DOCUMENTATION

Portrait - Pascal Margueritat : infirmier et hypnopraticien

Une carrière qui conjugue l’exercice des soins infirmiers en ville et la pratique de l’hypnose à visée thérapeutique : rencontre avec Pascal Margueritat.
Cet article a été publié dans la revue Avenir et Santé de septembre 2011, magazine de la Fédération nationale des infirmiers, que nous remercions une fois encore de ce bel échange.


portrait pascal margueritat infirmier hypnoseInfirmier libéral, installé depuis le 1er janvier 2001, Pascal Margueritat est également hypnopraticien et, depuis le 1er juin 2010, il reçoit à Blois dans son cabinet d’hypnose deux jours par semaine. « Depuis mon adolescence, l’hypnose m’a toujours intéressée. Avant de me former à cette technique, j’ai d’abord pratiqué la sophrologie également dans le cadre de mes soins lorsque j’étais infirmier hospitalier. Aujourd’hui, dans mon cabinet, j’utilise principalement l’hypnose qui donne des résultats probants de façon beaucoup plus rapide. »

« L’hypnose est un outil fascinant », explique-t-il. « Elle effraie encore. Pourtant, c’est tout sauf de la magie. Et nul besoin de posséder quelque don d’aucune nature. L’hypnose n’est qu’un outil qui conduit à un état élargi de conscience offrant une sensibilité accrue. Le praticien utilise la stimulation des cinq sens pour permettre aux personnes d’accepter des suggestions. Oui, l’hypnose procède d’une forme de manipulation, mais celle-ci n’est efficace que lorsque la suggestion est conforme aux valeurs et aux aspirations de la personne. Il n’est pas possible de faire faire quelque chose à une personne contre son gré.»
« L’hypnose est une technique que j’utilise pour aider les gens à vivre les changements qu’ils souhaitent conduire dans leur vie, à devenir plus acteurs que spectateurs de leur vie, à gagner en autonomie et en liberté. L’hypnose est un vrai vecteur de changement dans de nombreuses sphères de la vie. » Pascal a ainsi aidé plusieurs personnes à arrêter définitivement de fumer, à mieux gérer leur stress, à retrouver une qualité de sommeil, à améliorer leurs performances sportives, à diminuer fortement une douleur ressentie, à se débarrasser de certains comportements gênants…
« Les personnes ont dans leur esprit toutes les solutions. Je suis juste là pour les aider à réaliser le potentiel qu’ils ont en eux en le mobilisant avec succès. » Pascal prend l’exemple des fumeurs qui ont le désir sincère d’arrêter et qui constituent le 1er motif de consultation.

« Par l’hypnose, nous utilisons des processus psychologiques qui vont leur redonner de la fierté. Et cette fierté, ensuite, ils vont pouvoir la transposer dans d’autres sphères de leur vie professionnelle, familiale ou personnelle. Après avoir cessé le tabac, nombreux anciens fumeurs retrouvent une confiance en eux dans de nombreux domaines. Certains ont changé leur point de vue envers eux-mêmes et sont capables de réaliser des choses qui auparavant n’auraient pas été possibles. » Les résultats sont extrêmement rapides. Pascal raconte le cas d’une patiente qui souffrait de façon permanente, nuit et jour, depuis 7 ans, de douleurs lombaires suite à un cancer, des douleurs extrêmement fortes (évaluées à 8 sur une échelle de 1 à 10) qui, après deux séances d’hypnose, ont vu leur niveau ressenti diminuer de 8 à 2. « La vie de cette personne a changé, elle a repris les 7 kg qu’elle avait perdus et elle a retrouvé une vie sociale. »
Idéalement, Pascal souhaiterait pouvoir exercer 50 % de son activité dans les soins infirmiers et 50 % dans la pratique de l’hypnose. « J’ai la chance de faire deux métiers que j’aime et qui m’épanouissent tout autant. » Et s’il exerce ces deux activités de façon distincte, l’une dans un cabinet spécifique, l’autre dans un cabinet en association avec un confrère, elles sont tout à fait complémentaires.

« Je me sers quotidiennement des techniques de l’hypnose et/ou de la PNL (Programmation neuro-linguistique) dans les soins infirmiers que je délivre auprès de mes patients pour leur dispenser des soins moins douloureux, moins stressants. C’est toute une approche qui se traduit par la façon de dire bonjour, de s’exprimer face aux patients, de les inviter à respirer calmement, de les conduire dans un état de relaxation qui leur permet d’accéder à un état d’hypnose où tout ce qui les entoure devient presque imperceptible. Ceci est particulièrement intéressant pour tous les soins invasifs, douloureux. Il m’arrive fréquemment de faire à ces patients une séance d’hypnose sans que cela change mon travail, c’est plutôt un mode d’approche différent. Certains patients apprennent à ancrer cet état et sont capables de le retrouver instantanément lorsqu’ils le souhaitent. Non seulement cela diminue beaucoup la douleur ressentie lors des soins, mais c’est aussi un confort de travail pour le soignant. Les patients sont calmes, détendus et ne refusent pas les soins. »

Il y a encore un travail pédagogique à faire autour de l’hypnose qui souffre de nombreux préjugés. Toutefois, en dix ans, les choses ont bien changé. Cette activité a été plutôt bien perçue par ses confrères infirmiers et Pascal a accueilli l’an dernier en stage un étudiant en soins infirmiers dans le cadre d’un Travail de Fin d’Études sur l’hypnose et les soins infirmiers.
« C’est passionnant et parfois l’esprit des gens est véritablement stupéfiant. J’ai eu le cas d’un patient chez qui je suis allé prodiguer des soins, auprès de qui la simple évocation du mot hypnose a provoqué chez lui, sans aucun soin ni entraînement particulier, une séance d’auto hypnose qui l’a guéri instantanément de ses douleurs postopératoires ! »

Nathalie PETIT
Responsable de la rédaction Avenir & Santé n°396, septembre 2011, pp. 40/41
http://www.fni.fr

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (14)

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#14

Rectification bis

[....Médire d'un confrère et calomnier est interdit par le CSP encore plus sur internet...]
C'est pour qui cette phrase ?

Pour le reste et encore une fois, les réponses sont à côté des questions.

loulic

Avatar de l'utilisateur

270 commentaires

#13

oui et après ?

Plusieurs commentaires :

- le fait que la PNL soit pratiquée n'en fait pour autant un pratique reconnue ou dénuée de danger. Aucun bénéfice n'a jamais été attribuée à cette méthode farfelues aussi bien par ses tenants théorique que par sa pratique.

- on ne peut parler "de l'hypnose", mais de différentes techniques d'hypnose. l'hypnose n'est pas une discipline standardisée et encadrée, n'importe qui peut se prétendre hypnopathe. Il n'y a pas de contrôle sur les pratiques de l'hypnose.

- se passer de traitements médicamenteux, pourquoi pas ? Encore faut il que cela se traduise par un bénéfice clinique. Ce qui n'est pas forcément le cas ici.

rockeuse

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#12

Rectification

La PNL est comme l'hypnose un outil utilisé par de nombreux professionnels de santé , elle est en enseignée dans le cadre de la formation continue comme d'autres techniques telles que la relation d'aide, l'entretien motivationnel)
Concernant vos demandes juridiques, adressez vous aux instances de tutelles qui gèrent la profession .Médire d'un confrère et calomnier est interdit par le CSP encore plus sur internet.
Concernant ma phrase , en la relisant je comprends qu'elle porte à confusion et m'en excuse.
Je souhaitais rappeler que l'HAS émet régulièrement des recommandations et publications pour favoriser les traitements non médicamenteux en association aux thérapeutiques médicamenteuses : celà concerne de nombreuses pathologies chroniques ainsi que les douleurs chroniques.
Utiliser l'hypnothérapie pour diminuer les effets secondaires des chimios plutôt que d'utiliser des médicaments qui eux mêmes ont des effets secondaires, retrouver le sommeil plutôt que de prendre des somnifères dont les français sont champions du monde et eux mêmes pleins d'effets secondaires , diminuer une anxiété au lieu de prendre des anxiolytiques etc....
Il n'est pas question de guérir d'un cancer ou d'une maladie chronique par l'hypnose: ce serait du charlatanisme.
les infirmières hypnothérapeutes n'agissent pas sur prescription: elles peuvent intervenir effectivement à la demande d'un médecin mais elles interviennent le plus souvent à la demande de confrères non formées à cet outil et qui les apprécient beaucoup par exemple pour la réfection d'un pansement douloureux , ce qui évite le MEOPa ou avant une intervention chirurgicale pour diminuer le stress et la dose de prémédication.Elles l'utilisent aussi pour accompagner un patient en fin de vie .
Le problème principal est le temps dévolue à cette activité.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#11

Informations utiles bis

Je ne suis pas opposée à des informations utiles mais celles que vous m’apportez ne sont pas celles que je demande.

Ce qui me préoccupe, ce n’est pas l’hypnose mais celles et ceux qui revendiquent de soigner par l’hypnose et/ou la PLN au cours des soins infirmiers qu’ils dispensent dans le cadre d’une profession réglementée.

Donc, ce qui me pose problème :

- C’est la publicité apportée à cet IDEL (et ce qui s’en suit) qui est faite alors que ce procédé n’est pas licite.

- C’est l’absence de vérification apportée à son témoignage.

- C’est l’absence de vérification de ses diplômes, expériences, formations, publications. Par qui ? Quand ? Comment ? Par la FNI, par Infirmiers.com, voire éventuellement l’ordre infirmier (dont vous faite partie ?) qui devrait donc disposer de ces éléments d'information dans l'hypothèse où un patient ou un collègue souhaiterait des renseignements à ce sujet puisqu'il pratique l'hypnose et la PLN au cours des soins infirmiers qu'il dispense.

- C’est la non certitude du libre choix du patient quant à l’utilisation de ces techniques et donc un consentement qui serait susceptible en quelque sorte de ne pas être (suffisamment) éclairé.

- C’est que ce monsieur affirme exercer ces 2 (3 avec la PLN) activités de façon distincte pour, 2 lignes plus loin dire qu’il se sert de l’hypnose et de la PLN quotidiennement dans les soins infirmiers qu’il dispense.

- C’est que vous affirmiez que l’hypnose entre dans le champ de compétence du rôle propre de l’infirmier(ère) car traitement non médicamenteux.

- C’est que vous opposiez ces traitements non médicamenteux à l’industrie pharmaceutique en général parce que des entreprises peu scrupuleuses ont péché par intérêt, profit, orgueil, pouvoir… etc. Jusqu'à preuve du contraire, les industries pharmaceutiques ont sauvé, sauvent et sauveront des millions et des millions d’êtres vivants. Le reste consiste en la volonté politique d'encadrer ou pas cette activité.

- C’est qu’on m’oppose comme argumentation aux activités parallèles et pas éprouvées de Monsieur Margueritat la conduite frauduleuse de nombreux IDEL anonymes. D’ailleurs, rien ne nous dit qu’il exerce à titre bénévole ou s’il se fait rémunérer et sur quelle base de tarification.

rockeuse

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#10

Informations utiles

Il s'agit d'hypnothérapie , c'est à dire soigner par l'hypnose et non pratiquer de l'hypnose comme on a pu le voir dans les spectacles.
Il y a là un cadre éthique et déontologique que tous professionnels de santé respectent.
Mais surtout comme je l'ai déjà écrit, elle s'inscrit dans une démarche clinique et peut ainsi parfaitement s'intégrer dans les soins infirmiers .
Lors d'un entretien , un infirmier est amené à recueillir des données cliniques qui vont lui permettre de poser un ou des diagnostics infirmiers.S'en suivront un raisonnement thérapeutique qui comprend la prescription d'intervention de soins infirmiers du rôle autonome.
L'hypnose étant un traitement non médicamenteux , il entre dans le champ de compétence autonome d'un infirmier.
De nombreux diagnostics infirmiers peuvent aboutir à la proposition d'utiliser l'hypnose comme outil : douleur, anxiété, peur de..., sentiment d'impuissance, perte d'espoir, deuil, deuil dysfonctionnel etc.....
La polémique autour de l'article montre la limite d'un reportage journalistique mis en perspective avec un article scientifique que cet infirmier aurait pu écrire sous le schéma IMRAD(introduction, méthode, résultat and discussion) avec une bibliographie reprenant les publications scientifiques francophones et anglosaxonnes sur le sujet.
Je ne peux conseiller à Mr MARGUERITAT de publier : la profession infirmière a besoin de montrer ce quelle sait faire .
A l'heure des scandales autour de nombreuses molécules pharmaceutiques , les thérapeutiques non médicamenteuses ont toutes leur place.
Il vaut mieux que ce soit les professionnels de santé qui se les approprie plutôt que des personnes moins éthiques qui s'engouffreront dans cet espace laissé vide.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#9

Inquiétant

Sauf que personne n'a remis en cause l'hypnose... mais que n'importe quel charlatan à ce jour peut se revendiquer de cet art et de celui de la PLN et, à moindre frais.

Dans ce témoignage, rien ne prouve la véracité des faits. Nous ne sommes pas obligés de gober tout ce que l'on peut lire ici et ailleurs.

Par ailleurs, ce monsieur, je cite [...Et s’il exerce ces deux activités de façon distincte...] mais nous dit exactement le contraire quelques lignes plus bas [...Je me sers quotidiennement des techniques de l’hypnose et/ou de la PNL (Programmation neuro-linguistique) dans les soins infirmiers que je délivre auprès de mes patients...], [...C’est passionnant et parfois l’esprit des gens est véritablement stupéfiant. J’ai eu le cas d’un patient chez qui je suis allé prodiguer des soins, auprès de qui la simple évocation du mot hypnose a provoqué chez lui, sans aucun soin ni entraînement particulier, une séance d’auto hypnose qui l’a guéri instantanément de ses douleurs postopératoires !...]

Par ailleurs, rien ne nous informe sur quand, comment et par qui il (s')est formé à l'une ou l'autre des pratiques dont il se sert dans les soins infirmiers qu'il dispense et de quels diplômes il dispose.

ide-pasblonde

Avatar de l'utilisateur

13 commentaires

#8

Rassurant...

Ca me rassure de voir que je ne suis pas toute seule à avoir lu et vu des expériences réussies et efficaces sur l'hypnose. Et en quoi les infirmiers ne pourraient-ils pas investir ce domaine au profit de leurs patients ? Certains le font, tant mieux, contre l'avis de pairs conservateurs et frileux à tout ce qui sort du scientifiquement établi et correct. Si vos patients réagissent toujours de façon scientifique, prévenez nous. Merci en tout cas pour cet article éclairant sur une pratique complémentaire.

rockeuse

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#7

Informations utiles

Hypnose est un outil que de nombreux professionnels de santé utilisent au même titre que la relation d'aide, l'entretien motivationnel, le toucher massage, l'entretien semi directif etc.....
Il s'utilise dans le champ de compétences de chaque professionnel (médecin, infirmier, kiné, dentiste, infirmier , sage femme)
Dans le cadre de la médecine par les preuves, l'hypnose médicale a fait ses preuves.
Elle est étudiée dans de nombreuse faculté de médecine par des DU sur 2 ans ou dans des écoles qui forment sur 2 voire 3 ans.
Le Dr Bruno SUAREZ , neuro radiologue a démontré l'action de l'hypnose sous IRM
Lors de nombreux congrès médicaux , des communications d'infirmière hypnothérapeutes communiquent les études cliniques.
Au congrès à l'espace des sciences de RENNES, le docteur RAULT anesthésite a montré des études internationales etc...
Les services d'oncologie sont nombreux à utuliser l'hypnose.
La ligue contre le cancer dans les soins de support propose aussi l'hypnothérapie dans certains départements.

Bien sur celà s'inscrit dans une démarche clinique infirmière (s'il s'agit d'un infirmier)avec pose de diagnostic et objectifs , qui sont ceux du patient)

Je citerai enfin les premières recommandations qui tombent de la part de l'HAS et qui démontrent l'efficacité de l'hypnose

Elles concernent le traitement des migraines chez l'enfant.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#6

Pfffff ter...

Je passerais selon vos dires sur ces voleurs et malhonnêtes IDEL qui polluent en nombre la profession en pillant la sécurité sociale bien que je voie pas le rapport ; peut-être qu'infirmiers.com saura l'expliciter.

En même temps, ce monsieur exerce lui-aussi en libéral mais peut-être que son art en matière d'hypnose le met au-dessus du commun des IDEL ?

Bon passons... et pour en revenir à nos moutons,

J'attends avec impatience de lire l'argumentaire qui démontrera sans l'ombre d'un doute en quoi CETTE expérience (de Mr Margueritat) est avérée.

Je conseillerais la lecture de nos règles professionnelles auxquelles doivent figurer : "Tu ne voleras pas (la sécu).

PS) La PLN a autrefois été citée comme dérive sectaire par la MILS (= MIVILUDES) et aujourd'hui subsistent des réserves sérieuses quant à son utilisation/usage.

ide-pasblonde

Avatar de l'utilisateur

13 commentaires

#5

Pfffff bis...

Encore vous Moutarde... oui avéré et je persiste. Et je préfère un IDE qui parle de son expérience ouvertement sur une revue ou un site, qui assume d'ailleurs le fait d'être critiqué, plutôt que d'avoir des IDE anonymes en nombre qui pollue notre profession en sortant en 2ème place dans le classement des plus fraudeurs à l'assurance maladie. Des patients avérés qui ont bénéficié d'un traitement complémentaire à base d'hypnose, j'en connais et tant mieux si ça marche.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#4

Avéré

[...Visiblement avéré dans cette expérience...]
On ne doit pas avoir la même définition du mot avéré. Mais, je suis à l'écoute !!

loulic

Avatar de l'utilisateur

270 commentaires

#3

Avérée ?

Justement, rien n'est validé dans son "expérience". Il ne parle pas d'expérience mais de praique répétées où il affirme avoir des résultats rapides.

Il n'y a aucune preuve de bénéfice pour le patient. Et aucune preuve de la non nocivité des pratiques de cet hypnopathe.

Contrairement à ce que vous avancez, l'hypnose ne remplace pas la chimie dans les interventions chirurgicales.

Ce que vous appelez médecine "traditionnelle", c'est la médecine par les preuves. Et je n'ai rien contre les techniques nouvelles, mais encore faut il que ces pratiques soient validées scientifiquement et ne soient pas juste des delires new age charlatanesques comme la PNL.

Je me contrefous qu'une technique soit exotique ou pas, ce qui m'interesse c'est qu'elle marche et qu'elle ne nuise pas au patient.

ide-pasblonde

Avatar de l'utilisateur

13 commentaires

#2

Pauvre de nous

Ce qui m'intéresse c'est le bénéfice pour le patient. Visiblement avéré dans cette expérience, tout comme dans certains blocs de grands centres hospitaliers ou l'hypnose remplace avec succès la chimie pour des interventions chirurgicales. Coaching ou magie ? Amusant de vous voir réagir comme un médecin attaché à la médecine traditionnelle et hermétique aux médecines dites alternatives, exotiques, douces, étranges, ... Vous êtes visiblement pour un ordre professionnel infirmier très conservateur ! Sortez de vos certitudes, apprenez des expériences des autres, appréciez de partager ici ces expériences différentes. Ce qui est grave c'est que vous jugiez un collègue dans sa pratique par ignorance.

loulic

Avatar de l'utilisateur

270 commentaires

#1

De quoi parle t'on ici ?

On semble ici assez loin de toute forme de déontologie dans la pratique de ce qui relève clairement du coaching ou de la magie, mais surement pas des soins infirmiers. Même si l'auteur fait bien la distinction entre son cabinet infirmier et son autre cabinet, il est ici interrogé en qualité d'infirmier.

Oui, l'hypnose ericksonienne est un adjuvant qui a une utilité dans un certain nombre de cas bien définis et encadrés. Et accoler dans le même discours une pratique reconnue à des méthodes qui relèvent de l'ésotérisme le plus farfelu est une technique bien connu des bonimenteurs de foire et des publicitaires de tout acabit.

C'est un détournement de faits scientifiques pour promouvoir une activité qui n'a aucun rapport, qui ne repose sur rien et qui n'a aucune preuve d'une quelconque efficacité.

Quelles sont ces notions de "fierté" dont parle M Margeritat (pompeusement autoproclamé hypnopraticien) ? Quant à la PNL, pardon, mais c'est une pseudo science qui ne repose sur rien de tangible si ce n'est un gloubi boulga new age des plus éculés. C'est de la pata-psychologie de bas étage tout aussi blamable que la dianetique.

Je suis fortement interpellé par le discours de cet infirmier qui semble relever des pratiques les plus douteuses. Des patients miraculeusement guéris, une promesse de développement personnel bénéfique, des douleurs qui durent depuis 7 ans et qui disparaissent en deux séances ...

Moi ça me fait peur.

Sur quoi s'appuie t'il si ce n'est un empirisme truffé des pires biais imaginable ?

Mais où on est ? Chez le grand Mage ? Chez un guerisseur ? dans une église quelconque ?

Je m'attendrais plus à trouver ce genre de page promotionnelle dans un magazine TV bon marché ou sur des prospectus que sur ce site.

Ce personnage se sert il de son diplôme d'infirmier dans son autre métier ? Si oui, c'est assez grave.