MODES D'EXERCICE

Flo & Yo - Céline, infirmière en Inde

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

    Précédent Suivant

Fidèles à leur promesse de partager leur aventure « Care Conception Through the World » avec la communauté d'Infirmiers.com, Flo et Yo, nous proposent aujourd'hui de découvrir le quotidien de Céline, une infirmière qui vit en Inde.

Le « Rêve indien » de Céline, infirmière

Le « Rêve indien » de Céline, infirmière

Nous avons connu Céline grâce à l’excellent blog de Charly . Nous avons découvert une soignante souriante et déterminée qui a décidé de vivre ses rêves jusqu’au bout en ouvrant un dispensaire à Bénarès, en Inde, via son association « Un Rêve Indien ». Céline est un peu la soignante à qui nous aimerions ressembler après nos études. Tout plaquer pour suivre ses rêves et cela avec pour seul leitmotiv : s’occuper de l’autre sans rien attendre en retour. Céline a 36 ans et est infirmière depuis maintenant 12 ans. Après sa formation en Institut de formation en soins infirmiers (IFSI), elle a travaillé un peu en maison de retraite avant d’intégrer le service d’hématologie stérile du CHU de Nantes où elle est restée 8 ans. En parallèle elle effectue plusieurs séjours en Inde et …. La suite, nous laissons Céline nous en parler elle-même.

Le Travail d’une infirmière en Inde

Flo & Yo - Comment en es-tu venue à t'expatrier en Inde ?

Céline - J’avais déjà effectué plusieurs séjours en Inde. J’ai eu un véritable coup de coeur pour ce pays et ses habitants, et plus particulièrement pour la ville de Bénarès. A chaque fois, le retour en France était difficile et l’envie de repartir était omniprésente. J’ai donc décidé de combiner mon métier d’infirmière que j’aime énormément à ma passion pour l’Inde.

Je suis tout d’abord partie un mois et demi en tant que bénévole dans un petit dispensaire de Bénarès. J’ai adoré travailler dans ce dispensaire. En rentrant en France, je savais que c’est ce qui me convenait vraiment, alors j’ai décidé de m’engager en tant que volontaire pendant un an avec cette association. J’y suis en fait restée trois ans ! Au bout des ces 3 années, j’ai eu envie de m’impliquer d’avantage et de voler de mes propres ailes. J’ai donc créé ma propre association : « Un Rêve Indien » et j’ai ouvert un dispensaire dans un quartier pauvre de la ville de Bénarès.

Je n’ai pas eu besoin d’équivalence pour travailler en Inde, ni de passer des examens particuliers pour ouvrir le dispensaire. Mais nous travaillons sous couvert d’une ONG indienne avec laquelle nous sommes rattachés.

Flo & Yo – Peux-tu nous parler de ton association « Un rêve indien » ?

Céline - L’association « Un Rêve Indien » porte le nom de ce que je vis en Inde depuis maintenant quatre ans. J’ai eu à un moment donné envie de faire les choses par moi-même et de m’impliquer davantage. La création de l’association date de mars 2011, le dispensaire a quant à lui ouvert ses portes le 16 septembre 2012. Sa mission est de dispenser des soins gratuits à une population pauvre d’un quartier de Bénarès et de permettre aux habitants de bénéficier d’un suivi médical à moindre coût (20 Roupies soit 0€28 incluant 3 à 4 jours de médicaments). Il est ouvert du lundi au samedi de 9h à 13h. Nous réalisons les soins infirmiers (pansements et quelques injections) et le mardi et le vendredi, des consultations médicales sont effectuées par un médecin indien.

Flo & Yo - Quels soins sont réalisés au dispensaire ? Combien êtes-vous ?

Céline - Les soins dispensés vont de la « bobologie » chez les enfants aux plaies plus importantes : plaies infectées, coupures, ulcères, brûlures, furoncles, morsures de chien ou de singe... et quelques injections. J’utilise le terme « bobologie » pour les toutes petites plaies chez les enfants qu’il est important de soigner sinon elles s’infectent. Nous sommes une petite équipe de deux pour réaliser les soins : Soni que je forme pour les soins et moi.

Flo & Yo - Quels sont tes rôles et tes missions ?

Céline - Je gère le dispensaire (commande médicaments, gestion de l’équipe et du matériel), j’effectue les soins infirmiers et j’encadre Soni qui travaille avec moi. Je m’occupe aussi de tout le côté relationnel de l’association (réponses aux mails, envoi de mails, tenir à jour la page Facebook…).

Flo & Yo - Tu travailles avec un médecin, comment se passe la collaboration ?

Céline - Le jour des consultations médicales, il y a aussi les soins à effectuer. Par conséquent je passe peu de temps avec le médecin. Je lui demande parfois son avis sur certaines plaies et lui envoie les patients qui ont des plaies infectées pour obtenir un traitement. Si j’ai une période de creux sans pansements, je l’aide à donner les médicaments.

  • Céline infirmière en Inde

Flo & Yo - As-tu rencontré des obstacles lors de la mise en place de ce projet ? Quels sont tes soutiens ?

Céline - Les freins sont ceux que l’on se créée soi-même je crois. Mais la motivation était tellement grande que je pense que rien n’aurait pu m’arrêter. Ce qui aurait pu être un frein : l’obtention du visa, mais je l’ai finalement obtenu donc pas de souci. Après bien sûr il faut trouver le financement nécessaire pour réaliser le projet, donc récolter un maximum d’argent pour pouvoir payer les salaires, les médicaments, le loyer etc…

Les soutiens quant à eux furent nombreux et le sont encore. Ça commence par la famille et les amis qui croient en vous, vous soutiennent, vous remontent le moral quand vous doutez. Et puis tous les gens extraordinaires qui nous ont soutenu jusqu’à présent, qui ont cru en nous et continuent de nous soutenir. Ils permettent à des gens pauvres d’avoir accès aux soins et ils m’ont permis de concrétiser  mon rêve indien à savoir l’ouverture de ce dispensaire. Le soutien passe aussi par ceux qui nous ont rendu visite depuis l’ouverture du dispensaire. De très belles rencontres. Et puis ce soutien passe aussi par la population du quartier qui nous a fait confiance.

Flo & Yo - Comment arrives-tu à subvenir à tes besoins et à celui du dispensaire ?

Céline - Les dépenses du dispensaire (salaires, loyer, médicaments…) sont prises en charge par l’association grâce aux dons effectués, aux adhésions, aux différentes actions organisées durant l’année (soirée indienne, loto, vente de chocolats, vente d’objets d’artisanat indien…). De mon côté, pour subvenir à mes besoins je touche une indemnité versée par l’association qui correspond à 220€/mois environ et me permet de payer mon loyer, ma nourriture, mes frais sur place… .

Flo & Yo - Quels sont les besoins du dispensaire ?

Céline - Ils sont bien sûr principalement financiers. Tenir le dispensaire nécessite de trouver de l’argent pour lui permettre de perdurer. Il y a aussi des besoins en matériel de soins infirmiers (pas de médicament). Pour cela, en fonction des besoins du moment, nous faisons parvenir à ceux qui nous le demandent et qui ont l’occasion de se rendre à Bénarès, une liste régulièrement mise à jour de produits de soins infirmiers (pour obtenir la liste nous contacter unreveindien@hotmail.fr)

Le système de soin en Inde

Flo & Yo - Peux-tu nous parler du système de soin en Inde ?

Céline - Il y a en Inde comme en France des hôpitaux publics et des hôpitaux privés. Les indiens n’ont pas de couverture sociale comme en France. Lorsqu’ils sont hospitalisés, tout reste à leur charge. Si le médecin prescrit des médicaments ou des perfusions/injections lors de l’hospitalisation d’un patient, il faut que la famille aille les acheter dans une pharmacie à l’extérieur de l’hôpital (les pharmacies ne manquent pas en face des hôpitaux !).

Flo & Yo - L’accès aux soins est-il facile ?

Céline - On peut dire que l’accès aux soins est facile pour ceux qui en ont les moyens, à moins d’avoir recours à des dispensaires comme le nôtre. Un patient avec un ulcère, par exemple, nécessitera des soins quotidiens et aura du mal à payer 20 à 50 Rps par pansement chaque jour s’il est pauvre. Souvent, ces patients ne consultent pas ou trop tard, quand ils ont trop mal.

Flo & Yo - Qu’est ce qui t’a surprise dans leur manière de soigner ? Certaines techniques de soins ?

Céline - Je dirais le manque d’hygiène et d’asepsie et la non prise en charge de la douleur.

Côté techniques de soins, j’ai vu des méthodes plutôt « naturelles » : faire un cataplasme de feuilles de neem (arbre au propriété antiseptique) sur des furoncles (ce qui ne marche pas bien sûr !), uriner sur sa plaie, mettre des toiles d’araignées, du journal, de la chaux… pour arrêter les saignements. Mélanger deux crèmes de soins dans une même plaie (ex : bétadine et crème antifongique, à ne pas faire bien sûr car si le patient fait une réaction allergique, on ne sait pas à quelle crème !). Écraser un comprimé et mettre la « poudre » obtenue dans la plaie…

Flo & Yo - Quelles sont les principales pathologies que l’on retrouve ? Comment les expliquer ?

Céline - Beaucoup de pathologies en lien avec l’alimentation, l’eau et l’hygiène (diarrhées, hépatites, typhoïdes…), aussi beaucoup de problème pulmonaires liés à l’environnement (pollution, poussière…) ou au travail (fabrique de matelas avec poussières de coton, scierie…). Il y a aussi énormément de tuberculose. Et sinon, les pathologies liées à l’âge et/ou aux carences alimentaires : arthrose etc… Beaucoup de patients consultent également pour des douleurs (dorsales, sciatiques etc…).

La vie en Inde

Flo & Yo - Comment s’est passée ton intégration dans ton travail et en dehors (et considères-tu ton activité comme un travail ?)

Céline - L’intégration s’est très bien passée. Nous avons été très bien accueillis par les habitants du quartier. J’ ai rencontré des petites familles qui font partie de mon quotidien. Pour moi, mon activité au dispensaire n’est pas un travail mais plutôt une passion. C’est avec plaisir que je vais travailler chaque matin.

Flo & Yo - Comment communiques-tu avec tes patients ?

Céline - Je parle hindi. Je l’ai appris lors de ces quatre dernières années. Ici, très peu de patients parlent anglais.

Flo & Yo - Quelles sont tes plus belles rencontres ?

Céline - Si je pense à mes plus belles rencontres, je pense Mamiji, la « famille du tas de bois » et Soni. Si je ne dois en choisir qu’une alors je dirais Soni pour son courage, sa détermination. Quand je l’ai connue, elle était patiente dans le dispensaire dans lequel je travaillais, elle ne marchait presque plus (à l’aide d’un bâton en guise de canne). Elle avait des plaies sur les jambes, les pieds, les coudes…, des douleurs mais jamais une plainte, toujours un sourire et un mot pour rire. La vie ne l’avait pas gâtée, mais elle a mis une force et une énergie énorme pour s’en sortir. Son rêve à elle était d’aider les autres quand elle irait mieux (comme on l’avait aidée). Les plaies ont cicatrisé, elle marche, elle ne souffre plus. Sa volonté et son courage méritaient d’être récompensés, c’est donc à elle que j’ai proposé de travailler avec moi au dispensaire.

  • Céline infirmière en Inde

Flo & Yo - Quelle est la base de l’alimentation en Inde ?

Céline - Le riz et les lentilles accompagnés de galette de pain appelé « chapati » ou « roti ». Parfois accompagnés de légumes.

Flo & Yo - Est-ce que la religion est plus présente qu’en France ? Comment cela se voit-il au quotidien ?

Céline - La religion est beaucoup plus présente qu’en France. Je dirais qu’elle fait partie de la vie quotidienne. Pour la moindre chose on s’en remet aux Dieux. Je pense que la religion est pour beaucoup d’entre eux le moyen de se raccrocher à quelque chose.

Flo & Yo – Des choses venant de France te manquent-elles?

Céline - Ce qui me manque de la France ce sont bien sûr la famille et les amis. Côté nourriture aussi quelques manques se font ressentir : pain, fromage…

Flo & Yo - Avec du recul, comment est-ce que tu vois ton métier d’infirmière en France ?

Céline - J’ai l’impression d’en être à des années lumières au sens où tout est différent. En plus, je travaillais en hématologie stérile, service bien fourni avec quantité de matériel, pour me retrouver ici avec le minimum et dans des conditions d’hygiène loin d’être celles du stérile vu l’environnement. J’ai aussi l’impression qu’on fait un gros gâchis de matériel sans même s’en rendre compte.

Flo & Yo - Quels sont tes projets ?

Céline - J’ai pour projet de rester en Inde exercer mon métier d’infirmière au sein de ce dispensaire et de continuer à former d’autres Indiens comme Soni aux soins infirmiers, tant que cela me plaît et tant que j’en ai l’envie et la possibilité. Le jour où ce ne sera plus possible, je veux que ce projet continue même si je ne suis pas sur place.

Flo & Yo - Si on souhaite t’aider, comment peut-on le faire ?

Céline - Pour nous aider, vous pouvez le faire de différentes façons :

  • en adhérant à l’association : 10€/an ;
  • en faisant un don à l’association par chèque bancaire à l’ordre de « Un Rêve Indien » à l’adresse suivante :
    • « Un Rêve Indien »
    • 3 rue des Baladins
    • 85260 Saint-André-13-Voies ;
  • en organisant une soirée, un vide-grenier, un loto, un concert… au profit de l’association ;
  • en achetant le livre « Un Rêve Indien - Journal d’une volontaire à Bénarès » ou le livre « Les Amoureux de l’Inde - Histoires de rencontres ». Pour le premier, une marge humanitaire est reversée à l’association. Pour le second, une marge humanitaire ainsi que les droits des auteurs sont reversés à l’association.

Flo & Yo - Acceptes-tu le don de dispositifs médicaux / médicaments ?

Céline - Oui nous acceptons tout ce qui est matériel de soins, mais pas les médicaments. Pour le matériel de soins voir la liste en s’adressant à l’association.

Flo & Yo - Le repas indien prévu le 7 septembre 2013 est toujours d’actualité ?

Céline - Oui, la soirée indienne aura bien lieu le samedi 7 septembre à Saint-André-13-Voies à 30mn de Nantes. Au programme : repas indien, spectacle de danse Bharata Natyam et bollywood et vente d’objets d’artisanat indien. Des odeurs, des images, de la couleur et de la musique… Respirez, regardez, écoutez, vous êtes en Inde le temps d’une soirée ! Uniquement sur réservation   Les bénéfices de la soirée serviront au fonctionnement du dispensaire à Bénarès en Inde. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à nous contacter : unreveindien@hotmail.fr

Flo & Yo - Deux soignants à la conquête du monde !

En novembre 2011, Yohan, alors âgé de 31 ans, aide-soignant - Yoan est entré en Ifsi à la rentrée 2012 - et Florence, 28 ans, étudiante manip radio en 2éme année, férus de voyages et d'expériences insolites ont créé « Care Conception Through the World », une association loi 1901 dont le nom peut être traduit en français par « La conception du soin autour du monde ». Son but ? Réaliser des reportages photos et vidéos, à travers le monde, sur les différentes façons de concevoir le soin. En résumé : voyager, découvrir, et surtout partager avec la communauté soignante et même au-delà ! Ils nous ont présenté leur projet sur Infirmiers.com, partenaire de leur aventure à venir. Retrouvez l'intégralité sur www.floetyo.com

Rédacteurs Infirmiers.comcontact@floetyo.com

Merci à Flo & Yo pour le partage de leur article.

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (0)