EN BREF

Des premiers effets du couvre-feu généralisé à interpréter avec prudence

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le 21 janvier, la situation épidémique a été une nouvelle fois auscultée par le gouvenement. Meilleure que celle des pays voisins (notamment en Espagne et au Portugal), la situation en France est toutefois à interpréter avec prudence. Le couvre-feu généralisé commence à porter ses premiers effets, reconnaissent les cabinets du Premier Ministre et d'Olivier Véran : une baisse du taux d'incidence de 15 % a été observée dans les 15 départements qui avaient ouvert la marche, contre 2 % seulement dans ceux qui ont été contraints plus tardivement. Mais la circulation virale demeure élevée et doit être mesurée à nouveau dans une semaine environ, avec plus de recul, modèrent-ils avec prudence. En effet, le pays est situé sur un plateau haut et connaît une légère hausse du nombre de cas positifs depuis une dizaine de jours (22 848 pour la seule journée d'hier). Par ailleurs, la pression hospitalière reste élevée, puisque 150 entrées en réanimation sont enregistrées par jour en moyenne ; une entrave à un retour à la normale, notamment dans les territoires les plus touchés (Bourgogne - Franche-Comté et Auvergne - Rhône-Alpes). Au-delà des chiffres, les variants anglais et d'Afrique du Sud préoccupent les autorités. Nous sommes attentifs à la situation liée aux variants, car les deux ont été détectés en France. C'est une forte source d’inquiétude, a confié Matignon. Pour empêcher la propagation de ces deux variants, plus contagieux, plusieurs mesures ont été prises : le renforcement de la surveillance virologique (visite d'un infirmier libéral à domicile pour les patients présentant un test positif, contrôles sanitaires aux frontières, proposition d'harmonisation des tests et des mesures en vigueur au sein de l'Union Européenne, extension de 1 mètre à 2 mètres de la distance physique, interdiction des masques dont le niveau de filtration se situerait en-dessous de 90 %, séquençage génomique des échantillons suspects...) ainsi que le maintien du couvre-feu et de la fermeture des bars, restaurants, salles de sport, stations de ski... Dès la semain prochaine, la situation sera réévaluée avec davantage de recul.

La Rédaction Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)