TFE

TFE - "Urgence et qualité des soins, une réalité ?"

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

En juin 2018, Alice  Barberot, Maud Comas, Eric Duvivier Thibault, Anne  Giromagny, étudiants en soins infirmiers à l'institut de formation en soins infirmiers de Besançon (promotion 2015-2018) soutenaient avec succès leur travail de fin d'études conjoint sur la thématique suivante : "Urgence et qualité des soins, une réalité ?". Ils souhaitent aujourd’hui le partager avec la communauté d’infirmiers.com et nous le remercions.

TFE - "Urgence et qualité des soins, une réalité ?"

Ce groupe d'étudiants en soins infirmiers s'est interrogé sur la meilleure façon de faire face à un arrêt cardio-respiratoire.

Voilà comment ces étudiants nous expliquent le choix de leur question de recherche. "Durant ses études ou pendant l’exercice de la profession infirmière, quel professionnel n’a jamais pensé à ce jour où il faudra faire face à un arrêt cardio-respiratoire (ACR) ? Cette urgence vitale, parfois redoutée par les soignants peut être complexe dans son organisation. Au sein de notre groupe de travail, nous sommes trois étudiants à avoir été confronté à ces situations et cela a fait naître un intérêt tout particulier pour cette thématique. Les affinités ont également été un facteur influençant notre choix de groupe. Notre connaissance des uns et des autres ainsi que le partage de nos méthodes de travail en plus de notre choix de thématique similaire, nous ont semblé être une force. Rapidité, efficacité et organisation semblent être les maîtres mots de la prise en charge. Après avoir exploité les situations d’appel des différents membres du groupe de travail, nous avons retenu celle qui représentait le plus nos questionnements et qui provoquait en nous un intérêt tout particulier. Nous nous sommes ensuite questionné face au contenu de la situation choisie et nous en avons débattu. De nombreux échanges nous ont été nécessaires pour mettre à l’écrit tous les questionnements qui sont nés de nos représentations et de nos acquis. De cette réflexion a émergé notre question de départ.

Rapidité, efficacité et organisation semblent être les maîtres mots de la prise en charge d'un ACR

Nous avons trié ces questionnements en fonction de leur pertinence dans le thème de l'urgence. Nous avons échangé sur des questions relativement larges traitant à la fois de l'équipe soignante, du soignant individuellement ou encore de l'environnement de la situation d'urgence. Puis le questionnement s'est affiné sur le thème de la réanimation lors d'un arrêt cardio-respiratoire. Nous avons émis des questions concernant son organisation avant, pendant et après sa réalisation mais également sur les moyens disponibles ou manquants pour les soignants. Nous avons réfléchi sur l’existence, la connaissance et la mise en place de protocoles lors d’ACR. Les professionnels suivent-ils les protocoles ? Quels sont-ils ? Le matériel principal utilisé pour une réanimation étant le chariot d’urgence, est-il accessible pour tous ? Sa composition et utilisation sont-elles connues de l’équipe ?

Nous nous sommes ensuite dirigés sur le thème de la formation. La formation initiale est- elle suffisante ? La formation continue comporte-elle la mise à niveau de la connaissance du matériel ? Quelles formations sont mises en place dans les services (AFGSU, formations complémentaires) ?

La communication étant un des principes fondamentaux de notre profession, nous avons recherché quelle était sa place au sein de cette prise en charge. L’organisation et l’entente de l’équipe a-t-elle un impact sur l’organisation ? Certains services utilisent des bips d’urgence, quelles sont les autres organisations existantes pour avoir un renfort rapidement ? Un arrêt cardio-respiratoire est une situation clinique particulière. Le rôle propre de l’infirmier(e) et ses compétences nous ont donc questionnés. Quelles ressources personnelles et professionnelles doit avoir l’infirmier(e) pour gérer un ACR ? Est-ce-que le stress peut impacter la qualité des gestes réalisés et la finalité de la situation ? Quel comportement adopter ? Quels ressentis et quels vécus ont les professionnels ? Est-ce qu’une activité extra hospitalière des soignants peut avoir un impact ?

 Quelles ressources personnelles et professionnelles doit avoir l’infirmier(e) pour gérer un ACR ? Est-ce-que le stress peut impacter la qualité des gestes réalisés et la finalité de la situation ?

Nous nous sommes interrogés sur l’organisation de l’équipe. Lors d’un arrêt cardio-respiratoire, comment l’équipe présente se répartit-elle les rôles ? (leader ? rôle de chacun ?) Sont-ils définis à l’avance ? Existe-t-il des débriefings dans les services (intérêt, organisation) ? Combien faut-il de soignants pour prendre en charge un ACR ? Une présence médicale influence-t-elle l’organisation de l’équipe ? Quels facteurs favorisants ou limitants impactent l’organisation de la gestion d’un ACR ? Ces temps de travail concernant les questionnements nous ont permis de formuler notre question de départ : Quels sont les facteurs influençant la qualité de la prise en charge infirmière lors d’un arrêt cardio-respiratoire en milieu hospitalier ? "

Lire le TFE - "Urgence et qualité des soins, une réalité ?" (PDF)

Creative Commons License

Rédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Commentaires (0)