IDEL

Auvergne : un réseau d'infirmiers de coordination en cancérologie en expérimentation

Un réseau d'infirmiers de coordination en cancérologie est expérimenté en Auvergne pour faciliter les parcours des patients entre la ville et l'hôpital, a présenté l'agence régionale de santé (ARS) Auvergne, le 22 septembre 2015 lors d'une conférence de presse.

infirmière libérale voiture agenda

L'Auvergne expérimente un réseau d'infirmiers de coordination en cancérologie.

L'objectif du réseau Onc'Idec est la coordination des professionnels libéraux du premier recours avec les professionnels hospitaliers afin de garantir aux patients une fluidité de prise en charge au cours des phases de leur parcours qui sont à la fois hospitalières et libérales, indique l'ARS dans un communiqué.

Les situations complexes (médicales et psycho-sociales) sont particulièrement visées par cette démarche. Il s'agit de faciliter les parcours de soins complexes des patients vulnérables sur le versant ville. Pour organiser le retour à domicile des patients dans un contexte de sécurité médicale et paramédicale, l'expérimentation se fera, sous l'égide de l'union régionale des professionnels de santé (URPS) infirmiers libéraux et du réseau régional de cancérologie Oncauvergne, avec plusieurs infirmiers libéraux volontaires intervenant sur le bassin de santé intermédiaire de Clermont-Ferrand. Ce bassin couvre la plupart des filières de patients du secteur privé et du secteur public : le CHU de Clermont-Ferrand, le Centre Jean-Perrin de Clermont-Ferrand, le Pôle santé République, les centres hospitaliers périphériques et les soins de suite et de réadaptation (SRR). Ce nouveau dispositif est complémentaire de l'existant, à savoir l'hospitalisation à domicile et les réseaux de soins palliatifs, souligne l'ARS.

Avant validation de l'admission, une étape rigoureuse d'analyse des critères d'inclusion des patients dans ce dispositif sera systématiquement menée, dans un premier temps par l'équipe médicale hospitalière, puis par l'infirmier de coordination en cancérologie, en accord avec le médecin traitant. Les enjeux sont de clarifier les rôles respectifs des acteurs, notamment pour ce qui concerne les périmètres d'intervention respectifs des infirmiers de coordination en cancérologie, de l'hospitalisation à domicile et des prestataires de services.

Cette expérimentation vise aussi à communiquer autour du dispositif pour permettre son accès aux patients qui le nécessitent (sensibiliser les cadres des services hospitaliers d'oncologie chargés d'organiser la sortie des patients) et à former des infirmiers à cette fonction spécifique.

Les partenaires veulent mobiliser largement les acteurs de terrain grâce au concours apporté par les infirmiers libéraux à la plateforme et développer des outils supports numériques (systèmes de messagerie sécurisée et perspectives ouvertes par le déploiement du dossier communiquant de cancérologie-dossier médical partagé, DCC-DMP) ainsi qu'un outil d'aide à l'inclusion des patients.

A ce jour, 10 patients sont inclus dans le dispositif et 29 infirmiers libéraux - ayant bénéficié d'une formation spécifique - contribuent, en roulement, à l'organisation de la plateforme téléphonique.

L'expérimentation est financée par le fonds d'intervention régional (FIR) avec 70 000 euros par an pour deux ans (du niveau national) et une enveloppe de 80 000 euros pour trois ans de l'ARS Auvergne, soit un total de 220 000 euros, a précisé l'ARS à l'APM.

Publicité

Commentaires (0)