EN BREF

La SF2H fait le point sur "les conditions de prolongation du port ou de réutilisation" des masques chirurgicaux et FFP2

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

La Société française d’Hygiène Hospitalière (SF2H), saisie par la Direction Générale de la Santé a publié un avis dans lequel elle émet des préconisations quant aux conditions de réutilisation des masques de protection respiratoire par les professionnels de santé dans une situation de tension d’approvisionnement et de rationalisation de l’emploi des ressources sanitaires. La SF2H devait répondre aux questions relatives aux conditions dans lesquelles un masque peut être réemployé, pour un même patient ou pour des patients différents, à l’hôpital, en établissement médicosocial ou en pratique ambulatoire. Cette question était valable pour les masques FFP2 et pour les masques chirurgicaux, précise-t-elle.

Parmi les points rappelés : ces masques sont bien à usage unique et il faut se conformer à la notice d'utilisation de chacun d'eux. La SF2H préconise également de ne pas réutiliser un masque dès lors qu’il a été manipulé et ôté du visage et de s'assurer de respecter les bonnes pratiques d’élimination des masques pour éviter d’augmenter le risque de transmission. La durée maximale de port d’un même masque chirurgical anti-projection selon la notice d’utilisation du fabricant est de 4h et de 8h pour le port d’un même appareil de protection respiratoire de type FFP, rappelle-t-elle.

La Société française d’Hygiène Hospitalière préconise aussi, du fait de la situation épidémiologique et des stocks de masques disponibles imposant une rationalisation de leur usage, précise-t-elle, d’autoriser le port prolongé du même masque chirurgical antiprojection ou appareil de protection respiratoire filtrant de type FFP pour plusieurs patients en tenant compte de 4 facteurs : tolérance et acceptabilité du professionnel de santé ; humidité de la partie filtrante du masque ; intégrité du masque (ex. élastique et partie filtrante) et risque avéré de projection de gouttelettes infectieuses. Cependant, ce port prolongé ne devra pas dépasser les limites précisées ci-dessus (4h et 8h).

Enfin, elle recommande aux soignants de ne pas utiliser d’autres types d’écrans à la place des masques chirurgicaux (ex. masques en tissu, masques en papier, chiffons noués derrière la tête) qui n'ont pas fait la preuve de leur efficacité. 

Découvrez tout le détail des recommandations de la SF2H

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)