EN BREF

"Secteur public et secteur privé, nous devons plus que jamais unir nos efforts"

Cet article fait partie du dossier:

Exercer dans le privé

    Précédent Suivant

C’est en conjuguant les efforts de tous que nous serons le plus efficace pour faire face à la crise sanitaire a souligné Lamine Gharbi, le président de la Fédération de l'hospitalisation privé (FHP) dans un communiqué. En effet, alors que la France tente de faire face à l’épidémie de coronavirus, les hôpitaux et cliniques privés sont mobilisés, sur l’ensemble du territoire, aux côtés des autres acteurs de santé. Responsables et engagés au service de la santé publique, ils agiront dans le cadre de la stratégie définie au niveau national par le Ministère de la Santé et par les Agences Régionales de Santé (ARS) au niveau local, rappelle Lamine Gharbi. Et de poursuivre, soulignant la mission des hôpitaux et cliniques privés qui accueillent des patients pour les dépister et assurer leur prise en charge en lien étroit avec l’hôpital public. Dans les zones les plus touchées, plusieurs ont déclenché le plan blanc. A la demande du Gouvernement, l’hospitalisation privée pourra contribuer davantage notamment en libérant des lits dans ses services de soins critiques (surveillance continue, soins intensifs et réanimation). Près de 4000 places pourront compléter le dispositif de l’hôpital public pour assurer la meilleure prise en charge de nos concitoyens atteints du coronavirus. Selon le Président de la FHP, les hôpitaux et cliniques privés pourront également prendre le relais sur des opérations non urgentes déprogrammées dans les établissements de première et deuxième ligne. Les établissements de soins de suite privés sont également organisés pour accueillir au plus vite des patients en aval de leur séjour en soins aigus, ce qui permettra de faciliter encore la gestion des lits d’hospitalisation de première et deuxième ligne.

Dans un contexte difficile et inédit, chacun fait preuve d’un esprit de responsabilité remarquable. Je salue le courage des soignants, de ville ou dans les établissements de santé, qui se mobilisent à chaque instant auprès des Français. Secteur public et secteur privé, nous devons plus que jamais unir nos efforts. Nous sommes prêts ! déclare Lamine Gharbi.

Retour au sommaire du dossier Exercer dans le privé

Publicité

Commentaires (0)