LIVRE

Notre sélection de livres du mois d’avril 2022

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

    Précédent Suivant

Avec 100 médecines douces validées par la science (Belin), Grégory Ninot livre un premier inventaire d'interventions non médicamenteuses qui ont fait leurs preuves.

Voilà un livre qui nous aide à sortir du brouillard, celui de la nébuleuse de ces médecines dites douces de plus en plus utilisées, sans que l'on ne sache la plupart du temps si c'est à bon escient. Depuis une trentaine d'années, Grégory Ninot s'attache à obtenir des données permettant de trier le bon grain de l'ivraie en évaluant des méthodes de soins diverses et variées pour les faire entrer dans le champ de la science. Professeur en santé à l'Université de Montpellier, il y a créé une unité de recherche multidisciplinaire et a mené quantités d'essais cliniques, notamment à l'Institut du cancer de Montpellier où ont été éprouvées des thérapeutiques complémentaires aux traitements traditionnels comme des programmes d'exercice physique adapté. Aujourd'hui, Grégory Ninot veut témoigner des immenses progrès de la recherche accomplis à travers le monde sur ces médecines douces. En attestent des centaines de méta-analyses qui lui permettent de publier un guide pour y voir plus clair. Aussi pratique que méthodique, il défend une médecine fondée sur les preuves illustrée en cent méthodes détaillées pour prévenir, soigner ou guérir un grand nombre de maladies, de la lombalgie au stress post-traumatique en passant par les troubles cardiovasculaires, la dépression ou la maladie d'Alzheimer.

Ce guide ne délivre pas de remèdes miracles, mais des solutions de santé éprouvées par des études cliniques ayant démontré un niveau d'efficacité significatif, et ainsi qualifiées d'interventions non médicamenteuses, ou INM, acronyme appelé à devenir une sorte de label de qualité. Avec systématiquement une méthode bien définie pour un problème de santé particulier. Ainsi il ne s'agit pas de généraliser et de dire par exemple que l'acupuncture est efficace, mais d'expliquer pourquoi et comment cette dernière peut s'avérer bénéfique à des malades cancéreux face aux nausées causées par la chimiothérapie, en commençant par se référer aux essais randomisés qui le constatent. Les INM recensées par Grégory Ninot peuvent relever de la diététique comme de pratiques manuelles ou psycho-corporelles, et à chaque fois sont présentés leurs bénéfices, leurs mécanismes d'action, leurs risques éventuels ainsi que les praticiens aptes à les dispenser, majoritairement des professionnels de santé. On fera d'ailleurs appel à des infirmiers pour une douzaine d'INM auxquelles ils ont été formés, telles que la réflexologie plantaire contre les troubles du sommeil, une méthode d'apprentissage du contrôle de l'asthme ou l'utilisation d'une application numérique contre le syndrome de l'intestin irritable. Très vaste, la palette d'interventions est évidemment appelée à s'étendre au fur et à mesure que de nouvelles méta-analyses valideront de nouvelles méthodes, mais avec ce guide chacun peut dores et déjà opter pour celles qui lui conviennent et bénéficier de médecines à la fois douces et sûres.

100 médecines douces validées par la science (Belin), de Grégory Ninot

A lire aussi...

Formation

C'est l'histoire d'un abandon, celui du diplôme d'infirmier de secteur psychiatrique supprimé le 23 mars 1992 par le législateur tandis qu'il créait le diplôme d'Etat d'infirmier polyvalent. Allaient alors être progressivement expurgés de la formation des infirmiers ses contenus psychiatriques en le justifiant par une supposée absence de besoin de connaissances spécifiques. Un déni de réalité évacuant la nécessité pour les soignants en psychiatrie d'apprendre notamment à travailler sur eux-mêmes, à développer leur qualité d'insight (conscience du trouble) ou encore à savoir s'initier à des dynamiques de groupes. Résultat, les contentions qui étaient devenues rares se sont banalisées dans une négation de l'empowerment (pouvoir d'agir des usagers dans l'autonomie) de patients trop souvent enfermés ou attachés à leur lits, car l'on ne saurait plus faire autrement. Grâce à des entretiens avec six infirmiers(ères) au parcours et aux conceptions du soin différentes, ce livre montre qu'il n'en est rien car d'autres méthodes demeurent possibles pour une profession en manque de formation. Un ouvrage éclairant, comme l'étaient déjà L'essence du soin et Comment devenir infirmière ?, publiés dans la même collection.

Les infirmiers psychiatriques au cœur du soin, de Michel Combret, Dominique Friard, Jean Lanquetin et Benjamin Villeneuve (Seli Orsan)

Respiration

Chercheuse en psychologie et neuroscience, Fanny Nusbaum nous entraine dans la déconcertante réalité d'un état modifié de conscience qu'elle explore depuis son enfance. Cette hypnose provoquée ou survenant naturellement par la manifestation très courante de l'auto-hypnose, elle en montre toutes les facettes, avec évidemment le volet thérapeutique d'une discipline aujourd'hui présente à l'hôpital comme un outil d'anesthésie capable d'atténuer la douleur et le stress lié à une opération. Mais c'est surtout vers un éveil de potentialités insoupçonnées que cette forme de dissociation de l'esprit aurait la capacité de nous entrainer « dans une sorte de dialogue étrange entre soi-même et soi-même ». En fait une invitation à cultiver son imagination donc à stimuler son intelligence, dont l'auteur tire une philosophie assez réjouissante qui impose de s'armer d'optimisme.

Le cerveau sous hypnose, de Fanny Nusbaum (Humensciences)

Brice Perrier

Retour au sommaire du dossier Livres de la rédaction

Publicité

Commentaires (0)