AU COEUR DU METIER

[Alerte Info] Ordre infirmier : Dominique le Boeuf démissionne

Cet article fait partie du dossier :

ONI

Ce matin vendredi 8 juillet, Dominique Le Boeuf, présidente de l'ONI a présenté sa démission par courrier à ses collègues élus du Conseil National de l'Ordre Infirmier (CNOI) ainsi qu'à ses collaborateurs.

demission dominique le boeuf ordre des infirmiersCette décision met un point final à une saga qui avait hélas trop duré, décrédibilisant tous les jours un peu plus l'instance ordinale. Dans un longue lettre expliquant sa démission, Dominique Le Boeuf se défend: « Nous avons assumé nos tâches régaliennes de service public. Nous nous sommes affirmés comme des interlocuteurs compétents des autorités de santé, nous avons tracé des orientations pour un avenir attractif de nombreuses branches de la profession. Nous avons collaboré avec tous les partenaires de bonne volonté (…) Malheureusement, ni l'enthousiasme et le zèle, ni la bonne foi et la rigueur, ni les réalisations de qualité évidente n'auront suffi à désarmer un ensemble d'hostilités coalisés. »

Dominique Le Boeuf rappelle de plus le dernier rebondissement en direct du Ministère de la Santé qui « remet en cause le strict minimum que nous pouvions encore espérer (…) Il est clair que l'Ordre « organisme de droit privé », ne saurait attendre une quelconque aide financière du ministère, en même temps qu'il nous annonce que la cotisation, quand elle sera enfin devenue symbolique, n'aura même pas à être acquittée ! ».

Pour Dominique Le Boeuf ce mépris pour une « institution crée par l'Etat pour l'intérêt national » n'est pas supportable. De fait, sa démission s'inscrit « comme un ultime moyen de protester de façon solennelle contre le mépris de l'Ordre, du droit que nous devions défendre, des infirmières et des infirmiers et de leur intérêt véritable, qui rejoint ici l'intérêt des patients de notre pays. »

C'est donc David Vasseur, vice-président délégué du CNOI qui va présider le Conseil, jusqu'à l'élection d'un nouveau président qui devrait avoir lieu à la prochaine session.

Il faut espérer beaucoup d'une nouvelle présidence qui devra rebâtir, pierre après pierre, et dans l'adversité, une instance en perdition et digne de ce nom, et ce, sans guerres intestines. L'indice de confiance à l'ONI étant aujourd'hui proche de zéro, la mission s'avère presque impossible.

Creative Commons License
Rédactrice en chef IZEOS
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publicité

Commentaires (13)

ecureuils21

Avatar de l'utilisateur

93 commentaires

#13

POURQUOI

RELAYER CETTE INFORMATION, QUI N ETN+ONNENT PERSONNE EN FAITE, CE FIASCO EST PREVISIBLE, L INCOMPETENCE, L AGRESSIVITE, L AMATEURISME DE L ONI A EU RAISON DE CE REVE NOURRIT PAR QUELQUES CADRES ARRIVISTES EN MANQUE DE RECONNAISSANCE. ALORS NE VOUS ETONNER PAS DE VOIR DISPARAITRE L ONI DEBUT SEPTEMBRE. ALERTE INFO D INFIRMIER.COM L ONI DISPARAIT....BEN OUI C EST PREVISIBLE....QUEL MANQUE D ANTICIPATION ET LISIBILITE JOURNALISTIQUE........PARLEZ NOUS MAINTENANT D AUTRE CHOSE QUE DE CETTE MEDIOCRITE NAUSSEEUSE ET ENNUYEUSE

seringuelectrique

Avatar de l'utilisateur

122 commentaires

#12

à JULIEN_AS

ce méli mélo de contre vérités est un non sens ...

la découpe de la profession infirmière telle que tu la décris est une illustration du rapport Hénart et de ce que pourrait être les professions de la Santé dans les années à venir ... les infirmières libérales (dont je ne suis pas) n'ont rien à voir la dedans si ce n'est que leurs syndicats infirmiers libéraux applaudissent des deux mains ce même rapport Hénart, comme l'ordre infirmier agonisant lui aussi ...

comme l'a très bien dit moutarde, se sont toujours et encore les mêmes personnes qui ont voulu un ordre, qui soutiennent le rapport Hénart, j'en passe et des meilleures ... et qui viennent maintenant pleurer et crier au scandale quand le ministre leur propose un ordre - plus ou moins - réservé aux seuls libéraux ...

ces mêmes personnes qui ne sont plus depuis belle lurette sur le terrain au chevet du patient ...

essayer de monter les IDE les unes contre les autres pour mieux les diviser et une tentation que tous les pouvoirs politiques ont essayé avec plus ou moins de réussite ...

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#11

les onistes sont toujours aussi sourd(e)s !!!

mais arrêtez de nous bassiner avec votre ordre salvateur des pôvres infirmières stupides et sans représentation !!!!

l'ordre n'est pas la réponse à nos problèmes !! jamais il ne l'a été et jamais il ne le sera !

C'est un organisme dictatorial , sans pouvoir , dépensier et non représentatif des infirmières de base ...

On ne fédère pas par la force et la loi ...

les infirmières méritent mieux que ce truc poussiéreux et tristement animé par des personnes non infirmières (cf DLB et TA etc ...) , plus soucieuses de leurs images et de leurs petits pouvoirs que du quotidien des vraies infirmières sur le terrain !!!

que cet ordre infirmier disparaisse sera une bonne et excellente chose !!

moutarde

Avatar de l'utilisateur

386 commentaires

#10

Château de sable

Je crois que tu mélanges tout ; l'ordre et le reste...
Je te rappelle ou t'apprends que (presque) feu l'ONI a approuvé le rapport Hénart et sa vision des nouveaux métiers de la santé (praticiens en chirurgie par exemple) ou pratiques à la croisée du sanitaire et du social ; la dernière trouvaille mais il y en aura d'autres étant le Bac ASSP.
Que beaucoup de celles et ceux qui ont siégé dans les hautes instances ordinales sont également les mêmes qui arpentent inlassablement les couloirs des Ministères. Les mêmes aussi qui assistent aux colloques, tables rondes et autres états supposés généraux de la profession.
Ce qui les lie les 1 aux autres, c'est qu'ils/elles sont toutes et tous coupé(e)s de la réalité du terrain.
Ceci explique cela.
Aucune prise de position sur les glissements de tâches. Pire ils deviennent pompeusement coopérations inter professionnelles et non basées sur des formations diplômantes.
C'est vrai, il faut s'adapter de toute urgence aux nouveaux besoins qu'aucun de beaucoup de ceux qui en parlent ne prennent la peine de définir.
Pour le reste de ton laïus, je ne vois pas ce que les IDEL viennent faire là dedans.

JULIEN_AS

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#9

le chateau de sable... un beau début

Le peu d'adhérent et sympathisants de l'ordre n'y comprennent plus rien aussi cet ordre(comme bientot ce qui arrivera a l'ordre de médecin) est complètement discrédité...

un "chance" pour le gouvernement qui voyait d'un mauvais oeil un gros machin se mettre en place avec une montée en puissance des syndicats... au lieu de ça un chateau de sable ..
chouette on va pouvoir découper la profession en de nombreux petits metiers pas trop payés, un specialiste en suture , un en pose de perf , soyons fous...
et pis ben allez pourquoi les infirmières libérales ne viendraient pas faire les soins dans l'hopital (en payant une dime, sorte de location du lieu d'exercice..)
chouette l'hopital va etre rentable...le personnel payé a l'acte... plus de salariés et donc de charges sociales :géniale si ca se trouve plein d'infirmière libérale en rêve...(chacun viendra avec son petit matériel? pas besoin de logistique dans l'hopital, ni personnel pour la paie...
pis ben comme l'emploi c'est pas trop ca, on va faire aussi très fort pour l'aide a la personne, la dépendance: une moitié d'aide soignante suffira bien.. payée par des chèques emploi service... qu'est-ce qu'on se marre dans ce pays...

execho

Avatar de l'utilisateur

100 commentaires

#8

bonnes manières entre "coquins"

Les infirmières ne sont pas plus méprisées qu'avant du fait des divergences entre les votants de 2006 et les inspirateurs de la loi.Il n'y a pas eut consensus entre eux sur la façon de contrer l'hostilité des infirmières à l'ordre.Dans ce cadre tous les coups ont été permis.Le mépris c'est la politique de rigueur subie par toutes les professions de santé.Le combat incontournable c'est l'unité contre cette politique.Le refus massif de l'ordre est un avertissement sur la capacité de résistance,les annonces cacophoniques marquent le désarroi de ce gouvernement devant le "péril social".

infirmireencolre

Avatar de l'utilisateur

28 commentaires

#7

Acceptez votre échec , accepter de vous etre trompé .....

Vont ils et elles enfin comprendre , ceux et celles qui cherchent depuis déjà trop longtemps à nous imposer leur ordre , que nous ne voulons pas d’eux ni d’elles !!!!!! ?
Rendez vous à l’évidence : si cette structure ordinale répondait à une volonté des infirmières de France , vous ne seriez pas dans cette panade , et c’est la quasi totalité des infirmières qui se serait inscrite , sans que vous ayez besoin de les menacer !!!!
A l’évidence , personne ne vous suit , personne de veut de vous , ni de votre ordre infirmier !!!!
Vous ne passerez JAMAIS en force …...
L'immense majorité d'entre nous ne veut pas d'ordre infirmier !

.cedr1c.

Avatar de l'utilisateur

207 commentaires

#6

aucun changement

les conseillers restent les mêmes, et comme ils ont voté tous ensemble la situation actuelle. la dette reste la même, la cessation de paiement se fait toujours sentir et les employés de l'ONI risquent tout autant d'être mis dehors. La procédure de resilience n'ets pas remise en question non plus, il me semble.
Au moins, l'ordre aura eu deux présidences.

So, avant de parler de rebatir, regarder juste l'ordre du jour du dernier cnoi qui devait avoir lieu, et vous verrez que l'on prépare juste la fin de cet ordre. Les échanges de mails entre élus parle aussi de cette fin.

migraine

Avatar de l'utilisateur

75 commentaires

#5

mouais...

pas sûre que ce soit à notre avantage...attendons...

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#4

adieu

une chance pour elle, elle n'est plus infirmiere elle aurait étè obligé d'aller bosser maintenant

#So#

Avatar de l'utilisateur

60 commentaires

#3

Erratum

L'information sur la démission de Dominique Le Boeuf nous étant arrivée en urgence, il n'était pas précisé si le conseil extraordinaire avait eu lieu ou pas, d'où notre erreur de temporalité. Donc acte dans le chapô modifié. Merci de votre compréhension.

Quant à la question de prendre parti ou non, il est évident que la démission de la présidente de l'Ordre ne remet pas en question aujourd'hui l'existence de cette instance, bien que malmenée, ce qui justifie l'idée du terme "rebâtir".

mimicra

Avatar de l'utilisateur

95 commentaires

#2

parti pris ??

"Il faut espérer beaucoup d'une nouvelle présidence qui devra rebâtir, ....."

Comment un rédacteur peut il prendre parti ???????

C'est une honte de plus.

Mais bon, on suppose que c'est encore moi qui comprend à l'envers n'est ce pas ??

Alors moi anti ordre, je dis : "Que la démission de DLB accélère la fin de l'ordre !!"
J'ai autant le droit que la rédactrice de cette "info", d’émettre mon opinion personnelle.

P.S. infirmiers.com a t il touché un avantage numéraire de la part de l'ordre ??

Bistouquette

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#1

Désinformation

C'est rigolo chez infirmiers.com

"A l'issue de la session extraordinaire du Conseil"

Vous n'avez pas la même info qu'à l'APM ou Actusoins: le Conseil du 8 juillet n'a PAS eu lieu... il est cet après-midi.

Et vous savez déjà quel est le prochain ordre du jour avant les conseillers: les élections ?

Et bah... chapeau bas.