EN BREF

Grave agression à l'arme blanche d'une infirmière libérale

Mise à jour du 6 avril 2017 : L'ordre infirmier (CROI d'Alsace) a annoncé que l'état de santé de l'infirmière se stabilisait et qu'elle se trouvait désormais hors de danger. Par ailleurs, dans un communiqué de presse daté du 5 avril 2017, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, témoigne tout son soutien à l'infirmière libérale agressée et lui souhaite un rétablissement rapide. La ministre condamne ces faits d’une rare violence et tient à saluer le travail exemplaire accompli chaque jour par les infirmiers au service de leurs patients, dans des conditions parfois difficiles.

Selon les informations publiées dans la presse régionale, DNA.fr, L'Alsace.fr, une infirmière libérale a été très grièvement blessée lors de sa tournée du matin le mardi 4 avril. L'infirmière s'est en effet présentée un peu avant 8h au domicile de son patient à Buhl, un petit village du canton de Wissembourg, pour lui donner son traitement médicamenteux. L'homme attendait derrière la porte un couteau à la main. Dès qu'il a ouvert, il s'est jeté sur l'infirmière et l'a poignardée à trois reprises à la poitrine et à l'épaule. L'agresseur présumé s'est ensuite retranché dans son logement. Selon DNA.fr, la victime, âgée d'une cinquantaine d'années, a été prise en charge par les sapeurs-pompiers. Elle a été évacuée dans un état grave par l'hélicoptère de la sécurité civile du Bas-Rhin Dragon 67 vers le CHU de Strasbourg-Hautepierre. L'auteur présumé des faits a été interpellé peu après 9h par les gendarmes de la compagnie de Wissembourg. Les militaires du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) ont dû faire usage de leur pistolet à impulsion électrique pour maîtriser l'individu. L'un des gendarmes a été blessé à la main par un éclat de verre au cours de l'intervention.

Le suspect de 57 ans, interpellé par les militaires du peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) qui ont dû faire usage de leur pistolet à impulsion électrique pour maîtriser l'individu, souffrirait de schizophrénie. Il a été placé en garde à vue pour tentative de meurtre aggravé. Le parquet de Strasbourg a ordonné qu'il soit examiné par un psychiatre, lequel a considéré que son état était incompatible avec la garde à vue. Le quinquagénaire a été hospitalisé en psychiatrie.

Nous adressons nos meilleures pensées à cette infirmière ainsi que celle de la communauté, émue une nouvelle fois par cette situation d'extrême violence, en lui souhaitant un prompt rétablissement. Nous suivrons son évolution. 

Publicité

Commentaires (0)