Forum : Profession infirmière (IDE)

Nous sommes le 15 Sep 2019 09:16

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar misslola » 17 Aoû 2009 20:52

Bonjour à tous. ALors voilà, je vous raconte ce qui m'arrive.
Ca fera 2 ans que je suis diplômée IDE en novembre prochain, et je me sens déjà las lassée et déprimée de mon boulot.

Je vous explique pourquoi en essayant d'être la plus brève mais complète possible.
Après mon diplôme, j'ai trouvé tout de suite des postes en CDD en clinique privée. Des CDD de qques mois, en chirurgie uro-digestive (enfin avec aussi opthtalmo, chir esthétique, vasculaire etc...), puis parfois un peu de pool pour compléter (donc je suis passée aussi en cardio, en médecine, en chir gynéco).
Puis au bout d'un an j'ai obtenu un CDI dans le service de chir uro-digestive où j'avais eu bc de contrats, mais à 50%. Je le complétais avec de l'interim (soins à domicile et maisons de retraites surtout).
On ne peut pas dire que j'étais épanouie dans mon service. Déjà les débuts ont été difficiles pour m'intégrer car l'équipe (connue justement pour être très difficile dans ce service) n'a pas été accueillante, pas compréhensive, pas aidante du tout et en plus moi qui n'ai pas bc confiance en moi, c'était galère!
Bien sûr au bout de qques mois ça s'est amélioré.

Mais voilà, je commençais déjà, au bout d'un an, à saturer des contraintes et difficultés de ce métier. Frustration au niveau du boulot que je faisait : l'impression de bâcler mon côté relationnel avec les patients car pas assez de personnel, donc pas assez de temps pour faire tout le boulot, donc travail à la chaîne.
Et moi qui ai fait ce métier pour justement le côté relationnel! ça me frustrait énormément et j'en arrivais à en pleurer chez moi tellement je trouvais que j'aurais pu mieux m'occuper "psychologiquement" de tel ou tel patient si j'avais eu plus de temps.
Puis ensuite saturation des contraintes niveau horaires : celles du soir qui à cause d'elles j'ai dû arrêter l'une de mes passion (la danse...quand vs ne pouvez aller à votre cours qu'une fois par mois car le mardi vous finissez à 21h30 3 fois ds le mois, ben c'est pas la peine de payer 400 euros l'année...)
Puis contraintes de bosser les w-ends...Vous allez me dire que je le savais quand j'ai débuté mes études...Certes, je pensais que ce n'était pas sorcier de travailler les w-ends quand tout le monde est en repos. Mais en fait si. Il y en a pour qui ça dérange moins, mais moi je commençais vraiment à presque déprimer de voir moins souvent mes amis, de penser qu'ils étaient en train de se faire une superbe ballade pendant que moi j'étais coincée dans mon service, de ne pas pouvoir aller à une fête car je bosse tout le w-end du matin, de partager moins de choses avec mon copain car peu de w-ends ensemble...

Alors en février dernier, pour ces raisons de qualité de vie, et d'autres, j'ai décidé de changer de service pour aller au bloc.
Le bloc m'avait bc plu en tant qu'eide et j'avais même l'idée de devenir peut-être iade.
J'ai fais 3 mois de bloc général, et là depuis juin je suis en endoscopie.
Niveau qualité de vie c'est extra! je peux faire toutes les activités que je veux le soir car on ne termine pas plus tard que 18h (en endoscopie seulement, au bloc général on peut finir plus tard)
Il y a une équipe au bloc et en endo, vraiment très sympa, chaleureuse, accueillante. Je m'y sens vraiment bien de ce côté là! et puis je suis bc moins stressée qu'avant dans ma vie de tous les jours. Mon copain le ressens bc!
Et enfin, on a tous nos w-ends (on en fait 1 d'astreinte grosso modo toutes les 7 semaines) et vive ma vie sociale! je me sens presque égale à tout le monde avec mes semaines identiques, je peux plannifier plein de choses avec mes amis, je partage plus d'activités avec mon copain.

Bref tout ça c'est chouette niveau qualité de vie.

Mais si je vous écris, c'est quand même parce qu'il y a toujours qquechose qui fait que je ne suis pas pleinement épanouie.
Déjà tout le côté relationnel avec le patient me manque au bloc.

Puis en fait je me sens frustrée tout simplement. J'ai l'impression que mon métier ne me satisfait pas pleinement.
J'ai toujours été plus intellectuelle que manuelle. Non pas que l'ide ne réfléchis pas dans son métier, bien au contraire! et heureusement!
Mais il faut avouer qu'on est plus des techniciennes quand même.
J'aimerais dans mon métier, pouvoir monter des projets, avoir le sentiment de construire qqchose, réfléchir...Je ne sais pas si vous arrivez à cerner ce que j'essaye de transmettre...c'est difficile de mettre ses sentiments par écrit...
Mais là,j au bloc ou dans les services, j'ai l'impression de faire ce que j'ai à faire, éxécuter les soins nécessaires au patient et voilà.
Bien sûr que qquefois on monte des projets, mais c'est rare, et ce n'est pas exactement ce que je rechercherais...

Voilà, alors je suis un peu perdue, je me demande comment je pourrais réussir à me satisfaire dans mon métier...
Je me dis que puet-être je devrais reprendre des études, non pas pour changer complètement de voie car en plus je n'ai pas tellement envie de tout recommencer! mais juste pour évoluer, pour me diriger plus vers qqchose qui m'épanouirais...Mais je ne sais pas vraiment quoi!
Passer le concours de cadre plus tard? et là je pourrais trouver un travail qui pourrait m'apporter un peu ce que je recherche (construction, projets, etc...)

Je ne sais pas...
En tous les cas je n'ai aps vraiment envie de retourner dans les services de soins, car en plus de la frustration de ne pas être pleinement satisfaite de mon activité, je ne supporte plus la tournure que prend ma vie sociale! j'en venais presque à prendre des "crises" d'angoisse avant d'aller au boulot...ça craint ! non?

Bon allez, j'arrête là car mon post est long et je vais en décourager de le lire si ça continue! lol

En tous les cas, j'ai un peu honte de tout ce que j'écris. Honte car je me sens pathétique de me plaindre sur certaines contraintes de ce métier alors qu'il y en a qui arrivent à les supporter. Honte car je ressens tout ça au bout de 2 ans de diplôme et je me sens comme une petite fille capricieuse.
Mais c'ets bien plus que ça...
misslola
 
Messages: 26
Enregistré le: 17 Aoû 2009 20:15

Messagepar titifilosofecelimene » 17 Aoû 2009 21:07

moi je pense que tu n'as pas à avoir honte de ton ressenti et que ce que tu ressens est ressenti par beaucoup d'autres
peut-être es-tu allée au bloc pour de mauvaises raisons ? il me parait clair que la formation d'IADE ne serait pas une bonne idée: un patient endormi est par définition peu communicant

en tout cas ,vis à vis de tes gouts et désirs, je te conseillerai de t'orienter vers un master de santé publique ou une formation pour devenir chef de projet ce qui te permettrait de travailler voyons: pour le rectorat, la région, l'humanitaire etc....et j'en passe c'est éssentiellement travailler dans l'éducation de la santé, ce qui pourrait correspondre à tes désirs de relationnel ET de réflexion pour monter des projets
tu peux aussi devenir stomathérapeuthe ou travailler pour les labo: VNI, insuline, stomies.... tous les labo fabricants de dispositifs médicaux ont des IDE et des commerciaux pour faire l'éducation thérapeutique des patients
as-tu également pensé à devenir IDE scolaire ?
ou travailler en dialyse: c'est l'idéal pour allier technique et relationnel avec des projets d'éducation thérapeutique + déplacements à domicile pour les dialyses péritonéales

accroche-toi, je te comprends tout à fait mais tu as simplement choisi la mauvaise voie, et l'un des grands avantages de notre métier c'est bien la diversité des branches dans lesquelles nous pouvons exercer
Savoir sourire : quelle force d'apaisement, force de douceur, de calme, force de rayonnement !
Guy de Larigaudie
Avatar de l’utilisateur
titifilosofecelimene
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 498
Enregistré le: 17 Mar 2005 18:49
Localisation: Drôme

Messagepar ifsiesi » 17 Aoû 2009 21:40

je viens de lire ton post...
et je me retrouve beaucoup dans tout ce que tu dit...
je ne suis pas encore IDE, je suis en 3eme année, mais je connait le métier, avec ses avantages et ses inconvénients (ce que tout métier a, d'ailleurs)
je me sens bien dans le côté technique, mais ce qu'il me plait le plus dans ce métier c'est le relationnel, tout comme toi...
cependant, je ne voudrait pas me réfugier dans un post où il n'y a pas de soins à réaliser...
de même, je ne me sens pas capable, tout comme tu le décrit, d'enchainer les week end, de travailler au détriment de sa vie sociale et familiale, de zapper toute distractions avec ses amis...
mais si je continue, cest parce que je sais que c'est ce métier la qui me plait, que je ne me voit pas faire autre chose, car rien ne m'interesse d'autres... même si je me suis déja poser la question à savoir si je devais continuer... mais je me remet vite dans le droit chemin, en continuant dans mes projets...
seulement, ce qui me pousse a continuer, c'est parce que ce métier est trés diversifié... et que je sais, que toute les contraintes du métier je ne les retrouverais pas forcément plus tard...

en tout cas, tout ceci etant dit, j'aime ce que je fait, j'aime ce métier, mais en se projetant vers l'avenir, on voit parfois les choses autrement..
tout est question de caractére et de personnalité...
en tout cas je te comprend, et je voit que je ne suis pas la seul avec cette vision...
Infirmièère...
ifsiesi
Régulier
Régulier
 
Messages: 53
Enregistré le: 17 Aoû 2009 17:45

Messagepar misslola » 17 Aoû 2009 21:54

Olala, merci beaucoup beaucoup titifilosofecelimene! tu ne peux pas savoir comme ton message me fait du bien!
Déjà le fait que tu me comprennes me rassure, et en plus tu ne me juges pas. Ca me rassure aussi dans le sens où j'avais un peu peur que les premières réactions seraient un peu à me juger. Car comme je dis, j'ai honte de moi à me plaindre des contraintes de ce métier alors que je l'ai choisis...

Puis tes conseils me redonne un peu espoir! un master de santé publique, j'y avais vaguement pensé, mais j'ai un peu de mal encore à voir concrètement où cela me mènerait. Ce qui serait super serait de pouvoir faire un stage, même de qques jours seulement, juste pour voir à quoi ressemblerait le travail.
C'est vrai que stomatothérapeute ou travailler pour un labo pourrait être pas mal non plus, mais là encore je ne sais pas trop ce qui m'attendrait...Remarque, au pire si ça ne me plais pas je peux changer de nouveau...
Enfin la néphro j'y avais aussi pensé. Comme quoi lol Mais j'ai peur qu'il y ait bc trop de technique pour moi, puis s'il faut travailler les w-ends encore ça va de nouveau me plonger dans une déprime sociale...
A voire...

Je ne sais pas si je suis partie au bloc pour de mauvaises raisons. Car au final je me sens mieux dans ma vie sociale et dans ma vie de tous les jours. Je suis plus sereine, moins stressée.
Après niveau travail en lui même je suis un peu frustrée et pas pleinement satisfaite, mais dans les service c'était pareil...
Puis outre les raisons que j'ai donnée plus haut pour lesquelles je suis partie au bloc, il y en a une autre très importante aussi que je n'ai pas citée.
Je me dis, qu'avec un planning assez "cool" càd un rythme régulier, si j'arrive à obtenir un poste en endoscopie ça veut dire bosser en semaine de 4 jours et pas plus tard que 18h...ça me laisse pas mal de temps de libre pour réfléchir à mon "avenir" professionnel, si j'envisage de reprendre des études (licence, master), j'aurais du temps pour étudier (cours par correspondance par exemple, j'aurais le temps de travailler tous les soirs régulièrement)...enfin voilà...

Il faut que je réflechisse pas mal à tout cela...
Mais c'est vrai que je me sens un peu paumée ces derniers temps, j'ai un peu peur de me voir comme ça car je me dis que si je ne fais rien je vais vraiment déprimer à force de ne pas être épanouie au boulot, mais je ne sais pas trop quoi faire non plus donc c'est difficile.

Tes conseils m'apportent bc.
J'en attends d'autres pour voir d'autres avis, si des personnes ont d'autres conseils à me donner qui seront tj bons à prendre...

ENfin voilà!
Merci merci bc en tous les cas!
misslola
 
Messages: 26
Enregistré le: 17 Aoû 2009 20:15

Messagepar titifilosofecelimene » 17 Aoû 2009 22:27

si je dis que je te comprends c'est parce que la frustration je connais, même si c'est pour des raisons différentes, le sentiment est le même et tu as raison, ça ne peut pas durer sur du long terme, ne serait-ce que pour ton équilibre personnel

en ce qui me concerne, je compte m'inscrire en intérim afin de voir un peu autre chose, vu que dans le privé nous avons la possibilité de travailler pour un autre employeur en parallèle
tu pourrais peut-être aussi essayer ? une mission de temps en temps, c'est court, et ça te permet d'avoir un petit aperçu de ce qui se passe ailleurs

pour le master de santé publique, il donne pas mal de possibilités: travailler pour la région ou la DRASS consiste en gestion des mesures d'éducations thérapeutiques et de politique de santé notamment dans les écoles
tu peux travailler en ONG (france ou étranger) en terme de gestion des budgets, matériels et mesures à mettre en place ainsi que évaluation des besoins
tu peux être chef de projet pour les labo pharmaceutiques
bref, pleins de postes possibles, et même si notre DE n'équivaut qu'à un bac +2, tu attaques direct en master 1 si tu as le bac (une ancienne de mes formatrices avait ce master et nous a quitté pour aller travailler dans un labo à l'étranger)

moi ce sont les soins palliatifs qui m'attirent, mais pleins d'autres idées en tête aussi donc pas mal de projets à fignoler

c'est sûr que tu as besoin de réfléchir, prends ton temps, et puis si tu changes de voie une fois, tu pourras encore le faire, on est pas obligés de passer toute notre vie dans le même service après tout !!

en tout cas prends ton temps, et puisque tu as l'air de bien t'entendre avec ta nouvelle équipe, parles-en autour de toi, peut-être que tes collègues auront d'autres idées
si tu as toujours des liens avec ton IFSI, tu pourrais aussi en parler à l'un de tes anciens formateurs, certains ont eu des parcours très diversifiés et pourraient te donner des pistes, voire des contacts...

mais encore une fois, ne te sens pas honteuse, tout le monde peut se tromper, personne n'est parfait et que celui qui n'a jamais eu de ras le bol du boulot te jette la première pierre
bon courage dans tes recherches
Savoir sourire : quelle force d'apaisement, force de douceur, de calme, force de rayonnement !
Guy de Larigaudie
Avatar de l’utilisateur
titifilosofecelimene
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 498
Enregistré le: 17 Mar 2005 18:49
Localisation: Drôme

Messagepar misslola » 20 Aoû 2009 16:56

Coucou! c'est de nouveau moi qui revient pour encore qques questions...

Je commence à réfléchir un peu, et je me dis que le master de santé publique me dirait p-être bien...Car j'y avais déjà pensé en plus. Puis j'aime apprendre, donc les études ne me dérangent pas.
Par contre titifilosofecelimene, est-ce que tu sais si on peut le faire par correspondance? Car je n'ai pas forcément de remettre les pieds à la fac puis surtout je ne peux pas me le permettre financièrement et maintenant que j'ai un pied dans le monde professionnel, ne plus gagner ma vie serait difficile!
En fait j'aimerais me renseigner, mais je ne sais pas où aller...En centre d'orientation et d'information? je voudrais savoir où je peux suivre le master (ds quelle ville), si c'est possible par correspondance, à quoi je vais aboutir, s'il est possible d'obtenir un stage de qques jours pour mieux me rendre compte du métier vers lequel je me tournerais...
Enfin voilà, j'ai envie de me renseigner pour avancer au plus vite (septembre c'est bientôt et je me dis que si c'est vraiment ce que je veux faire, peut-être qu'il sera bientôt trop tard et que je vais perdre une année!), mais je ne sais pas comment commencer les démarches....
misslola
 
Messages: 26
Enregistré le: 17 Aoû 2009 20:15

Messagepar jlemarchal » 20 Aoû 2009 19:15

misslola a écrit :Puis en fait je me sens frustrée tout simplement. J'ai l'impression que mon métier ne me satisfait pas pleinement.
J'ai toujours été plus intellectuelle que manuelle. Non pas que l'ide ne réfléchis pas dans son métier, bien au contraire! et heureusement!
Mais il faut avouer qu'on est plus des techniciennes quand même.
J'aimerais dans mon métier, pouvoir monter des projets, avoir le sentiment de construire qqchose, réfléchir...


J'ai eu le même sentiment...j'ai changé de voie...je m'en félicite tous les jours.
jlemarchal
Habitué
Habitué
 
Messages: 85
Enregistré le: 14 Aoû 2009 09:21

Messagepar misslola » 20 Aoû 2009 22:56

c'est vrai? au bout de combien de temps as-tu changé de voie et tu as fais quoi? ça pourrait peut-être m'aider que tu m'expliques un peu tout ça ;-)
misslola
 
Messages: 26
Enregistré le: 17 Aoû 2009 20:15

Messagepar jlemarchal » 21 Aoû 2009 07:53

En fait, j'ai commencé des études après mon DE.
Par le jeu des équivalences, je suis entré en 2è année de fac de psycho (avec des modules de 1° année à rattraper).
L'écart de niveau est saisissant, mais c'est passionnant!
Comme j'ai obtenu ma licence l'année dernière, j'ai pu passer le concours de professeur des écoles (auquel j'ai échoué). Maintenant, il faut que j'aille jusqu'au M2, car les règles d'inscription ont changé!
Pour payer mes études, je travaille dans un accueil périscolaire. Je suis ainsi au contact d'enfants, ce qui me prépare au métier que j'ambitionne d'exercer. J'ai un plaisir de travailler que je n'ai jamais connu en tant qu'IDE : même sous-qualifié, cet emploi d'animateur me permet d'avoir beaucoup plus d'autonomie, d'initiative et de créativité que celui d'infirmier!
En tout cas, je ne regrette rien, et vu la précocité de tes doutes, je ne peux que t'encourager à reprendre ton destin en mains.
Bon courage à toi!
jlemarchal
Habitué
Habitué
 
Messages: 85
Enregistré le: 14 Aoû 2009 09:21

Messagepar augusta » 21 Aoû 2009 10:17

Donc en gros tu veux être instit'??.....
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10391
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar ala21 » 21 Aoû 2009 10:24

salut misslola, je suis dans la même situation que toi, je suis diplômée depuis 2 ans et demi et après avoir travaillé en service un an ,j'ai ressenti la même chose que toi( j'étais déjà en réflexion à la fin de mes études) En effet je m'étais déjà rendu compte en 2éme années que je ne m'épanouirai pas complètement dans mon métier,comme toi je suis beaucoup plus attiré par le coté relationnel, les horaires de travail et les weekends end travaillés ne me conviennent pas ( pour les mêmes raisons que toi )
Il est vrai que j'étais bien au courant de ses contraintes d'horaires avant d'attaquer mes études, mais je ne suis pas sûr qu'à tout juste 18 ans, on se rende vraiment compte de ce que ça implique dans la vie quotidienne.
Et le manque de temps dans les services, la surcharge de travail, les responsabilités..... tous ça ne me conviens pas.
Comme toi j'ai ensuite décidé de travailler au bloc général ( pour les mêmes raisons que toi), j'y suis resté un an et demi.
Mais la mauvaise ambiance de travail entre collègues et la mauvaise humeur des chirugiens qui passent leurs nerfs sur nous à longueurs de journée, sont venus à bout de mes motivations.

Plus envie de travailler dans un hôpital, envie de changer complètement de métier tellement je me sentais mal.
Puis j'ai tenté le concours d'IDE scolaire cette année, et je l'ai eu du premier coup.
Donc j'attaque à la rentrée scolaire dans 2 collèges.
Je pense que ce milieu correspond plus à mes attentes. J'aurais des horaires de journée, plus de weekend travaillé, plus besoin de se battre avec des collègues égoïstes pour les vacances, une grande autonomie, le temps de parler au gens, de les écouter... et l'envie de monter des projets, de faire de la prévention...... de me sentir utile.

Voila mon message est très long mais j'ai beaucoup de chose à te dire, car je me reconnais complètement dans ce que tu dis.
Alors fais ce qui te tente et ce dans quoi tu pourras t'épanouir.

si tu veux me contacter en mp, pas de souci
ala21
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 237
Enregistré le: 02 Oct 2007 11:25

Messagepar FRED60 » 21 Aoû 2009 11:18

Pour répondre à certains propos visant le métier d'infirmier, j'insiste sur le fait que ce métier touche des secteur d'activité très vastes. Jlemarchal trouve le métier dégradant mais il ne faut pas s'arrêter à ce qu'on peut vivre en formation ou on est très limité( et souvent le larbin de l'équipe) ou même en 6 mois d'activité.
je le dis sans honte quand j'ai fait la formation d'infirmier c'était pas par la suite pour faire des toilettes même si j'en ait fait pour aider des collègues AS et ça fait partie du rôle propre; si on veut se bouger et qu'on a un minimum de mobilité, il existe des postes à responsabilité. J'ai commencé en pédopsy en hopital de jour ou on travaillait en collaboration avec les psy qui avaient conscience que nos observations étaient fondamentales! Maintenant, je travaille dans le scolaire ou je monte des projets d'éducations, participe à différente commissions, aux visites d'aptitudes etc...
Je crois que chacun a réellement sa place, cetains collègues qui bossent en CMP font des consultations au même titre que les psychologues, le métier permet de proposer des postes en fonctions des souhaits et aussi c'est vrai des capacités des IDE car tout le monde n'a pas forcément le même niveau.
Une dernière remarque pour jlemarchal, perso j'ai une maitrise de droit qui m'a permis de travailler mais jamais à un poste à responsabilité et pour des salaires encore plus bas qu'IDE alors je te souhaite bon courage car si t'as pas encore compris, personne en va t'attendre avec ton diplome de psycho, c'est pourquoi d'ailleurs beaucoup de diplomés de FAC ont fait par la suite la formation IDE pour avoir du travail!
FRED60
Accro
Accro
 
Messages: 801
Enregistré le: 09 Mar 2008 15:26

Messagepar augusta » 21 Aoû 2009 11:21

Ou alors va jusqu'au bout et devient psychologue.....c'est un job d'avenir....et à 50 euros la séance c'est pas mal!!!!!
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10391
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar FRED60 » 21 Aoû 2009 11:45

augusta a écrit :Ou alors va jusqu'au bout et devient psychologue.....c'est un job d'avenir....et à 50 euros la séance c'est pas mal!!!!!

Le dernier psychologue que j'ai croisé avait fait fonction d'éducateur plusieurs années, les postes de psychologues sont rares, il faut souvent démarrer par des temps partiel et l'installation en libéral compliquée car les séances ne sont pas remboursées.
Pour ce qui est du salaire dans le public j'ai eut l'occasion de voir la fiche de paye du psycho ou je bossais, vu son ancienneté il devait gagner peut être 100 euros de plus qu'une IDE alors c'est pas la fortune! Mais bon, certains y croient...
FRED60
Accro
Accro
 
Messages: 801
Enregistré le: 09 Mar 2008 15:26

Messagepar augusta » 21 Aoû 2009 11:49

Je parlais de psy en libéral evidemment......et même si les consultations ne sont pas remboursées.....les psy ne sont pas en mal de clients!!
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10391
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.


Retourner vers « Profession infirmière (IDE) »



Publicité

-