AU COEUR DU METIER

Le président de l’Ordre des Infirmiers reçu par la ministre de la Santé

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Le 12 décembre 2012, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a reçu une délégation de l'Ordre National des Infirmiers (ONI) constituée du président Didier Borniche, du directeur juridique et de quatre membres du bureau lors d'un long entretien que le président a qualifié de « franc et très constructif ».

Communiqué de presse de l'Ordre National des Infirmiers – 13 décembre 2012

Le président de l’Ordre des Infirmiers reçu par la ministre de la SantéMadame Touraine a concédé que l'Ordre avait bien évolué au regard de la situation passée ; elle a certes souligné un problème d’adhésion chez les infirmiers salariés. Si la ministre a rappelé qu’elle n’avait pas été favorable à la mise en œuvre de l’Ordre des Infirmiers, ses représentants sont sortis rassurés par la volonté affirmée de madame Touraine de ne pas systématiquement défaire ce que la loi avait précédemment créé.

Les actions positives engagées par le Président et le Conseil national (baisse de la cotisation des salariés, pédagogie et information des infirmiers, partenariat institutionnel) sont approuvées et qualifiés de véritable pari par la Ministre. Les élus ordinaux présents ont déclaré vouloir poursuivre dans cette voie de confiance et de conviction avec les infirmiers, qui permet à l'Ordre d'atteindre à ce jour 126 000 inscrits, le plaçant comme le 2ème ordre de France. Désormais, « une majorité de ces infirmiers sont des salariés » a souligné Didier Borniche.

Adoptant une posture impartiale, en tant que ministre de la Santé, Marisol Touraine souhaite que le Parlement s’engage, sans précipitation, dans un travail de réflexion sur le sujet et que le temps nécessaire y soit consacré. Elle a annoncé qu’un groupe de travail parlementaire, présidé par une députée, devrait se constituer à l’Assemblée nationale pour effectuer ce bilan et ce travail prospectif. Elle ne préjugera pas du résultat et ne donnera son avis que sur la base du rapport de ce groupe.


http://www.ordre-infirmiers.fr/

Publicité

Commentaires (9)

Louiss

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#9

...

Pas vraiment d'avancée...

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#8

pas de honte

aucun respect pour se gouvernement qui dans l'opposition crache sur l'oni et des qu'ils sont au pouvoir nous font du flamby

la fée calôme

Avatar de l'utilisateur

45 commentaires

#7

Trahison politique.

Décidément les politiques méritent LA GRANDE CLAQUE que nous aurions du leur donner depuis belle lurette tant leur conception des devoirs qu’ils ont envers leurs électeurs me semble inexistante. C’est pourquoi je préconise que nous prenions notre destin en main et que dès la rentrée de janvier 2013 nous commencions à constituer des listes de paramédicaux très ouvertes à la population pour que nous soyons en mesure de faire la nique aux professionnels de la politique et du mensonge dès les élections locales de 2014. Puisque le seul intérêt pour ces menteurs est de se maintenir en place au seul profit de leurs intérêts personnels il me semble légitime que nousleur piquions la place afin de décider de ce qui est le mieux pour notre profession. On est jamais si bien servie que par soi même.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

270 commentaires

#6

Fais moi confiance...

La voie de confiance et de conviction peut se résumer ainsi :
"Nous adressons ce jour un courrier à Mr le procureur de la république afin de l'alerter de la situation non-conforme de ces professionnels vis à vis de la législation" : extrait du courrier en date du 21 novembre 2012 adressé par l'administrateur CDOI 36 à la DRH d'un gros établissement de santé de l'Indre.
Alors, il va falloir qu'ils arrêtent leur propagande à 2 balles et qu'ils assument franchement que leur truc est rejeté et qu'ils n'ont que les menaces pour tenter de nous asservir !!!

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#5

lettre au Premier ministre

à
Monsieur le Premier ministre.

Strasbourg, le 14 décembre 2012.

Monsieur le Premier ministre,

nous vous prions de bien vouloir trouver, en copie, la lettre adressée hier à
monsieur le président de la République, au sujet de l’ordre infirmier.

L’actualité ordinale, et donc contre ordinale, se précipite pour des raisons que
nous devinons et c’est pourquoi nous nous adressons aujourd’hui à vous :
madame la ministre de la Santé s’est – heureusement – prononcée
publiquement ces dernières semaines en faveur d’une modification
substantielle des statuts de l’ordre infirmier visant à le rendre facultatif, par
voie parlementaire,

depuis quelques jours, à grands renforts de publicité, l’ordre infirmier prétend
le contraire, s’affiche en réunion dans les locaux du Conseil d’État (!!) et
annonce hier après avoir été reçu par madame Touraine, le report de la volonté
ministérielle par le biais d’une commission « Théodule » future, en langage
clair monsieur le Premier ministre à noyer le poisson …

Monsieur le Premier ministre, vos écrits sur le sujet ordinal ont toujours été
clairs, alors dans l’opposition vous vous êtes toujours prononcé contre les
ordres paramédicaux et donc contre l’ordre infirmier, comme d’ailleurs la
plupart des ministres actuellement en poste et comme monsieur le président
de la République.

Depuis des mois, nous recevons moultes témoignages écrits de la volonté
gouvernementale de légiférer sur ce sujet, monsieur le directeur du Cabinet de
madame Touraine nous ayant donné la rentrée 2012 comme date indicative, le
26 juillet dernier … rue de Varennes.

Aujourd’hui, l’ordre infirmier fanfaronne, annonce qu’il va recruter une
vingtaine de salarié en 2013 alors qu’il est plus proche des 100 millions d’euros
de passifs et autres dettes cumulées que d’un redressement toujours
hypothétique auquel seuls les dirigeants aveugles et sourds de l’ordre
continuent de croire, accompagnés abusivement il est vrai de ses soutiens
assuranciels et bancaires qui misent « à long terme sur le paquet » …

Monsieur le Premier ministre allons nous devoir employer le terme de trahison
alors que nous nous sommes clairement positionnés contre le gouvernent
sortant lors des dernières élections appelant à voter pour un changement que
nous ne voyons pas venir ? Nous pouvons (aujourd’hui) – sur ce dossier
ordinal – parler de continuité des tergiversations de l’ancien ministre Xavier
Bertrand … alors que l’ordre va fêter son sixième anniversaire et que plus de
90% des infirmiers en poste dans ce pays refusent toujours de s’y soumettre
en se positionnant volontairement en exercice illégal au quotidien !

Monsieur le Premier ministre, nous sommes plus que jamais déterminés à
refuser cette honte infirmière qu’est l’ordre imposé par une Loi inique de
décembre 2006 à laquelle vous vous êtes opposé en son temps.

Monsieur le Premier ministre, nous n’hésiterons pas à durcir encore plus notre
mouvement et nos actions contre l’ordre si vous veniez confirmer ces
informations, nous prenons d’ores et déjà rendez vous en 2014, date des
prochaines élections locales.

Monsieur le Premier ministre « le changement c’est maintenant ».

Recevez monsieur le Premier ministre nos respectueuses salutations infirmières
contrariées mais plus que jamais déterminées.

RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#4

lettre aux parlementaires

à

Mesdames et messieurs
les Parlementaires.

Strasbourg, le 14 décembre 2012.

Mesdames et messieurs les
Sénateurs et Députés,

nous vous prions de bien vouloir trouver, en pièces jointes, les lettres adressées hier et ce jour à messieurs Hollande et Ayrault au sujet de l’ordre infirmier contre lequel nous continuerons de nous battre afin d’en obtenir l’abrogation.

Les dernières informations publiées faisant état d’une tergiversation notable de la volonté ministérielle récemment affichée, de madame Touraine, de légiférer sur l’ordre afin de le rendre facultatif, allant dans le sens d’une continuité de la position de monsieur Xavier Bertrand, ancien ministre, vous ne serez pas étonnés de notre position et de notre volonté plus que jamais déterminée.

Mesdames et messieurs les Parlementaires, vous connaissez notre implantation territoriale infirmière et notre capacité à diffuser massivement des messages auprès de la population que nous côtoyons au quotidien. Un sentiment de trahison se faisant de plus en plus prenant, nous prenons d’ores et déjà rendez vous pour les prochaines échéances de 2014, car comme les salariés de la métallurgie lorraine nous refusons d’être les cocus de l’histoire.

Recevez, mesdames et messieurs les élus de la Nation, nos salutations infirmières amères.

RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg.

syndicat RESILIENCE

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#3

lettre au président de la République

à
Monsieur le Président de la République.

Strasbourg, le 13 décembre 2012.

Monsieur le Président,

votre Chef de Cabinet a bien voulu répondre à nos dernières missives en date du 26
novembre 2012, nous avons pris bonne note et nous vous remercions de cette
attention.

Nous revenons, néanmoins, encore une fois vers vous car :
les multiples échanges de courriers à l’attention des Parlementaires, des Présidentes
de Commission au Sénat et à l’Assemblée Nationale, du président du Groupe
Socialiste au Palais Bourbon, de monsieur le Premier Ministre font tous état de bonnes
intentions et d’une volonté qui va dans le sens de notre principale revendication,
Madame la Ministre de la Santé, à qui vous renvoyez nos demandes, a récemment fait
plusieurs déclarations publiques allant dans le sens de notre principale revendication.
Monsieur le Directeur de Cabinet de madame Marisol Touraine nous avait laissé
entendre, le 26 juillet 2012, que notre principale revendication serait traitée par la
voie parlementaire, à la rentrée de septembre dernier …

Aujourd’hui, monsieur le Président de la République, nous constatons, amèrement,
que non seulement l’ordre infirmier n’a toujours pas fait l’objet des modifications
promises mais que de surcroît, il vient de tenir séance dans les locaux du … Conseil
d’État.

Il est bien évident qu’un tel soutien, de la part des pouvoirs publics, est quelque peu
surprenant et qu’il va à l’encontre de la volonté, pourtant affichée d’abroger
partiellement la Loi inique du 26 décembre 2006, que – pour mémoire – les députés
et sénateurs de gauche d’alors, n’avaient pas voté !

Nous connaissons les pressions, pour les subir nous même, des différents
protagonistes du dossier dont nous savons, aussi, que les intérêts en jeu sont très
importants sur le plan financier pour certaines compagnies d’assurances ou d’autres
établissements financiers qui continuent d’apporter ouvertement leurs soutiens abusifs
à une structure ordinale qui approche les cent millions d’euros de passifs, dettes et
autres impayés …

Mais monsieur le Président, ces intérêts sont tout, sauf infirmiers.
Nous constatons, aussi, que le discours de campagne visant à abroger les ordres
paramédicaux ne concerne, aujourd’hui, plus que le seul ordre infirmier.

Les plus âgés d’entre nous, se souviennent aussi que votre illustre prédécesseur avait
pourtant fait les mêmes promesses parmi les 101 qui figuraient sur sa liste de
candidat et, qu’en quatorze années, il n’en a rien fait …

Nous continuons à refuser le droit aux dirigeants de l’ordre infirmier, non réélus depuis
plus de dix huit mois, de nous représenter comme récemment au Sénat, entendus par
la Mission Parlementaire d’information sur les sectes dans le domaine de la Santé.

Monsieur le Président, au delà du triste spectacle donné par l’actuelle opposition
depuis des semaines, au delà du discrédit toujours plus important que la population
française, dont plus de six cents mille professionnels et étudiants infirmiers, ressent à
l’encontre de la classe politique, il est un sentiment qui nous anime et qui est celui de
l’abandon des valeurs qui nous sont chères, dont celle du respect de la volonté du
peuple dans une démocratie. Ainsi, après bientôt six années de lutte et de refus d’un
ordre infirmier dans notre pays, toujours plus de cinq cents mille paramédicaux
exercent toujours en illégalité, au quotidien, la plupart d’entre eux étant salariés par …
l’État.

Nous saurons, le moment venu, prendre – comme toujours – et assumer nos
responsabilités d’un engagement citoyen au service de la population.

Recevez, monsieur le Président, nos salutations infirmières respectueuses et, plus que
jamais, déterminées.

RESILIENCE – 13 rue de Molsheim – 67000 Strasbourg

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

270 commentaires

#2

10 millions d'euros...

La première mise est de 10 millions d'euros...

moutarde

Avatar de l'utilisateur

375 commentaires

#1

poker menteur

c'est qui, qui va gagner la partie ?