TFE

Acte 3 : Le travail de recherche infirmier

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Cet article fait partie du Cours IFSI - Dossier : travail de fin d’études infirmier en trois volets.

Après avoir parcouru l’ossature générale du travail de recherche, il reste à clarifier l’introduction, le plan et la conclusion. Mais tout d’abord petit retour en arrière.

 Le travail de recherche infirmierLorsque la méthodologie du travail de recherche vous a été présentée, vous avez certainement entendu parler de la technique de l’entonnoir. En effet, votre réflexion va se structurer à partir d’un thème qui est une approche large de votre réflexion pour progressivement se resserrer autour d’une question de départ puis une hypothèse de recherche.  La phase constructive terminée, vous aller ouvrir votre réflexion en partageant avec votre lecteur le gain de votre travail et lui proposer une ouverture ou un nouveau questionnement enclin avec l’aboutissement de votre réflexion.

Voilà, la phrase est lancée « maintenant vous allez débuter votre réflexion sur le travail de recherche infirmière, votre travail de recherche. » Un ensemble de question se bouscule dans votre tête : quel thème choisir ? Comment trouver une idée, un sujet, une situation ? Comment formuler une question de départ, une hypothèse ?... Alors cheminons ensemble autour de l’histoire de la construction du travail de recherche en soins infirmiers. Pour cela avançons autour des points d’ancrage de la recherche afin de comprendre les mécanismes du chemin de pensée pour construire l’écrit professionnel.

Petite précision : cet écrit à pour objectif de clarifier certains termes que vous entendez, que vous allez essayer d’appliquer afin de leur donner du sens et suivre une logique, celle de la recherche. Il paraîtra peut-être simpliste pour les plus expérimentés mais son but et d’accompagner chacun afin de produire l’écrit tant attendu ou tant redouté. De plus, il y a plusieurs chemins de construction possible alors appuyez vous sur les documents fournis par votre IFSI. Ce sont ces derniers qui doivent rester une référence.

Préambule

Avant de se lancer dans la réflexion il est primordial de se poser un ensemble de questions préliminaires à la recherche :

  • Qu’est-ce qui vous touche dans le métier et/ou les pratiques soignantes ?
  • Quelles sont vos valeurs professionnelles ?
  • Qu’est-ce que vous aimeriez bien faire avancer dans la pratique ou la réflexion soignante ?
  • Votre sujet est-il en lien avec l’exercice infirmier ?
  • Pour qui vais-je écrire ? Pour vous ? Pour les professionnels ? Pour vos parents ? Pour vous IDE demain ? Bref à qui est destiné votre écrit.

Remarque

  • Si vous écrivez pour vous : cela va être important pour le chercheur (vous) mais attention il y a des risques que votre écrit ne reste pas toujours dans la sphère professionnelle.
  • Si vous écrivez pour des professionnels infirmiers : réfléchissez à quelque chose qui concerne tous les membres, ou une majorité des membres du corps soignant.
  • Si vous êtes dans le champ intellectuel : le travail d’observation et le cheminement de la pensée vont être importants. N’oubliez pas d’y inscrire une application professionnelle pour rendre votre réflexion concrète et non abstraite. Inscrivez votre réflexion dans la réalité d’aujourd’hui et non dans un monde virtuel ou futuriste.

Voici quelques points sur lesquels il est important de s’arrêter avant de partir dans une mauvaise orientation.

Après cette introduction je vous propose de suivre le plan suivant :

1. L’étape interrogative de la recherche avec :
1.1. Son point d’ancrage
1.2. Son questionnement
1.3. Sa  première recherche exploratoire
1.4. Sa question de départ
1.5. Sa problématique
1.6. Son hypothèse de recherche

2. L’étape constructive de la recherche avec :
2.1. Sa méthode d’enquête
2.2. Son analyse des données
2.3. Sa synthèse de l’enquête
2.4. Sa conclusion

Décortiquons en quelques mots chaque étape.

1. L’étape interrogative de la recherche

C’est cette étape qui permet de fixer le thème du travail ainsi que le cadre dans lequel la recherche va se dérouler. Plusieurs parties la composent.

1.1. Le point d’ancrage de la recherche

C’est le premier lieu d’enracinement de la réflexion. Il peut paraître limpide pour certains ou totalement flou pour d’autres.

Petit conseil prenez une feuille et notez dessus vos idées, ce qui « vous passe par la tête ». Puis demandez vous : En quoi le thème, le sujet, questionne la pratique soignante. Sur quel aspect souhaitez-vous avancer ?

Votre questionnement, votre réflexion sont-ils bien en lien avec un intérêt professionnel ancré dans la réalité d’aujourd’hui ?

Pour certains IFSI, le point d’ancrage part d’une situation de soin vécue ou observée par l’étudiant en soins infirmiers. Je vous propose quelques précisions.

  • Écrire une situation de soin : cela demande de suivre certaines règles. La situation ne doit pas rester brute mais doit être retravaillée selon quatre étapes afin que le lecteur suive le chemin de pensée de l’auteur.
  • Décrire la situation : dans un premier temps, il est important d’avoir pris de la distance pour ne pas être « trop » imprégné par le côté affectif de la situation et manquer ainsi d’objectivité. Techniquement, c’est une phase de description de l’événement. L’ensemble des faits est relaté avec le maximum d’objectivité. Pour être sûr de n’avoir rien oublié, vous pouvez utiliser la technique du QQOQCP (Qui ? Quand ? Où ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ?) qui permet de parcourir la situation et identifier si tous les éléments sont retranscrits
  • Analyser la situation : dans cette phase, vous énoncez ce qui a retenu votre attention. Quelle est la « ficelle » (thème et sujet) que vous aller « tirer », activer. C’est à ce moment là que le lecteur connaîtra votre thème de travail de recherche. En effet, à travers une même situation, des axes différents peuvent être choisi et il est nécessaire de guider le lecteur. En guise de lien avec la partie suivante, vous posez des questions ou faire des suppositions.
  • Réfléchir à la situation et se questionner : si vous aviez été l’infirmière qu’auriez-vous fait ? ; demain vous êtes nommé(e) IDE après cette situation que faites-vous ? ; le sujet peut-il être généralisé à la fonction soignante ou est-il spécifique à cette unité, à cette équipe, à ce soignant ? votre réflexion est-elle transposable professionnellement ?
  • Critiquer la situation : dans cette partie la critique est une réflexion constructive. Vos remarques servent à l’élaboration de votre réflexion. A ce niveau vous pouvez : émettre des suppositions, regarder la situation sous un autre axe, une autre approche, apporter une autre vision, une autre lecture, exprimer les éléments qui vous interpellent, vous dérange…

1.2. Le questionnement

Le questionnement découle logiquement de l’étape précédente. Si le point d’ancrage de la réflexion est une situation, le questionnement ressort dans l’écriture de la 3ème ou 4ème étape de la situation. Si le point d’ancrage émane d’une autre source de réflexion, par exemple un faisceau de faits, des éléments redondant de la pratique soignante… le questionnement sera formulé le plus clairement possible afin que le lecteur comprenne ce qui vous interpelle et puisse suivre votre cheminement.

1.3. Une première recherche exploratoire

Cette étape risque de conditionner le ou les axes de recherche. Elle va vous permettre de préciser le chemin de pensée que vous souhaitez prendre. Elle va donner un sens et une cohérence à votre réflexion. Ne vous limitez pas dans vos investigations. Tout est « bon à prendre » pour s’enrichir et clarifier son questionnement. Alors :

  • fréquentez différents centres de documentation ou bibliothèques ;
  • lisez des ouvrages de référence en lien avec votre thème ;
  • cherchez des sites internet fiables (comme Infirmiers.com) pour collecter des bibliographies mais aussi des ouvertures, des idées nouvelles ;
  • allez à la rencontre de professionnels et échangez sur votre thème, vos suppositions… Écoutez-les et collectez leurs propositions ;
  • assistez à des conférences, des colloques en lien avec la thématique ;
  • reprenez vos cours ;
  • profitez des intervenants pour les questionner.

Tous ces points sont des ressources précieuses pour affiner et alimenter le thème de recherche.

Maintenant que vous avez identifié les données existantes sur votre sujet, que vous avez certainement fait évoluer votre questionnement premier, il est temps de construire et de réaliser un entretien exploratoire auprès d’un professionnel infirmier. Cet entretien exploratoire est là pour confirmer votre questionnement ou encore le préciser… Il peut prendre la forme d’un entretien ou d’une observation. Il permet au chercheur de collecter des données, de les analyser au regard des apports théoriques collectés. Mais surtout il va vous permettre de prendre de la distance par rapport à votre questionnement. Il rend votre cheminement plus objectif. Il vous permet de voir si votre réflexion intéresse aussi les professionnels et est ancré dans une problématique actuelle. L’entretien exploratoire complète votre point de vue.

1.4. La question de départ ou la question pilote

Maintenant que vous êtes au clair avec le thème et le questionnement de votre recherche, il est temps de formuler la ou les questions de départ.

Elle va préciser l’axe et les orientations de la recherche. Pour cela elle possède différentes caractéristiques, elle :

  • donne naissance à un problème ;
  • est alimentée par l’expérience professionnelle ;
  • fait avancer la réflexion soignante ;
  • fait avancer les pratiques soignantes ;
  • permet de mesurer un écart.

Le chercheur n’a pas de réponse immédiate à la question. Cela va demander une réflexion et la mise en place de stratégies.

Remarque

Pour voir si votre question de départ est cohérente et en lien avec votre thématique, il est intéressant de présenter votre réflexion à un petit groupe de votre promo (trois personnes par exemple). Ensuite en même temps que vous exposez votre sujet, ces derniers réalisent une carte conceptuelle.
Dans un second temps, a tour de rôle, ils vous soumettent leur vision de ce qu’ils ont entendus en vous présentant la carte élaborée.
Après il est plus facile d’affiner la question de départ.
Vous pouvez réaliser le même démarche seul ou en groupe pour poser votre hypothèse de travail. Mais cette fois la question de départ et la problématique (concepts) constitue le fil conducteur.

C’est alors qu’arrive la problématisation de votre sujet. C'est-à-dire la mise en forme d’un problème pour pouvoir le traiter. A partir de ce moment là votre travail va forcément gagner quelque chose. Au final, il y aura un gain entre le début de la réflexion et la conclusion de votre travail. N’oubliez pas ce paramètre, il est important pour votre lecteur qui repartira en ayant appris quelque chose en vous lisant.

Puis suit la problématique.

1.5. La problématique

Elle correspond en quelque sorte au cahier des charges qui va permettre de traiter le problème. La problématique permet de légitimité la recherche. Donc concrètement vous allez vous dire : voici mon problème, pour le traiter j’ai besoin de ceci (cadre conceptuel), de cela (des auteurs de référence dans la thématique abordée), pour le légitimer je vais m’appuyer sur des références (bibliographie, sur mon entretien exploratoire…). Le problème que vous formulez va susciter la réflexion. C’est une sorte d’obstacle qui interpelle la pensée par son paradoxe, son étonnement, son scandale…

Le cadre conceptuel que vous allez poser concerne un champ d’investigation possible de la recherche. C’est le votre. En effet, vous ne pouvez pas tout explorer, donc vous vous donnez une limite. A partir de cette étape, vous verbalisez un choix. Ce dernier va guider le lecteur et l’inscrire dans votre cheminement. Pour l’écriture du cadre conceptuel choisissez des auteurs complémentaires ou relevez des paradoxes. Il est certes plus facile de trouver des auteurs qui pensent comme le chercheur, mais il est plus intéressant de s’imprégner aussi d’auteurs qui vont dans un autre sens. Ces derniers enrichissent votre réflexion et sont parfois très utile lors de la phase d’analyse des données collectées.

Pour le cadre conceptuel certains IFSI donnent un nombre de concept à traiter. Il me semble que développer trois concepts et largement suffisant. Ce n’est pas le nombre qui compte mais la qualité de votre réflexion. Evitez de vous éparpiller et restez concentrer sur votre question de départ.

Vous lisez des choses très intéressantes mais vous ne pouvez pas tout écrire. Pensez que vous avez une soutenance et qu’elle se construit dès le début du travail.

Petite remarque

Tout chercheur trouve généralement un article très bien écrit qui retrace exactement votre pensée. Ne vous découragez pas cela prouve que des « experts » ont déjà envisagé votre questionnement. Cela confirme que votre point de d’ancrage est pertinent. Alors pas de découragement poursuivez votre analyse de la situation.

1.6. L’hypothèse de recherche

L’hypothèse de recherche se formule à l’issu de la problématique. Vous pouvez avoir une ou plusieurs hypothèse(s) de recherche. Elle correspond au fil conducteur du travail. Vous allez dans l’étape constructive de votre recherche vérifier l’exactitude de votre supposition, afin de la valider ou l’invalider. L’hypothèse est une proposition de réponse à la question de recherche formulée précédemment. Pour la construction de votre hypothèse veillez à ce qu’elle soit :

  • précise, claire, univoque, réaliste ;
  • en lien avec le cadre de la recherche (ne partez pas sur une nouvelle piste) ;
  • faisable avec le nombre de page et le temps que vous avez pour la mener à bien ;
  • en lien avec l’exercice professionnel infirmier.

Pour la clarté de ce récit, je vous ai présenté un cheminement plutôt linéaire. La rédaction de votre écrit final sera encline avec votre cheminement de pensée. Il est nécessaire qu’il reflète vos avancés, vos doutes, votre questionnement et une étape peut facilement intervenir avant celle que je viens de décrire. L’écrit est le votre, il vous appartient. Construisez-le donc en fonction de votre logique, ou de celle qu’impose la thématique. Néanmoins toutes les étapes devront être abordées afin de témoigner du fil conducteur de votre réflexion.

2. L’étape constructive de la recherche

C’est l’étape ou vous allez partir sur le terrain explorer. C’est une phase empirique. Vous allez donc prendre votre sac à dos, une lumière et partir collecter les données en lien avec votre outil d’enquête.

2.1. La méthode d’enquête

Pour prendre une image, vous affiner votre posture de chercheur explorateur. Votre fil conducteur est votre hypothèse de recherche. Ne la perdez jamais de vue, c’est essentiel. Elle représente le projecteur de votre recherche, elle vous guide. Le choix de l’outil d’enquête est important. Il faut le mettre en lien avec votre thématique et vous demander ce qui est le plus pertinent pour obtenir des informations.

Si vous hésitez entre le questionnaire, l’entretien semi directif, l’observation ou l’analyse de documents regardés les avantages des uns et des autres. Cela vous aidera à affiner votre choix. Normalement durant la formation vous avez déjà testé ces outils. Avec lesquels êtes-vous le plus à l’aise ? Clarifier également le choix de votre public cible.

N’oubliez pas de tester votre outil d’enquête avant de vous lancer. Cela permet de réajuster votre guide, ou précisez certaines questions.

2.2. Analyse des données

Pour analyser, vous allez appliquer la grille de lecture liée aux concepts que vous avez identifiés dans votre problématique. Dans un premier temps, vous présentez les résultats. Puis vous en réalisez l’analyse en remobilisant les concepts énoncés précédemment. Cette étape est importante. Ne vous contentez pas de rester sur un simple constat, allez vraiment plus loin.

L’analyse demande une construction et parfois une orchestration des données collectées. Il  faut les retravailler en leur faisant produire du sens, un sens en lien avec votre cheminement.

Ne gardez pas forcément l’ordre des questions. Vous pouvez : en traiter en même temps (même ligne directrice dans les réponses), en croiser (paradoxe, contradiction, similitude…), en assembler (même idée…).

C’est le chercheur qui prend le récit en main Stratégiquement, vous vous donner une ligne directrice dont l’hypothèse est le fil conducteur pour arriver à l’horizon que vous vous êtes  fixé. Cela va demander une rigueur et une clarté dans le discours. En annexe, vous pouvez ou devez (selon les IFSI) mettre vos tableaux d’analyse des données recueillies.

2.3. Synthèse de l’enquête

Dans cette étape, vous revenez sur votre hypothèse de travail et exprimer en quoi elle est validée totalement, partiellement ou invalidée.

Vous verbalisez concrètement le gain de votre travail et les apports professionnels que vous a procuré cette recherche. Pour illustrer ce que je viens de vous présenter, je vous propose un schéma sous forme de schèma d’action, ou process de votre travail de recherche.

Pour ceux qui ont besoin d’un échéancier, vous pouvez en parallèle vous constituer un calendrier en fonction de chaque étape. Vous vous identifier de cette manière des repères ou des balises pour votre organisation.

Process du travail de recherche TFE

Pour conclure, maintenant vous pouvez prendre votre plume, une feuille blanche et vous lancer. Si rien ne vient… Dernier petit conseil : dessiner sur la feuille car il est plus facile d’écrire sur une page occupée que sur une page blanche. Ne cherchez pas la perfection. Il faut jeter vos idées sur papier puis les associer pour construire. L’outil par excellence pour ceux qui le connaisse est la réalisation d’une carte conceptuelle. C’est un outil fabuleux qui aide à structurer la pensée.

Bon courage et bienvenue dans cette splendide aventure !

Les trois derniers ingrédients : l'introduction, le plan, la conclusion

Maintenant que nous avons parcouru l’ossature générale du travail de recherche reste à clarifier l’introduction, le plan et la conclusion.

Mais tout d’abord petit retour en arrière. Lorsque la méthodologie du travail de recherche vous a été présentée, vous avez certainement entendu parler de la technique de l’entonnoir. En effet, votre réflexion va se structurer à partir d’un thème qui est une approche large de votre réflexion pour progressivement se resserrer autour d’une question de départ puis une hypothèse de recherche. La phase constructive terminée, vous allez ouvrir votre réflexion en partageant avec votre lecteur le gain de votre travail et lui proposer une ouverture ou un nouveau questionnement enclin avec l’aboutissement de votre réflexion.

Le schéma de votre travail de recherche pourrait se résumer ainsi :

Les trois derniers ingrédients : l'introduction, le plan, la conclusion

Reprenons chacune des différentes parties autour de trois actes : l’introduction, le plan, la conclusion.

L’introduction

L’introduction fixe le cadre de votre travail. Elle va donner la carte mais aussi la boussole aux lecteurs de votre travail de recherche. C’est le premier point d’ancrage où vous allez permettre au lecteur d’entrer dans votre pensée, votre réflexion. Elle se construit à la fin de votre écrit afin qu’elle soit en corrélation avec l’ensemble de votre production. Le fil conducteur va indéniablement ressortir. L’introduction sera ainsi un premier indice pour entrer dans votre  guide du travail : votre plan.

Le plan

Le plan est un itinéraire mais pas un résumé. Il correspond à une grille de lecture pour permettre au lecteur de rejoindre votre chemin de pensée.

Le plan répond à un ensemble de caractéristique. Il doit séduire, intéresser, capter l’intérêt du lecteur, garder du suspense et ne pas tout dire.

A la fin de sa lecture nous devons nous dire « super, le paysage est merveilleux, cela vaut la peine de partir à l’aventure de la lecture de ce travail. » !!!

Le plan répond également à une logique de cheminement. Pour cela quatre repères sont importants. Le plan est :

  • organisé, il a un ordre ;
  • économique, il ne dit pas tout ;
  • équilibré avec une ossature et des parties en nombre à peu près identiques ;
  • progressif, il montre une évolution.

Si la charnière ou les liens entre les différentes parties sont impossible, c’est que le plan n’est pas cohérent et manque de sens, de direction pour le lecteur.
Le plan s’écrit donc au début du travail. En effet il sert de fil conducteur pour orchestrer ses idées. Mais au cours de l’écriture vous aller opérer des modifications et des ajustements. Il sera donc affiné et finalisé à la fin.
Le plan correspond à l’état d’esprit de votre réflexion mais également de ce que vous êtes. Par exemple :

  • si votre thématique est sur la créativité dans les soins, soyez inventif et créatif dans votre plan ;
  • si vous décidez de raconter une histoire, votre plan peut commencer par « il était une fois » ;
  • votre plan peut se construire autour d’une carte conceptuelle, vous n’êtes pas obligé de suivre les plans standards….

La conclusion

C’est une partie difficile car vous êtes à bout de souffle dans votre voyage. Vous avez souvent déjà fait « vos valises » pour passer à autre chose. Mais votre périple n’est pas tout à fait terminé. Il faut puiser dans vos dernières forces pour soigner cette dernière production. Dites vous que ce sont les derniers mots que le lecteur va lire.
La conclusion met en lumière deux éléments majeurs :

  • vous offrez quelque chose au lecteur : le gain de votre travail. Qu’avez-vous trouvé ? ;
  • vous mettez en perspective : qu’est-ce qui change ? Où qu’est-ce que cela va changer pour vous ? Pour la profession ? C’est là que l’ouverture apparaît.

Vous allez trouver dans la littérature beaucoup d’exemple d’introduction, alors je vous propose une trame pour la conclusion. Par exemple :

J’ai choisi ……….. (votre thème). C’est pourquoi je suis partie de…………………. (cadre professionnel) en utilisant cela…………….. (cadre conceptuel), ce qui m’a amené à rechercher…………………………. ; (recherche terrain, choix de l’outil choix du public…). Aujourd’hui voilà ce que j’ai découvert………………. Et voici les pistes que m’ouvre mon travail……………………

C’est ainsi que se terminent les différents actes pour réaliser votre travail écrit de fin d’études infirmière.

Bon vent à vous tous dans l’aventure rédactionnelle !

Retournez au dossier général : Cours IFSI – Le travail de fin d'études infirmier


Bibliographie

  • Coilot MM, Jeanguiot N, Peynet H, Raynert A, (2011) Initiation à la démarche de recherche, collection réussir en IFSI édition De Boeck estem.
  • Quivy R, Van Campenhoudt L, (1995), Manuel de recherché en sciences sociales, édition Dunod.
Creative Commons License


Cadre infirmier formateur
Ifsi Savernes
Rédactrice Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)