COURS IFSI

Cours IFSI - Les pathologies de la rétine

par .

Plusieurs millions de Français sont touchés par les pathologies de la rétine ce qui en font l'une des principales causes de mal-voyance chez l'adulte et l'enfant.

oeil rétine

Pour tout savoir sur les pathologies de la rétine

Les origines des pathologies de la rétine, qui concernent plusieurs millions de Français, sont variées. Ainsi, certaines sont héréditaires, d'autres sont liées au vieillissement, comme la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) ou provenir des complications du diabète.

Les maladies génétiques de la rétine

Les maladies génétiques de la rétine sont généralement transmises sous un mode autosomique récessif. Parmi ces maladies, on recense notamment :

  • l'amaurose congénitale de Leber. Elle est l'une des principales causes de cécité chez l'enfant et touche entre 1 000 et 2 000 enfants en France. Elle se traduit par une détérioration progressive de la rétine ;
  • la maladie de Stargardt qui touche la région centrale de la rétine. Elle se déclare en général entre 7 et 12 ans et engendre une forte diminution de l'acuité visuelle bilatérale en 2 à 3 ans ;
  • la rétinite pigmentaire (RP). Elle touche les bâtonnets et engendre une cécité de nuit suivie par des pertes du champ visuel. Environ 40 000 personnes sont atteintes en France et un million et demi dans le monde. A partir de 40 à 50 ans, les patients souffrent de troubles visuels sévères ;
  • le syndrome de Usher associe quant à lui une rétinite pigmentaire et une surdité neurosensorielle.

Pour l'heure, il n'existe pas encore de traitement pour ces pathologies. Toutefois, la thérapie génique  est porteuse d'espoir. Elle consiste à insérer au sein des cellules du malade une version normale d’un gène qui ne fonctionne pas, ou qui fonctionne mal, et qui est à l’origine de la maladie.

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA)

La dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) est une affection chronique et évolutive de la rétine centrale. Première cause de malvoyance après 50 ans dans les pays industrialisés, elle touche environ 1,5 million de personnes en France. La DMLA entraîne une baisse de l'acuité visuelle bilatérale sans atteinte du champ visuel. On distingue deux formes à cette pathologie :

  • la forme « sèche » ou atrophique qui survient dans deux tiers des cas et évolue lentement. Elle résulte de la disparition progressive des cellules de la macula (zone située au milieu de la rétine) et ne dispose d'aucun traitement. Cependant, la maladie peut être retardée en prenant des compléments alimentaires (vitamines C, E et minéraux antioxydants) ;
  • la forme « humide » ou exsudative qui apparaît chez un tiers des patients. D'évolution rapide, elle est causée par la formation de vaisseaux sanguins anormaux sous la rétine. Les patients se voient proposer, depuis 2006, une injection mensuelle dans l'oeil d'un médicament bloquant cette prolifération (anti-VEGF).

La rétinopathie diabétique

La rétinopathie diabétique fait partie des complications liées au diabète qui touche 50 % des patients diabétiques de type 2. En France, près d'un million de personnes seraient atteintes. Elle se caractérise par une perte d'étanchéité, provoquée par l'excès de sucre dans le sang. Il s'ensuit la rupture, puis l'éclatement des vaisseaux rétiniens. Les nouveaux vaisseaux produits par la rétine deviennent encore plus fragiles. Le phénomène atteint la macula qui s'épaissit et gonfle (œdème maculaire) provoquant ainsi une baisse de l'acuité visuelle.

La maladie s'installe souvent silencieusement ce qui complique le diagnostic. Il est en effet possible d'être atteint même avec une bonne vue. Des moyens efficaces, notamment au laser, existent pour freiner l'évolution de la rétinopathie diabétique et empêcher la cécité, mais la prévention reste le meilleur traitement.

• Pour en savoir plus sur les pathologies de la rétine : Retina France

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Rédactrice Infirmiers.com  aurelie.trentesse@infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)