BLOG

« Une erreur de l'Urssaf, ce serait tellement bien… »

Cet article fait partie du dossier :

Blogs infirmiers

    Précédent Suivant

Mes mains tremblantes arrachent le haut de l'enveloppe pour sortir la lettre, la fameuse lettre de régularisation des cotisations Urssaf. Mes yeux se posent sur le chiffre en bas à droite et je manque de tomber à la renverse ! Mais, comment ?! Mais, what ?!

Coup de gueule infirmière libérale

Une erreur, ce serait tellement bien, pourtant au fond de moi, je sais bien que le nombre à quatre chiffres tout en bas n'est pas une erreur...

Purée, celle-là, je ne l'avais pas vu venir. Je pensais, que cette année, je ne m'en sortirais pas trop mal, mais j'avais omis un détail, un tout petit détail : le fameux N-2 ou comment grâce à un bond dans le temps de deux ans, on te calcule (par une opération aussi complexe qu'un problème de maths à vingt-cinq inconnus !) le montant (souvent vertigineux) de tes cotisations. J'exagère un peu mais personnellement, le détail de la régularisation de cotisation au verso de la feuille m'a toujours paru aussi clair que de l'eau de boue et je me suis, chaque année, demandé pourquoi N-2 et pourquoi pas N-10 ou N-100 !

Tout cela a l'air en tout cas bien compliqué pour ma petite tête qui ressemble d'ailleurs depuis l'ouverture de la fameuse enveloppe à une cocotte-minute prête à exploser  : "comment vais-je faire pour payer ?", "ils ont dû se tromper !", "bon, pas de panique ! Appeler l'Urssaf pour vérifier qu'il n'y a pas d'erreur !". Une erreur, ce serait tellement bien, pourtant au fond de moi, je sais bien que le nombre à quatre chiffres tout en bas n'est pas une erreur, que la seule erreur est d'avoir eu une année plus calme en 2014. Voilà, la raison ! Pourtant, difficile de prévoir à quel moment l'activité du cabinet va diminuer. Ce sont des êtres humains que l'on soigne, pas de simples marchandises. On m'a pourtant dit et répété qu'il ne faut jamais, au grand jamais, faire le yoyo avec son chiffre d'affaires, qu'il faut travailler de façon constante en suivant une ligne toute tracée pour ne pas faire d'écart et ne pas se retrouver avec des régulations de cotisation trop importantes. Mais, ce n'est pas ça la vie, surtout pas la vie professionnelle. Ce n'est pas une longue ligne droite mais plutôt un ensemble de chemins sinueux avec des creux et des bosses, avec des périodes agitées et d'autres plus tranquilles.

Difficile de prévoir à quel moment l'activité du cabinet va diminuer. Ce sont des êtres humains que l'on soigne, pas de simples marchandises. Les yeux rivés sur la lettre, je pense à notre système de cotisation qui pourrait être tellement plus simple. Pourquoi ne pas calculer uniquement sur l'année précédente ?  Parce que là, qu'est-ce qu'on y gagne à part stresser en se demandant chaque fin d'année à quelle sauce on va être mangé ? En résumé, pour...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

Witdelf

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Régularisation urssaf

Bonjour,
J'ai ressenti la même chose en ouvrant la lettre.
Mais comment faire...personne n'en parle(forum...)
Peux t on faire bouger les choses?
Les syndicats servent à quoi?
Ils devraient être là pour faire changer ces problèmes là...j'ai envie d'écrire une lettre mais moi toute seule,je ne vais pas faire bouger grand chose...
Que faire????

Minty

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Ah l'URSSAF

Comme je vous comprend, même réacion en ouvrant l'enveloppe, je suis choquée, déçue, de travailler si dur, pour quon me ponctionne jusqu'à la moelle!!! Ras le bol!!! Je suis de tout coeur avec vous!!!