Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 19 Oct 2021 00:12

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar geoffrey » 27 Nov 2004 01:36

Bonjour,
Je suis étudiant infirmier et lors de mon stage, j'ai été surpris de
voir certaines infirmières ne pas passer de compresse alcoolisée avant
de faire une injection d'insuline.
Leur ayant posé la question : "Pourquoi ne pas désinfecter avant
l'injection", on m'a donné plusieurs réponses :
- L'alcool aurait un effet sur l'insuline et modifierait ainsi
l'efficacité de celle-ci...
- L'insuline serait capable de détruire les microbes amenés lors de
l'effraction cutanée...

Qu'en pensez-vous et comment faites-vous en service?
J'ai envoyé un mail au laboratoire Novo pour leur poser la question, et je vous ferais part de leur réponse dès que je l'aurai...

Merci de vos réponses
geo
Dernière édition par 1 le geoffrey, édité 27 fois.
Avatar de l’utilisateur
geoffrey
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 23 Avr 2004 14:28

Messagepar guigoz » 27 Nov 2004 09:48

J(ai en effet entendu dire que l'alcool dénature l'insuline. Dans les service de diabéto on éduque les patient de façon ) ne pas avoir à faire de désinfection avant une piqure d'insuline. Bonne chance pour la suite
guigoz
Habitué
Habitué
 
Messages: 96
Enregistré le: 14 Nov 2003 16:14
Localisation: 34

Messagepar geoffrey » 27 Nov 2004 10:04

Tout d'abord merci de ta réponse.

D'apres toi, l'insuline est-elle réellement "capable" de détruire les microbes qui pourraient etre amenés lors de l'injection?
Ensuite, si l'alcool dénature l'insuline, en est-il de meme pour la Bétadine(r) ?
merci encore
geo
Avatar de l’utilisateur
geoffrey
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 23 Avr 2004 14:28

Messagepar Kenny » 27 Nov 2004 11:16

dc je confirme l'alcool dénature l'insuline!! de meme créé des lipodystrophies!!!

ensuite l'insuline contient 2 antiseptiques dc effectivement ça ne sert à rien de désinfecter la peau que ça soit pr faire des glycémies capillaire ou des injections d'insuline!!!

si la peau est ds un état douteux un bon coup de gant de toilette + savon suffit amplement

Kenny
Membre du CODI: le Contre Ordre Des Infirmiers, venez nous rejoindre sur notre forum...
Avatar de l’utilisateur
Kenny
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 7690
Enregistré le: 06 Nov 2003 18:18
Site Internet: http://codi.xooit.fr/index.php
Localisation: sur les genoux de Nours

Messagepar Vylsy » 27 Nov 2004 11:55

Je suis d'accord pour ne pas appliquer de l'alcool sur la peau avant de faire prélever pour une glycémie capillaire car cela fausse le résultat, par contre avant de faire une injection d'insuline cela me dérange un peu... :?
IDE
Avatar de l’utilisateur
Vylsy
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 172
Enregistré le: 17 Sep 2004 13:27

re

Messagepar milou1412 » 27 Nov 2004 12:03

moi aussi je mets du désinfectant avant c'est une piqure donc là je ne comprends pas !!! l'insuline reste efficace alors arretons de se prendre le chou ! !! :roll: :D
"le monde est peuplé d'imbéciles qui se battent contre des demeurés pour sauver une société absurde"jean yann
IDE en cardiologie/USIC, bientot ISP, secouriste CRF
Avatar de l’utilisateur
milou1412
Accro
Accro
 
Messages: 1307
Enregistré le: 08 Jan 2004 13:40
WLM: tibou1412@hotmail.com
Localisation: mayenne

Messagepar Loupiac » 27 Nov 2004 12:10

L'alcool dénature bien l'insuline et pour ce qui est de la glycémie, elle peut aussi modifier les résultats.

Pour ce qui est d'utiliser un autre antiseptique, ce qui parait logique chez un diabétique (système immunitaire moins performant), ça aurait plutôt comme effet de sélectionner une flore bactérienne plus resistante et donc favoriser une infection.
D'où la préférence pour un prélèvement capillaire et une injection d'insuline sur une peau fraichement lavée à l'eau et au savon.
2 enfants en pleine forme
A nouveau infirmière, mais où ? Telle est la question :)
Coucou toi, ça va ? Woooohoooo Ma signature fait 4 lignes.
Avatar de l’utilisateur
Loupiac
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5592
Enregistré le: 02 Juin 2004 09:06
Localisation: En mode reconversion

Messagepar geoffrey » 27 Nov 2004 12:34

Kenny a écrit :l'insuline contient 2 antiseptiques


Au risque de paraitre ignare, peut-tu me dire quels sont les antiseptiques contenus dans l'insuline et sur quelle flore bactérienne agissent-ils?
Si l'insuline contient 2 antiseptiques, pourquoi ne l'utilise-t-on pas comme antiseptique avant tout geste invasifs (logiquement, ca toucherai ainsi une plus grande flore bacterienne...)

Kenny a écrit :si la peau est ds un état douteux un bon coup de gant de toilette + savon suffit amplement

Quel type de savon utilise-tu alors?
Je pense qu'il faut tenir compte du fait que les savons sous forme de "savonnette" sont un bon nid a bactérie également...

merci pour toutes vos réponses
(toujours pas de nouvelles du labo Novo...)
Avatar de l’utilisateur
geoffrey
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 23 Avr 2004 14:28

Messagepar Loupiac » 27 Nov 2004 12:50

geoffrey a écrit :Quel type de savon utilise-tu alors?
Je pense qu'il faut tenir compte du fait que les savons sous forme de "savonnette" sont un bon nid a bactérie également...


Savon doux du service pour moi.
2 enfants en pleine forme
A nouveau infirmière, mais où ? Telle est la question :)
Coucou toi, ça va ? Woooohoooo Ma signature fait 4 lignes.
Avatar de l’utilisateur
Loupiac
Gold VIP
Gold VIP
 
Messages: 5592
Enregistré le: 02 Juin 2004 09:06
Localisation: En mode reconversion

Messagepar Leopold Anasthase » 27 Nov 2004 13:04

geoffrey a écrit :Je suis étudiant infirmier et lors de mon stage, j'ai été surpris de voir certaines infirmières ne pas passer de compresse alcoolisée avant de faire une injection d'insuline.

Petit rappel : on parle de désinfection pour le matériel et les surfaces intertes. Pour la peau, le terme le mieux adapté est « antiseptie », mais on admet « désinfection cutanée ».

Le diabétique va se faire deux à quatre injections par jour tous les jours pendant toute sa vie. L'alcool favorise les lipodystropohies et modifie l'insuline. Ne pas utiliser d'antiseptique est un compromis : le risque infectieux est faible, l'injection est peu profonde, le patient n'est pas immunodéprimé (même si le diabétique est plus sensible à l'infection, ça n'est pas au point d'un patient aplasique), les zones d'injection sont surveillables (et donc l'infection sera dépistée tôt).

L'injection sans antiseptiques présupose que le diabétique a une bonne hygiène et qu'il se lave tous les jours. La toilette, même avec du savon ordinaire, débarasse la peau d'un bon nombre de germes, par simple effet mécanique.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12594
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar geoffrey » 27 Nov 2004 13:12

J'aurais voulu emettre une autre hypothèse (je tiens a préciser que je vais peut-etre dire une grosse connerie (désolé pour le mot...):
L'alcool peut-il réellement dénaturer l'insuline?

En effet :
-étant donnée une désinfection cutanée a l'alcool
-étant donnée le diamètre de l'aiguille a insuline (je ne le connais pas mais il est très fin)
-étant donnée la longueur de l'aiguille a insuline (au moins 8/10mm)
-étant donné le frottement de l'aiguille contre le tissu sous cutané

La quantité d'alcool "récoltée" sur le bout de l'aiguille est faible (vu le diametre).
Lors de la pénétration de l'aiguille dans le tissu sous cutané, il en résulte un frottement, lequel se fait sur au moins 8/10mm, ce frottement ne permet-il pas de "se débarasser" de l'alcool en "cours de route" et ainsi ne pas etre en contact avec l'insuline sur le site même de l'injection?

Reste tout de meme l'insuline au contact meme de l'alcool au moment de la pénétration de l'aiguille dans la couche supérieure de l'épiderme, mais la quantité d'insuline en contact avec l'alcool a ce moment là étant très faible, n'est-elle pas négligeable?

Cette hypothèse n'est fondée sur rien du tout sauf sur ma propre logique, je tiens a le preciser...
Avatar de l’utilisateur
geoffrey
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 23 Avr 2004 14:28

Messagepar Leopold Anasthase » 27 Nov 2004 13:24

geoffrey a écrit :L'alcool peut-il réellement dénaturer l'insuline?

En effet :
-étant donnée une désinfection cutanée a l'alcool
-étant donnée le diamètre de l'aiguille a insuline (je ne le connais pas mais il est très fin)
-étant donnée la longueur de l'aiguille a insuline (au moins 8/10mm)
-étant donné le frottement de l'aiguille contre le tissu sous cutané

La quantité d'alcool "récoltée" sur le bout de l'aiguille est faible (vu le diametre).

L'alcool pénètre à travers la peau, surtout quand la peau est fine. Cette quantité d'alcool se rajoute à celle entrainée par l'aiguille (qui est effectivement très faible). Par ailleurs, c'est le carractère répétitif de l'alcoolisation de la peau qui favorise la lipodystrophie : le diabétique se pique deux à quatre fois par jour toute sa vie.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12594
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici

Messagepar geoffrey » 27 Nov 2004 13:25

Léopold Anasthase a écrit :Petit rappel : on parle de désinfection pour le matériel et les surfaces intertes. Pour la peau, le terme le mieux adapté est « antiseptie », mais on admet « désinfection cutanée ».

Oups, désolé pour le lapsus, je vais modifier le titre du sujet... :roll:
Léopold Anasthase a écrit :L'alcool favorise les lipodystropohies et modifie l'insuline.


Questions bêtes mais questions quand meme:

-Les lipodystrophies se situent-elles a l'endroit meme où l'insuline est injectée, ou bien sur "le trajet" de l'aiguille? (ce qui pourrait affirmer ou infirmer mon hypothèse sur le frottement de l'aiguille...voir plus haut)
-Est-ce réellement l'alcool, ou est-ce l'insuline qui produit des lipodystrophies?
-Une lipodystrophie est-elle dangereuse en elle meme pour le patient? Est-ce que des complications peuvent en résulter? Dans l'hypothèse d'une réponse négative, mieux vaut-il avoir des lipodystrophies et éliminer tout risque d'infection, ou l'inverse?
Avatar de l’utilisateur
geoffrey
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 23 Avr 2004 14:28

Messagepar geoffrey » 27 Nov 2004 13:31

Léopold Anasthase a écrit :
geoffrey a écrit :L'alcool peut-il réellement dénaturer l'insuline?

En effet :
-étant donnée une désinfection cutanée a l'alcool
-étant donnée le diamètre de l'aiguille a insuline (je ne le connais pas mais il est très fin)
-étant donnée la longueur de l'aiguille a insuline (au moins 8/10mm)
-étant donné le frottement de l'aiguille contre le tissu sous cutané

La quantité d'alcool "récoltée" sur le bout de l'aiguille est faible (vu le diametre).

L'alcool pénètre à travers la peau, surtout quand la peau est fine. Cette quantité d'alcool se rajoute à celle entrainée par l'aiguille (qui est effectivement très faible). Par ailleurs, c'est le carractère répétitif de l'alcoolisation de la peau qui favorise la lipodystrophie : le diabétique se pique deux à quatre fois par jour toute sa vie.


Est-il alors possible d'envisager une antiseptie avec un antiseptique non alcoolique comme la Bétadine(r) ou la chlorexidine(r)?
bien que je pense que la béta dessecherait la peau a la longue...je ne sais pas ce qu'il en est pour la chlorexidine(r) (jamais utilisée encore...)
Avatar de l’utilisateur
geoffrey
Forcené
Forcené
 
Messages: 253
Enregistré le: 23 Avr 2004 14:28

Messagepar Leopold Anasthase » 27 Nov 2004 13:40

Les lipodystrophies ne sont pas dramatiques, elles sont inesthétiques, mais il est conseillé d'éviter les injections dans ces zones, ce qui réduit la surface de peau utilisable pour les injections. Ne pas oublier que le diabète, c'est toute la vie.
geoffrey a écrit :Est-il alors possible d'envisager une antiseptie avec un antiseptique non alcoolique comme la Bétadine(r) ou la chlorexidine(r)?

Oui, tout est envisageable, mais est-ce indispensable ? Des études ont été menées, qui montrent que quand l'hygiène de la peau est correcte, les infections cutanées sont rarissimes même sans antiseptie, et que la fréquence des infections ne change quasiment pas avec l'utilisation d'antiseptiques.

Par ailleurs, c'est l'occasion d'insister sur l'hygiène de la peau, du pied en particulier.

Enfin, il faut simplifier au maximum des procédures qui vont durer des dizaines d'années. Le diabétique doit vivre, sortir, donc se piquer un peu partout. C'est déjà contraignant pour lui de trimbaler le stylo à insuline, si on peut lui éviter l'antiseptique.
Leopold Anasthase
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 12594
Enregistré le: 06 Mai 2004 14:45
Localisation: ici


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité