MODES D'EXERCICE

Etre infirmière à Tahiti, c’est vraiment le paradis ?

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Aujourd’hui l’interview d’Émilie nous transporte au coeur de l’Océan Pacifique. C’est sur les plus belles îles de Polynésie Française qu’elle a pu exercer son métier d’infirmière pendant plusieurs mois. De cette expérience, elle garde des souvenirs impérissables qu’elle a accepté de partager avec nous. Je ne doute pas que son récit fera quelques envieux (nous les premiers !). 

Flo & Yo - Comment as-tu eu l’opportunité de travailler à Tahiti ?

Interview d'Emilie à Tahiti

Emilie l'a dit… pour elle, oui, Tahiti rima avec paradis !

Emilie - Tout a commencé il y a 3-4 ans. Une amie m’a proposé de faire un petit break avec la France et de partir exercer notre métier un an à l’étranger. Quand elle a évoqué Tahiti, j’ai eu un petit coup de panique je dois le reconnaître. 22h d’avion, 12h de décalage horaire, près de 16 000 km... Autant dire que je n’étais pas du tout prête pour ce genre d’aventure. Alors je suis restée et elle est partie avec deux de ses amies. Pendant 2 ans et demi, j’ai suivi son aventure sur les réseaux sociaux. J’enviais son courage, mais aussi son nouveau lieu de vie qui était juste paradisiaque ! Du coup, j’ai voulu passer un petit mois de vacances là-bas. Mais un jour, ras-le-bol de ma vie ici, de nos conditions de travail à l’hôpital… Alors je me suis dit « Pourquoi ne pas tenter l’expérience aussi, même si ce n’est pas un an, mais quelques mois, histoire de changer d’air et de découvrir une autre culture ? » À partir de là tout s’accélère. En même temps, quand on a un coup de tête comme celui-là 4 mois avant le grand départ, ça chamboule forcément ta vie ! De là, je fais ma demande de disponibilité à l’hôpital, je prépare mes affaires, mes papiers, j’achète mon billet et c’est parti pour la grande aventure !

Pourquoi ne pas tenter l’expérience aussi, même si ce n’est pas un an, mais quelques mois, histoire de changer d’air et de découvrir une autre culture ?

Flo & Yo - Comment s’est passée l’arrivée ?

Emilie - L’arrivée fut un peu difficile pour moi. Tout d’abord les 22h d’avion qui m’ont semblé être une éternité ! Mon plus grand voyage était à 4h de Paris alors autant te dire que c’était une grande nouveauté pour moi ! Et puis, forcément, dans l’avion tu te poses des tas de questions. Ai-je fait le bon choix ? Vais-je m’habituer à ce nouveau quotidien ? Vais-je réussir à vivre loin de mes proches ? Vais-je réussir à trouver du travail ? Mais heureusement que ma copine était là pour m’attendre à la sortie de l’avion ! Elle m’a permis d’oublier tout ça et de retrouver le sourire ! Sans oublier l’accueil local avec le collier de fleurs et les Tahitiens qui nous font une petite danse de bienvenue dans l’aéroport. Dès l’arrivée, on se rend tout de suite compte que les Tahitiens sont vraiment très accueillants, souriants et chaleureux.

Flo & Yo - Quel poste occupais-tu là bas ?

Emilie - Il faut savoir que, quand on part à Tahiti, c’est vraiment sans aucune garantie d’avoir un poste ! Ils savent très bien que la majorité des métropolitains sont de passage alors bien évidemment les Polynésiens sont prioritaires sur les postes vacants. Ils ne proposent que des CDD renouvelables. Si tu veux un CDI, il faut travailler 2 ans minimum puis passer un concours. Du coup, j’ai postulé partout où je pouvais. Là-bas, il n’y a qu’un seul hôpital : le Centre Hospitalier de Polynésie Française (CHPF). Très bel hôpital d’ailleurs, j’ai beaucoup aimé ! Mais il y a aussi 3 cliniques et un centre de rééducation. Au bout d’un mois sur le territoire, la DRH de l’hôpital m’a appelé pour me proposer un CDD d’un mois. Bien sûr, quand tu vas dans un tel endroit et que tu n’es pas sûre d’avoir un poste, tu prends ce que l’on te propose même si tu n’aimes pas la spécialité. C’est ainsi que je me suis retrouvée Infirmière au service de Neurologie du CHPF.

Les Polynésiens aiment beaucoup le travail en binôme, c’est très important pour eux, et ce, peu importe le service. Les aides-soignantes aident énormément et font beaucoup pour les infirmières.

Emilie Flo et Yo

Etre dans la carte postale… oui, c'est bien ça Tahiti !

Flo & Yo - Quelles sont les différences par rapport à la métropole ?

Emilie - N’ayant travaillé qu’un mois, je n’ai malheureusement pas pu tout voir. Mais cela m’a tout de même permis de constater que, d’une part, les pathologies sont pratiquement les mêmes qu’en Métropole. La plupart des patients étaient hospitalisés pour AVC ou autre problème neurologique en attendant de rentrer chez eux ou d’aller en centre de rééducation. Niveau matériel c’était globalement la même chose, je n’étais pas vraiment dépaysée. Ils avaient quasiment les mêmes protocoles, même façon de faire les soins (dans mon service en tout cas c’était le cas). Quant au rythme de travail, dans cet hôpital, quasi tous les services sont en 12h (7h-19h ou 19h-7h) sauf bien évidemment les services comme l’hôpital de jour, consultations… En revanche, la grosse différence que j’ai pu voir c’est au niveau de la population. Déjà, il faut savoir que, là-bas, le vouvoiement n’existe pas. C’était tellement difficile pour moi ! D’ailleurs, je me suis fait engueuler plusieurs fois au début... mais au fil du temps ça allait un peu mieux. Et enfin, les Polynésiens sont très attachés à la religion et à leur culture. Du coup, je les voyais beaucoup prier et s’en remettre à Dieu. Parfois ils me disaient que les traitements ne servaient à rien, seul Dieu déciderait de leur guérison ou non. C’était impressionnant de voir à quel point leur foi en Dieu avait une telle place dans leur vie et leur quotidien.

Flo & Yo -  Quel était ton salaire et quel est le coût de la vie ?

Emilie - Pour le salaire, pour un mois de travail en CDD, j’étais aux environs de 2 150 € si je ne me trompe pas. En sachant qu’à Tahiti ils sont sur une base de 39h/semaine. En ce qui concerne le cout de la vie, ça été un choc pour moi ! Pour l’alimentation, je crois que j’ai passé 4 mois à manger du jambon, du surimi et des saucisses tellement le reste était cher, bon j’exagère un peu, mais c’était presque ça. Tout ce qui est produits laitiers par exemple, c’est juste hors de prix ! (Normal tu me diras, c’est importé..). Quand tu sais que le paquet de 4 Danette vanille est dans les 4 euros, franchement tu t’en passes ! Pour ce qui est du logement, le mieux c’est de faire une colocation. Ça te revient moins cher et tu peux avoir une maison en bord de mer ! Parce que sinon, ce n’est pas trop donné. Heureusement, j’avais mon amie qui était là-bas depuis 2 ans et demi, donc j’ai pu vivre dans son grand studio avec vue sur la mer et l’île de Mooréa...

Et en plus de rester gravée dans ma mémoire, cette expérience restera gravée à vie sur mon corps parce que je me suis fait tatouer là-bas. Impossible donc de l’oublier.

Flo & Yo - On imagine un paradis en pensant à Tahiti, c’est comment en vrai ?

Emilie - Dire que ce n’est pas un paradis sur terre serait te mentir. En rentrant, j’ai passé mon temps à dire à mes proches et amis : « tu vois les cartes postales et les photos sur internet avec les lagons, l’eau turquoise et transparente et les cocotiers ? Bah c’est exactement ça, aucun truquage ! ». « Tu te prends une claque à chaque endroit que tu découvres, c’est vraiment très beau. » Tu as à la fois le coté nature avec les belles montagnes et les tas de randonnées que tu peux y faire et qui t’offrent une vue splendide sur l’île et le coté aquatique avec des lagons d’un bleu à t’en couper le souffle, les poissons de toutes les couleurs qui viennent t’effleurer les pieds. Sincèrement, c’est juste magique ! Après il ne faut pas se leurrer, à côté des belles cartes postales, il y a aussi les sortes de « bidonvilles », le nombre impressionnant de chiens abandonnés et errants dans les rues. C’est un peu dommage, mais ça fait partie de l’île !

Flo & Yo - Quand tu repenses à ton expérience, à quoi penses-tu en premier ?

Emilie - Aux Tahitiens et aux lagons ! Il faut dire que vivant en région parisienne, des Tahitiens et des lagons je n’en croise pas tous les jours. Plus sérieusement, le cadre est juste idyllique alors forcément quand tu rentres ça te manque. Et j’ai eu un tel coup de coeur pour les Tahitiens (et Polynésiens de manière générale) et leur culture que j’y repense très souvent ! Ils sont tellement adorables, le coeur sur la main. Cette population me manque beaucoup et j’espère pouvoir y retourner un jour. C’est une expérience que je n’oublierais jamais parce que j’ai pu faire des tas de choses que je n’aurais jamais fait (ou penser faire) en métropole : nager avec les requins, les raies, les baleines, visiter les jardins de corail, faire du parapente, sauter en parachute, passer mon permis bateau, participer à la Billabong Pro en tant que secouriste, aller à Bora Bora, aux Marquises et j’en passe ! Sincèrement, je conseille cette destination à tout le monde. En plus d’être magnifique, il y a énormément de choses à découvrir et une population qui mérite d’être connue.

Merci à Émilie de nous avoir transportés à l’autre bout du monde. Cet endroit ne cesse de nous faire rêver. J’espère que nous saurons préserver ce patrimoine et cette nature si belle et si fragile pour que nos enfants aient eux aussi la chance de pouvoir vivre un jour une expérience aussi extraordinaire. Alors qui sera le prochain à tenter l’aventure Polynésienne ? N’hésitez pas à lui poser vos questions dans les commentaires.

Flo & Yo - Deux soignants à la conquête du monde !

Flo et YoEn novembre 2011, Yohan, alors âgé de 31 ans, aide-soignant - Yohan est entré en Ifsi à la rentrée 2012 - et Florence, 28 ans, étudiante manip radio en 2éme année, férus de voyages et d'expériences insolites ont créé « Care Conception Through the World », une association loi 1901 dont le nom peut être traduit en français par « La conception du soin autour du monde ». Son but ? Réaliser des reportages photos et vidéos, à travers le monde, sur les différentes façons de concevoir le soin. En résumé : voyager, découvrir, et surtout partager avec la communauté soignante et même au-delà ! Ils nous ont présenté leur projet sur Infirmiers.com, partenaire de leur aventure maintenant en cours. Yoan est désormais infirmier, Florence Manipulatrice en éectroradiologie et toux deux sillonnent les routes du monde ! Retrouvez l'intégralité sur www.floetyo.com

Rédacteurs Infirmiers.com contact@floetyo.com

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (0)