IDEL

Avec 24 propositions, les IDEL entrent dans le vif des présidentielles

    Précédent Suivant

Le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) porte le projet "Débats d’IDEL" pour faire entendre leur voix pendant les campagnes présidentielles et législatives de 2022. Avec 24 propositions à la clé et un programme de rencontres et de débats interprofessionnels ainsi qu'avec les élus et les candidats.

En France, 130 000 IDEL exercent auprès de 4,4 millions de patients.

La crise sanitaire a été un révélateur du rôle pilier des IDEL dans notre système de santé : dépistage et suivi des patients atteints du Covid, vaccination anti-Covid, visite infirmière à domicile […] Et pourtant, aujourd’hui encore, les 130 000 IDEL ont du mal à faire entendre leurs voix auprès des politiques. En témoigne par exemple l’absence de mesures concernant les infirmières et infirmiers libéraux dans les différents plans gouvernementaux de la rentrée 2021. Sans parler de la LFSS1 2022. Ainsi, John Pinte, président du Sniil, marque-t-il, dans un communiqué publié le 18 janvier, l'entrée du syndicat en campagne.
Dans une déclaration commune publiée le 24 septembre 2021 avec l’Association des Maires Ruraux de France et 6 autres organisations, le Sniil alertait sur le constat d’un système de santé en danger principalement dû aux choix politiques qui ont mené à la désertification sanitaire que subissent, autant le milieu rural que les grandes agglomérations et proposait des solutions interpeler les pouvoirs publics, ainsi que les candidats à l’élection présidentielle de 2022 sur l’urgence à prendre des décisions pour rétablir un accès à la santé sur tout le territoire et pour tous.
Santé et territoires, économie, éducation et formation, transition écologique et numérique, sécurité et qualité de vie au travail : les IDEL ont depuis  lors travaillé leur copie sur ces thématiques essentielles pour livrer aujourd'hui 24 propositions à l'adresse des candidats afin de faire évoluer le métier et surtout améliorer la prise en charge des patients et de la population.

Rester des acteurs clés de la coordination des soins sur les territoires

Délivrant des soins à quelque 4,4 millions de personnes en France, les infirmiers libéraux se considèrent comme les principaux coordonnateurs cliniques de proximité au domicile des patients assurant le maintien à domicile des populations les plus fragilisées,sécurisant le parcours de santé des usagers, facilitant l’accès aux soins et assurant la continuité des soins. Une mission qu'ils souhaiteraient voir mieux valorisée, à travers 8 principales propositions :
- Créer un statut de cabinet infirmier référent afin de fluidifier le parcours de santé et les sorties hospitalières
- Développer et reconnaitre de nouvelles compétences afin de permettre un meilleur suivi des patients et de simplifier le parcours du patient
- Favoriser le maintien et le retour à domicile par un suivi infirmier renforcé et adapté, et valoriser le suivi de pathologies chroniques
- Réintégrer les infirmiers libéraux dans les EHPAD
- Développer la participation des infirmiers libéraux à la prise en charge des soins non programmés grâce, notamment, au déploiement de la télésanté et le développement de l’exercice pluriprofessionnel
- Permettre aux infirmiers libéraux un accès direct dans le respect du champ de compétences
- Soutenir toutes les modalités de l’exercice coordonné
- Attribuer des moyens supplémentaires aux déplacements des IDEL pour favoriser le maintien à domicile

Un financement équilibré pour une prise en charge de qualité

Pointant les dysfonctionnements du fiancement actuel du système de soins, le Sniil estime essentiel de le faire évoluer tout en restant vigilant à la qualité et à la pertinence des soins. Ses priorités portent ici sur trois points :
- Organiser une meilleure articulation des dépenses entre l’hôpital et la ville en prenant en compte le transfert d’activités de l’hôpital vers le secteur ambulatoire.
- Externaliser les coûts des soins infirmiers des forfaits SSIAD afin de favoriser le maintien à domicile des patients dépendants
- Développer les financements des Equipes de Soins Primaires (ESP) et de toutes formes d’exercice coordonné

Favoriser la transition écologique et numérique

Afin d’éviter une sélectivité des patients notamment par le refus de prendre en charge les plus isolés, les IDEL requièrent des solutions pour faire face, sur le court terme à l’inflation des prix du carburant notamment, mais aussi sur le long terme pour les accompagner à la transition écologique et numérique. A savoir :
- Distribuer des «chèques inflation» pour les infirmiers libéraux, à titre de compensation à la hausse des prix des carburants at au surcoût lié aux EPI (Equipements de Protection Individuelle)
- Mieux les accompagner financièrement pour favoriser les équipements électriques de tous types (vélos, 2 roues, voitures)
- Développer les actes de télésanté et les adapter à l’exercice infirmier.
- Accélérer et faciliter l’interopérabilité des systèmes d’information entre la ville et l’hôpital et entre les acteurs de la ville, mais aussi la portabilité des données entre les logiciels

Pour un renforcement de la sécurité et la qualité de vie au travail

Comment prendre soin des patients quand nous-même, nous ne nous sentons pas en sécurité et soutenus dans notre exercice ?. Le Sniil rappelle que les conditions de travail des IDEL sont particulières et nécessitent des aménagements adaptés , et avance 5 propositions dans ce sens :
- Proposer un système d’appel/contre-appel en lien avec la police pour les IDEL qui exercent dans des zones isolées et/ou difficiles
- Instaurer un congé maternité, équivalent aux droits des femmes médecins
- Mettre en place une protection systématique pour tous les IDEL en cas d’accident du travail, et négocier la prise en charge dans le cadre de négociations conventionnelles
- Prendre en compte la pénibilité et mettre en place des mesures afin d’éviter le burn-out (liés souvent à une surcharge administrative, des contraintes et pressions structurelles, l’insécurité dans certains quartiers…)
- Faciliter les déplacements et le stationnement lors des visites à domicile.

Comment envisager le « virage domiciliaire » sans nous, et nous donner les moyens d’accomplir nos missions de santé publique ? interroge John Pinte. Face à la désertification médicale, face au vieillissement de la population, les politiques ne pourront pas continuer à faire la sourde oreille à nos propositions. A bon entendeur...


Pour en savoir plus : Plateforme participative du Sniil pour les élections présidentielles 2022

Creative Commons License

Directrice de la rédaction betty.mamane@gpsante.fr

Retour au sommaire du dossier Exercer en libéral

Publicité

Commentaires (0)