IDEL

Quelle expertise des infirmiers libéraux sur le volet éducatif ?

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

La Préparation - distribution - administration (PDA) des médicaments est un domaine de compétences partagées en particulier avec les pharmaciens. Toujours est-il que si ces derniers vont être dans le conseil, les infirmiers libéraux ont, eux, une véritable expertise à faire valoir sur le volet éducatif. Merci à la Fédération nationale des infirmiers pour le partage de cet article.

infirmière libérale médicaments

« Les IDEL sont souvent le dernier rempart avant l'administration du traitement. [...] Ce sont bien eux qui sont les effecteurs » rappelle Julien Maulde-Robert.

La Préparation – distribution – administration (PDA) des médicaments s’effectue sur prescription médicale (écrite, datée et signée par le prescripteur) ou à partir de protocoles thérapeutiques médicamenteux. En ville comme à l’hôpital, celle-ci consiste à administrer au bon patient le bon médicament, à la bonne dose, par la bonne voie et au bon moment (cf. encadré "La règle des 5 B"). Plusieurs professionnels de santé y participent selon leurs domaines d’activité. Dans le cadre de leur rôle propre et selon l’article R.4311-5 du Code de la santé publique (CSP), les infirmiers aident à la prise des médicaments présentés sous forme non injectable (alinéa 4), vérifient leur prise (alinéa 5), surveillent leurs effets et éduquent le patient (alinéa 6). À ce titre, il leur incombe plus précisément  :

  • de vérifier la prescription et notamment la concordance entre celle-ci, le médicament et le patient ; de préparer les doses à administrer extemporanément ;
  • d’effectuer un contrôle préalable produit/patient/prescription en prenant en compte si besoin des résultats biologiques (créatinémie, INR, glycémie…) et/ou cliniques ;
  • d’informer le patient ;
  • d’obtenir son consentement et de s’assurer de sa compréhension ;
  • d’administrer les médicaments, d’en tracer l’acte ;
  • enfin, d’en suivre les effets attendus et les réactions éventuelles (effets indésirables…)1.

L’erreur de technique d’administration est de 5,4% pour les Anti-vitamines K (AVK). Plus de 56 % des erreurs pourraient être interceptées au moment de la prescription en présence des données de laboratoire. La règle des 5 B Le fil conducteur de la sécurisation de l’administration médicamenteuse repose sur la règle des 5 B. Il s’agit d’administrer : au bon patient ; le bon médicament. L’infirmier doit prendre le temps de lire de façon attentive l’étiquette du...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)