AU COEUR DU METIER

Vers des services polyvalents de soins et d'aide à domicile (Spasad)

    Précédent Suivant

La secrétaire d'Etat à la famille, aux personnes âgées et à l'autonomie, Laurence Rossignol, a formulé, le 27 septembre 2014, l'objectif de transformer, sur cinq ans, l'ensemble des services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) en services polyvalents de soins et d'aide à domicile (Spasad).

soins à domicile infirmière

Les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) bientôt transformés en services polyvalents de soins et d'aide à domicile (Spasad).

Aux cinquièmes assises nationales de l'aide à domicile, organisées à Paris par le Journal du domicile, Laurence Rossignol, secrétaire d'Etat à la famille, aux personnes âgées et à l'autonomie, a annoncé qu'elle impulserait des actions à court terme, en complément de la future la loi d'adaptation au vieillissement et du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2015. Elle a affirmé avoir un cap désormais clair : conduire ensemble un plan de transformation pour qu'en cinq ans, les 2 300 Ssiad fonctionnent en Spasad et en bonne articulation avec les autres acteurs du parcours de vie des personnes fragilisées. Elle a cité à cet égard les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), l'hospitalisation à domicile (HAD), les centres de santé infirmiers, ou encore l'hôpital. Cette transformation va être importante. Nous essaierons de faire en sorte qu'elle soit le moins brutale possible, mais elle est nécessaire. Je vais avoir besoin d'un secteur du domicile uni et mobilisé si nous voulons avancer ensemble, a-t-elle souligné.

Elle s'est dite convaincue que la réforme tarifaire de l'aide à domicile seule ne suffira pas et qu'il faut conduire une réforme organisationnelle et culturelle afin de décloisonner les interventions et les métiers de l'aide et des soins à domicile. Au-delà de la recherche d'efficience, cette intégration des prestations pour éviter les défilés d'intervenants correspond aussi [...] aux attentes des personnes et des aidants que nous accompagnons, a-t-elle ajouté. Elle a aussi mentionné un intérêt en termes de formation des professionnels, puisqu'ils pourront évoluer plus facilement entre l'aide et le soin à domicile.

Laurence Rossignol a rappelé que le projet de loi "vieillissement" prévoit le lancement d'une expérimentation de Spasad plus intégrés qui dépasseront la coordination et surtout, seront éligibles aux actions de prévention financées par la future conférence des financeurs dotée de 140 millions. Je souhaite que le cahier des charges soit concerté et prêt dans la foulée de l'entrée en vigueur de la loi, a-t-elle précisé, notant aussi que les 83 Spasad existants ont naturellement vocation à rejoindre ces Spasad de nouvelle génération.

La secrétaire d'Etat a cité plusieurs mesures concernant les Spasad qui pourront être lancées sans attendre le vote définitif du projet de loi. Certes, le dispositif réglementaire et tarifaire actuel n'est pas parfait, certes l'autorisation conjointe par l'agence régionale de santé (ARS) et le conseil général n'est pas toujours facile à obtenir, a-t-elle reconnu. Mais elle a appelé à dépasser ces problèmes et à avancer avec pragmatisme et avec les outils existants.

Elle a invité les acteurs de l'aide à domicile présents dans la salle à mobiliser dès maintenant leurs réseaux respectifs pour constituer des Spasad, par fusion ou groupements de coopération.

Elle a dit avoir mobilisé la semaine dernière les directeurs généraux d'ARS sur cette dynamique afin de lever leurs éventuelles réticences et afficher un portage politique fort. Elle entend écrire très prochainement à l'ensemble des présidents de conseils généraux pour délivrer le même message.

Dès lors, la suite des travaux sur la tarification des services de soins infirmiers à domicile (Ssiad) devra être menée dans le nouveau cadre du cahier des charges des Spasad expérimentaux prévus par le projet de loi vieillissement. La secrétaire d'Etat a demandé à la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) et à la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) de lier ces travaux.

Mise en place « à budget assurance maladie constant »

Je n'ai pas la prétention de dire que les Spasad seront une solution miracle, a nuancé Laurence Rossignol. Ils devront d'ailleurs se mettre en place à budget assurance maladie constant, mais en travaillant autour d'un redéploiement des frais de structures et des charges administratives mutualisés au niveau du Spasad vers les dépenses d'intervention directes et indirectes et les projets de prévention, a-t-elle aussitôt précisé.

S'agissant des Spasad qui interviennent dans les expérimentations sur les parcours de soins des personnes âgées à risque de perte d'autonomie (Paerpa), un décret permettant des dérogations tarifaires paraîtra très prochainement.  A ce sujet, Marisol Touraine a signé le 26 septembre dernier la première convention territoriale d'expérimentation Paerpa en région centre autour de Loches, en Indre-et-Loire.

Le lancement du Plan maladies neurodégénératives (PMND) le mardi 28 octobre sera aussi l'occasion de conforter les équipes spécialisées Alzheimer au sein des Ssiad et ainsi de renforcer la présence d'équipes pluridisciplinaires au sein des services à domicile.

Retour au sommaire du dossier Coordinateur

Publicité

Commentaires (3)

avocette

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

il ya déjà un chef d'orchestre: le SSIAD

Bonjour,,

Les SPASAD sont le regroupement d'un SAD et d'un SSIAD service de soins infirmiers à domicile. Les infirmiers sont donc bien là. Quand à l'IDEL chef d'orchestre de la prise en charge à domicile, belle idée que vous tentez de concrétiser avec votre idée de plate forme (exactement les missions d'un SSIAD...), mais encore faudrait-il que les IDEL dans leur grande majorité s'intéressent un minimum à la prise en charge globale, au travail en partenariat et ne se contentent pas d'accumuler les actes dans le seul objectif d'augmenter leurs revenus.
Le commerce de soins infirmiers me parait assez peu compatible avec la culture infirmière de pris en charge globale, de rôle propre infirmier et de travail en transversalité.
Mais tant mieux si certains (rares) IDEL se démarquent de cette attitude. ce n'est pas malheureusement pas ce que je constate sur mon département.

laster

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

SPASAD

Nous avons essuyé 2 refus pour le SPASAD, alors que nous sommes validés tel quel par le Tribunal de commerce.Les ARS et CG n'en veulent pas!Nous sommes donc un SAAD Privé à l'heure actuelle.Cela me fait doucement rire, car les circulaires sont interprétées par les institutions.!Certains IDEL sont dans cette démarche et nous travaillons en partenariat avec eux.Tout glissement de taches est inexistant.Il n'y a pas de chef, mais une coordination et une dynamique commune.Nous travaillons en équipe pluridisciplinaire, kiné, ostéo,....Toute l'équipe est au même niveau, chacun apportant ses compétences pour le maintien du patient.

kortez

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

et pourquoi pas placer l'idel comme chef d'orchestre de la prise en charge à domicile

et voilà comment le gouvernement complètement dépasser par le financement du grand âge souhaite doucement mais surement créer un nouveau métier une sorte d'aide à domicile prodiguant des soins infirmiers sans compétences spécifiques reconnues en transférant l'essentiel du rôle propre infirmier.
L es grands acteurs de l'aide à domicile l'ont bien compris et proposent d'ores et déjà sur leur site internet "des soins" prodigués par des aides à domicile.
Pourtant il existe une solution simple et peu coûteuse, consistant à revaloriser notre rôle infirmier auprès de nos patients souvent méconnu du grand public.
Ne sommes nous pas les professionnels les plus appropriés pour apprécier le projet de vie de nos patients et être le pivot entre les différents corps de métier officiant chez nos patients pour leur bien être.
La démarche de soin infirmière permet de proposer un projet de vie, ne parlons nous pas de prise en charge globale, les ressources au niveau national, nous permettent concrètement d'intervenir sur l'ensemble du territoire, reste notre volonté collective à définir ses choix pour l'avenir.
Pour ma propre contribution, j'ai crée une plate forme permettant à l'infirmier d'être l'acteur principal de la prise en charge à domicile en coordonnant l'ensemble des services qu'un patient peut nécessiter, mais seul j'irai pas loin, par contre ensemble nous pouvons nous réapproprier notre rôle propre et prendre la place qui est la notre, à savoir l'acteur principal de la prise en charge à domicile.