitude de connexions et de contraintes que le soignant doit connaître pour accompagner au mieux celui qui découvre, apprend et vit sa maladie au quotidien.

n° 769 - Octobre 2012
Avant-propos - Appréhender le temps

Dossier SOINS - Le temps dans les soins

L’approche conceptuelle du temps procède d’un cumul de notions scientifiques et temporelles, toutes reliées les unes aux autres et rendant complexe son étude. Son apprentissage, la perception d’une durée, la prise de conscience d’une période et la capacité à se projeter dans un autre espace temps relèvent d’une multitude de connexions et de contraintes que le soignant doit connaître pour accompagner au mieux celui qui découvre, apprend et vit sa maladie au quotidien.

À l’hôpital, tout se passe souvent comme si les soignants n’avaient jamais le temps. Que serait “avoir le temps” dans une logique de prendre soin ? Il s’agit d’être disponible et concentré sur l’instant en évitant de penser à l’endroit où il faudra se trouver dans cinq minutes ou à ce qui reste encore à réaliser. En effet, est-il possible pour le soignant d’adopter une logique d’accompagnement de qualité quand il est davantage tourné vers une logique quantitative de quête du temps ? “Avoir” le temps serait ainsi “être” le temps, c’est-à-dire l’incarner, s’accordant le droit d’être présent et de donner de soi que ce soit avec le patient, la famille ou les collègues.

Le temps passe d’autant plus vite qu’il n’est jamais pleinement investi. Les missions de planification demandent aux soignants d’être à la fois dans l’organisation d’un quotidien, avec des tâches récurrentes, et dans l’imprévisibilité du jour, avec des événements subits. L’anticipation demande de la réactivité et le temps futur se pense dans le passé. Le présent, quant à lui, espère un futur meilleur.

Le temps est à la fois maladie et remède. Il se suffi t à lui-même pour exposer une problématique et en découvrir la solution. Il est nécessaire pour être, faire, dire et comprendre. Le temps de la formation et du choix des méthodes pédagogiques pour permettre à l’apprenant d’acquérir des connaissances et de les contextualiser est un gage de compétences.

L’infirmière doit aussi être capable de se transporter dans le temps et accepter de se trouver immergée dans une autre temporalité que la sienne : celle du patient qui vit la maladie et la perception de sa mort éventuelle, mais aussi celle de celui qui, dans la rencontre interculturelle, raconte son histoire de vie, sa migration, son exil parfois. Le temps du récit devient alors temps sacré et le soignant se doit de l’accueillir et de l’honorer à sa juste mesure. La mise en œuvre de l’alliance thérapeutique, de la confiance dans la relation de soins et d’une relation humaniste en dépend.

Au sommaire du dossier "Le temps dans les soins"

Creative Commons License


Revue SOINS n°769 - Octobre 2012
http://www.elsevier-masson.fr

Retour au sommaire du dossier Revue Soins et La Revue De l'Infirmière

Commentaires (2)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

587 commentaires

#2

mais bien sur...

"Le temps passe d’autant plus vite qu’il n’est jamais pleinement investi".

donc si les soignants se plaignent qu'ils n'ont pas le temps, c'est parce qu'ils ne savent pas s'organiser ???

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

HUM...

[...À l’hôpital, tout se passe souvent comme si les soignants n’avaient jamais le temps...]
:)
Bref, encore du blablabla de cadre qui laisse supposer que l’IDE a du temps ("comme si") et qu’il l’occupe à de moins nobles besognes que celles suggérées dans ce pathétique pamphlet.

Tout cadre que vous êtes, citer et intellectualiser ne suffit pas… encore faut il argumenter.

Et les cadres, à quoi dont pourraient ils/elles occuper le temps qu’ils/elles ne passent pas au service des patients à charge y compris dans le lien structure/ville ?

[... L’infirmière doit aussi être capable de se transporter dans le temps...]
:)
Encore une nostalgique de star trek...