EN BREF

Pour faire reconnaître leurs compétences, les IADE redescendent dans la rue

Le Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes (SNIA) et six autres organisations étudiantes et professionnelles (UFMICT, CNPIA, ANEIA, CEEIADE, IADE United, Sofia) appellent les IADE et les EIADE à battre le pavé parisien le 16 septembre prochain pour réclamer un statut approprié à la hauteur de leurs compétences, c'est-à-dire la prise en compte dans la loi, les décrets et les salaires de leurs deux années de spécialisation, en plus des trois ans de formation initiale en école d'infirmières. Notre exercice professionnel est singulier et il mérite de trouver une base statutaire sécuritaire et adaptée à nos pratiques quotidiennes, écrivait fin août Christophe Paysant, Président du SNIA, dans l'éditorial de la lettre d'info du syndicat après avoir été reçu par Olivier Véran début mai. En l'espace de quatre mois, c'est la deuxième fois que le syndicat catégoriel exhorte les quelque 10 000 IADE à descendre dans la rue pour mettre en avant la nécessité de mutation statutaire de la profession et porter cette revendication à laquelle, selon lui, les réponses apportées pour l'instant n'ont pas été à la hauteur des attentes. Un besoin pourtant pointé du doigt par deux rapports parlementaires dont les conclusions ont été rendues début juillet, rappelle C. Paysant, qui attend toujours celles du rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas), initialement prévu pour le mois de juillet et désormais attendu courant septembre, selon le tract des sept organisations. Un préavis de 24 heures couvrant la journée du 16 septembre a d'ores et déjà été déposé ; le cortège reliera sans doute Montparnasse au Ministère de la santé, a déclaré Vincent Porteous, responsable de l'Ufmict-CGT.

Publicité

Commentaires (0)