Forum : Etudiants infirmiers (ESI)

Nous sommes le 17 Nov 2019 19:27

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Clémence94 » 19 Nov 2018 13:52

Bonjour,
Je viens de vivre une expérience traumatisante à mon dernier stage en S5. Je souhaite donc arrêter ma formation infirmière mais j'ai un tel sentiment d'injustice et j'ai l'impression que personne ne voudra m'écouter ( école ou stage) . C'est donc ici que j'ai décidé de raconter ce qu'il m'est arrivé pour avoir peut être des avis ou des conseils d'étudiants ou d'ancien étudiants qui auraient vécus la même chose. Mon texte est long , et je remercie d'avance ceux qui prendront le temps de lire .

C******
3ème année


Retour de stage en maternité.

Lors de ma première semaine à l'Ifsi, pour la rentrée septembre 2018, mon tuteur de stage m' a informé le jeudi que je serai en stage, à la maternité à partir de lundi pour une durée de 10 semaines. Un stage prévu en raison de ma reprise de formation suite à mon report.

De retour chez moi, en fin d'après-midi, j’ai tout de suite appelé le service de maternité pour joindre une cadre du service.
Une secrétaire m 'a répondu que les cadres étaient parties à cette heure, mais qu'elle ne savait pas quand je pourrai retéléphoner pour les recontacter.
J ai retéléphoné le lendemain, mais je ne les ai pas eu.
J'ai retéléphoné le samedi, ou j'ai pu contacter la cadre de garde qui m'a indiqué qu'elle ne savait pas à quelle heure je devais me présenter mais de venir pour 7h30.


Accueil du lundi:
Aucun soignants ni aucunes cadres n'attentaient de stagiaire au nom de ******.
Après avoir était emmené jusqu'au staff pour demander ce que je devais faire, l'on m'a indiqué d'aller patienter 2 h à la cafétéria et de revenir puisque la cadre, , n'était pas arrivée.
Vers 10h30 Mme *** et Mme **** ,ma tutrice IDE ,m'ont accueillies.
Elles se sont excusées et m'ont dit qu'elles n'avaient pas reçu mes coordonnées pour pouvoir prévoir un rendez vous d'accueil comme elles le font habituellement.
Je me souviens pourtant avoir remplie cette feuille d'information au secrétariat de mon école la semaine précédente.
Elles attendaient pour cette date un garçon du nom de ******.
Je leur ai dit qu'en fait, *******, c’était le nom de mon école.

Ma tutrice A. m'a aussi expliqué ce premier jour,qu'un planning avait été établi, mais qu'il était tout à fait possible de décaler des jours pour d'autres jours si cela ne me convenait pas, à condition de les prévenir par mail.Et que cela se faisait sans problème.









Première semaine:
Cette première semaine s'est bien passée et j ai été complimentée par les encadrantes.
Par contre, je devais faire trois journées au DANN, mais je n'ai pu y faire qu'une demie journée car il n'y avait personne pour m'encadrer sur ce site.

Le vendredi , l' IDE a constaté que je n'avais pas l'air bien vers 14 h.
Elle m'a fait prendre ma température en axillaire, j'avais 39,3, avec les 0,5 en plus cela faisait 39,8.
le médecin sur place voulait me prescrire un arrêt de trois jours.
J'ai refusé et lui ai dit qu'avec les deux jours de week-end, cela ne me semblait pas nécessaire.
Ma fièvre, finalement, n'a pas baissé et j'avais toujours 40 le lundi matin.
J'ai donc revu mon médecin qui m'a arrêté 1 jour, puis 1 second jour.



Seconde semaine :
Cette seconde semaine s'est bien passée.
J'ai travaillé :
- 1 journée IDE qui s'est bien déroulée.
- 1 journée avec 1 intérimaire et cela s'est bien passée et j'ai été de nouveau complimentée par cette dernière.
-1 troisième jour avec une IDE et cela s'est bien passé.


Troisième et quatrième semaine:
Dans cette même période j'ai travaillé une journée sans IDE en hospitalisation, avec une sage femme.
J'ai assumé pendant cette journée de 12 h tous les actes et soins IDE.
La sage femme m'a dit qu'elle était très contente de mon travail / mes soins , ma réactivité, mon organisation....


Bilan mi stage
Mon référent de stage est venu pour m'évaluer.
Comme prévu, je lui ai présentées deux démarches de soins.
Il a validé mes démarches et mes réponses.

Le lendemain mes tutrices ont pratiquées l'évaluation de mon bilan mi stage.
Elles m'ont interrogé sur différentes pathologies du service, qu'elles m'ont validées.
Au vu des cases cochés très bon bilan de mi stage et appréciations avec aucunes améliorations particulières à faire sur aucun plan.

Semaine:
Jeudi j'ai travaillé aux urgences avec une IDE et une AS.
Journée qui a été assez compliquée car toute au long de la journée, mes encadrantes étaient froides et dures avec moi.
Vers 19 h, l'AS m'a demandé d'aller retirer le dynnamap d'une patiente.
Lorsque je suis arrivée auprès du couple, le père me dit qu'il n'en est pas question car celui ci a sonné à plusieurs reprises et qu'il indiqué une baisse de tension.
Il était énervé et voulait aller voir l'car il avait trouvé son attitude vis à vis de sa femme inadaptée et presque agressive et il a ajouté <<cette soignante ferait mieux d'aller se coucher>> au vu de son attitude.
Il voulait même aller lui notifier son mécontentement au poste de soins.
J'ai calmé le Monsieur et j'ai demandé à **** dans un second temps de pouvoir laisser le dynamap à la patiente afin de surveiller son hypotension.

Sur les deux dernières heures de cette journée de 18 h à 20h:
A mon niveau, enchaînement des soins ,sans aucune interruption, car beaucoup de monde aux urgences.
J'ai effectué tous les soins et actes demandées par l 'IDE, la sage femme et l'AS sans m’arrêter.
A noter que pendant ces deux heures, les soignantes (IDE et AS )sont restées dans le poste de soins.

Vers 19h45, j'ai fait une bandelette urinaire au lieu d'un ECBU et à ce moment là l'Auxiliaire s'est énervée et m'a crié dessus devant tout le monde y compris les patients, en me disant, que je « leur faisait perdre leur temps » et que je « n'aurais pas fait cette erreur si je savais pourquoi la patiente était là ».
J'ai répondu que j'avais exécuté tellement de soins les uns à la suite des autres sans dis continué depuis 2 h, que je n'avais eu aucun moments pour aller consulter les motifs des consultations.



Vers 20 h , à l'arrivée de l'équipe de nuit,l'auxilaire *****. a déclarée que depuis ces 2 dernières heures elle n'avait absolument pas pu suivre ce qui c'était passé et qu'elle n'arrivait plus à travailler tellement il y avait eu de choses et de patients.

Ce soir là je suis rentrée en larmes dans les transports avec un sentiment de profonde injustice. J'ai procuré beaucoup d'efforts tout au long de cette journée très dense, et finalement je me suis faite crier dessus et accuser de ne pas m'intéresser aux patientes. Cela m'a profondément blessée car je suis toujours très attentionnée aux patients et à leurs entourage. Ainsi, je me suis profondément questionnée sur les notions de la bienveillance et l'empathie en milieu médical.




Journée ******:
Bloc opératoire avec *** IDE et une seconde IDE.

A mon arrivée, j'ai dit bonjour aux deux IDE, mais je n'ai eu aucune réponse de la part de S.
Dans la seconde minute, elle s'est énervée et m'a dit d'une manière hautaine que je ne devais pas mettre mon sac dans le bureau. Pourtant, c'est à cet endroit qu'on me l'avait fait mettre tous les autres jours où j'ai travaillé au bloc.
Après cela, elle m'a ignoré ou a répondu à mes questions de façon glaciale et abrupte.
En réaction humaine, je me suis rapprochée de la seconde IDE qui elle a bien pris le temps de m'expliquer le travail avec gentillesse.
J'ai également entendu ***** parler de moi à l'auxiliaire, lui disant que comme je ne la suivais pas, pour elle, j'étais une << je menfoutiste >>.

Un peu plus tard, j'ai demandé à la seconde IDE si je pouvais aller aux toilettes avant la prochaine intervention, elle m'a répondu que je pouvais y aller.
A mon retour dans le bloc , je tante une nouvelle de créer un contact avec l'IDE ***** si je pouvais l'aider à ouvrir le matériel pour l'opération à venir.
Elle m'a répondu avec agressivité << Bah fallait être là dès le début ! >> et qu'il « aurait fallu que je sois là 5 mn avant » et que de toute façon elle ne m'autorisait pas à l'aider.
Pendant l'opération , j'ai essayé à plusieurs reprises de ramasser les champs sales y compris un tombé au sol, elle m'a stoppé dans mon action avec véhémence, en disant :<< Je m'occupe de mes champs toute seule ! >>.
Ensuite , pendant la remise en état de la salle de bloc opératoire, ***** est passée devant moi plusieurs fois avec une démarche brusque et a repoussé agressivement une poubelle que j'étais entrain de replacer après l'avoir nettoyer.
A la sortie du bloc, j'en ai parlé à la seconde IDE qui m'a dit de prendre sur moi jusqu'à la fin de la journée et que cela n'était pas facile, mais qu'il fallait dans ces cas la se faire « discrète » en attendant la fin.
Elle me précise également que ***** était dure avec elle également mais que celle ci lui avait même précisé que c'était pour son bien, pour la rendre « plus forte ».
En fin de service, **** est partie du bloc en m'ignorant et sans me répondre à mon au revoir.

Je voudrais arriver à faire comprendre aux personnes qui encadrent les stagiaires comme il est douloureux, humiliant d’être invectivé , ignoré, maltraité durant toute une journée.
Le lendemain on retourne au stage la boule au ventre ou on décale sa journée pour ne plus être confronté à ce genre de situation.



Semaine :
Une semaine prévue à l'origine en consultation et au DANN, mais finalement qui se passe en hospitalisation.
La semaine s'est bien déroulée.
Par contre, un matin,une de mes tutrices ***** m'a informé dans le couloir en partant, de faire attention car on lui avait fait remonté que j'arrivais souvent en tenue dans le service pour 8h15 au lieu de 8h.
J'ai pris immédiatement en compte sa remarque dès le lendemain matin en changeant de parcours pour mon trajet et en partant plus tôt.

Durant cette même semaine, la cadre (dans le couloir devant son bureau ) me rappelle que lorsque je suis absente, je ne dois pas oublier de prévenir à la fois l'école et le stage.
Jusqu'à présent, durant mes 8 semaines de stage effectues, à aucun moment les équipes , la cadre, les tutrices , les soignants ne m'ont signifié une problématique concernant mes horaires et mes demandes de décalage de jours.


Semaine:
J'ai travaillé aux urgences avec (IDE).
La semaine s'est bien déroulée, elles ne m'ont pas faits de remarques particulières ni aucuns reproches formulés tant sur mon comportement que sur ma pratique.


Dernière semaine:
J ai prévenu tardivement par mail la cadre, Mme M., d'un décalage de jour pour le lendemain, lundi.
Le lundi , j'ai reçu un mail de la cadre. me disant que mon attitude était inadmissible et que ce n'était pas le premier dysfonctionnement de ma part.
J'ai répondu par un mail d'excuse.



J'étais abasourdie de la situation, puisque comme je l'ai déjà mentionné, après avoir passée 9 semaines de stages dans ce service, je n'avais encore jamais eu de reproches, ni de remarques, ni de convocation dans un bureau pour m'indiquer que je ne devais absolument plus décaler de jours.
Personne ne m'a prévenu qu'à partir de maintenant il ne fallait plus changer aucun jour et que de ce fait j'étais dans une situation pouvant avoir des conséquences irrémédiables.



Le mardi:
Trois jours avant la fin de mon stage de 10 semaines.
La Directrice de mon école, me contacte par téléphone vers 15h.
Elle m'informe de la gravité de la situation et que je vais avoir un rapport de la part du stage.
Ce rapport ne m'a pas été mentionné par les cadres ou les tutrices de mon stage.



Le mercredi:
Deux jours avant la fin de mon stage de 10 semaines.
J'ai travaillé pour la première fois 1 journée avec ma tutrice ainsi qu' avec une élève sage femme.

Dès notre arrivée dans le service ma tutrice nous transmet qu'une patiente est douloureuse, et elle nous prescrit oralement qu'il faut une poche d'anti-douleur.
J'ai proposé d'aller en chercher en réserve pour gagner du temps et ainsi montrer à la nouvelle élève sage femme l'emplacement de la réserve.
A notre arrivée dans la réserve, il n'y en avait plus, l'on nous dit alors d'aller en chercher en salle de réveil.
Lorsque nous arrivons en salle de réveil, tous les soignants sont occupés.
Nous attendons environ 10 minutes que quelqu'un soit disponible pour nous la donner.
Lorsque nous revenons dans le service ma tutrice nous fait la remarque que nous avons mis trop de temps pour la rapporter et nous dit qu'il manque aussi un pied à perfusion.
Nous retournons en salle de naissance pour en chercher un.
Il n'y en a qu'un seul avec plusieurs pousse seringue déjà branchés.
Nous demandons à la sage femme si nous pouvons quand même l’empreinter.
Elle nous répond que ce n'est pas vraiment possible car c'est le seul et qu'autrement c'est elle qui n'en aura plus.
A ce moment là ma tutrice est arrivée et a pris le pied à perfusion.
De retour dans le service, elle nous a reproché de ne pas saisir l'importance de la souffrance de la patiente.


Plus tard dans la matinée, l'élève sage femme a essayé de perfuser une patiente, elle n'a pas réussi.J'ai essayé de rattraper, mais j'ai aussi échoué.
Je suis donc revenue chercher ma tutrice .
Elle s'est levée sans nous donner d'indication, j'ai alors dit à l'élève sage femme de la suivre puisqu'à l'origine c'est elle qui voulait essayer de perfuser.
L'élève sage femme est revenu en me disant que la tutrice avait refermé la porte de la chambre en la claquant avant qu'elle ne puisse elle aussi entrée, et que de ce fait, elle avait conclue que l' IDE ne voulait pas que l'on vienne avec elle.
Quelques minutes plus tard, lorsque ma tutrice et revenue dans le poste de soins, elle s'est mise à nous crier dessus mais plus particulièrement vis a vis de moi en présence de tous les soignants en nous reprochant de ne pas l'avoir suivi.

C'est au même moment qu'elle m'a interpellé en me disant :
<< Et bien pour ton bilan cela va être compliqué !>>.
C'est aussi au cours de cette matinée ou je lui ai dit que ma Directrice m'avait téléphoner pour me dire qu'il y aurait un rapport à mon sujet.
Elle m'a répondu de façon très virulente dans le poste de soins devant tout le monde :
<< ça t'étonne?.....>>.
J'ai répondu qu'effectivement j'étais étonnée puisque je n'avais pas été prévenue ni informé de rien par personne.

J'ai alors téléphoné à mes proches en larmes, leur disant que je n'allais pas pouvoir tenir dans de telles conditions et ne comprenant pas ce qui était en train de se passer.
Ils m'ont dit de prendre sur moi, que je ne pouvais pas faire autrement que de finir mon stage et de tenir le coup jusqu'à demain, mon dernier jour.
Selon eux, ce qui m'était reproché depuis 48 h n 'allait pas remettre en cause la totalité de mon stage qui s'était dans l'ensemble fort bien passé.

L’après midi il y avait beaucoup de monde aux urgences et ma tutrice m'a signifié en fin de journée que j'avais bien maîtrisée la situation et qu'elle était satisfaite de mon travail.



Jeudi dernier jour de stage:
J'ai travaillé aux urgences avec (IDE), une sage femme, une auxiliaire et une aide auxiliaire dont c'était le premier jour.
Une journée qui s'est bien déroulée sur le plan travail.

Par contre, à mon niveau, je ressens un stress incommensurable puisque je suis informée seulement depuis trois jours que pour cette dernière et dixième semaine de stage je serai dans une situation catastrophique avec un rapport adressé à mon école.



Depuis 7 h30 jusque 17h30 de l'après midi je ne suis pas informée de l'horaire de mon bilan.
Je n'ai d'ailleurs pratiquement rien mangé tant l'angoisse, et la tension était à son maximum dans mon esprit.

Vers 17 h30 ide vient me chercher dans l’accueil des urgences en me disant « tu viens ? ». Elle ne me regarde pas et ne me parle jusqu'au bureau où nous attendait ma tutrice, qui me dit bonjour avec un sourire.

En premier lieu, elles me reparlent de mes journées décalées.
Je reconnais ce qu'elles me reprochent en m'excusant pour cette conduite.

Mais déjà à ce stade de l'entretien, je suis complètement déstabilisée avec des larmes dans les yeux.

Elles me demandent si je suis venue avec une démarche de soins comme elles me l'avait demandé lors de mon bilan mi-stage.
Je leur répond que je n'en ai pas car je n'ai aucun souvenir qu'elles m'en ai demandé une. Pour moi, elles avaient évoqué le sujet des démarche de soins, uniquement au sujet de la visite du formateur la veille de mon bilan de mi-stage.
Elles me répondent que de toute façon elles étaient « persuadées que j'aurais oublié ».
Pourquoi ne me l'ont elles jamais rappelé justement pour s'assurer que je les aient bien?
Pourquoi B., qui avait travaillé avec moi toute la journée la veille , ne l'a pas fait?
N'est ce pas le rôle des encadrants de faire des rappels aux élèves?
N'est ce pas le rôle de tout manager de rappeler à son équipe, à ses élèves?
« N'oubliez pas on vous avez demandé une démarche de soins».

Ensuite, elles me demandent de leurs montrer les calculs de doses qu'elles m'avaient demander de faire pour le bilan fin de stage.
J'en réussi 3 et me trompent sur les deux derniers plus compliqués.
B. commence à faire la correction des deux dernières mais n'y arrive pas et se tourne vers A. en lui disant << tu pourrais quand même nous aider >>.
B. s'aide également d'une feuille de correction pour me corriger.
Elles m'ont coché au bilan final pour le calcul de dose Non acquis .
Alors qu'au demi bilan elles m'ont coché A améliorer avec les mêmes conditions;
C'est à dire, certains calculs réussis et d'autres pas complètement.
Pourquoi il y a 4 semaines cela correspondait à améliorer et un mois plus tard avec le même taux de réussite cela correspond à non acquis?

Puis, elles me posent une question sur une pathologie basé sur un exemple clinique :
« Une patiente arrive aux urgences maternité, elle se gratte au niveau du ventre et des jambes,
de quoi s'agit il ? ».
Je répond que je n'ai pas rencontré de cas similaire au cours de mes 10 semaines de stage.
Il y a juste une patiente lors de mon début de stage qui avait des démangeaisons mais il s'agissait d'une allergie à une crème et non d'une pathologie.
Elle me disent que dans le cas qu'elle me cite il s'agit de la cholestase gravidique et que je devrais le savoir car cette pathologie est inscrite dans le livret d’accueil qu 'elles m'ont donné le premier jour de mon arrivée.
Je leur ai dit que j'aurai pu répondre à des pathologies rencontrées pendant mes 10 semaines, comme cela avait été le cas au bilan mi-stage. Mais beaucoup plus difficilement sur celles que je n'avais pas croisées.


Ensuite elles me posent une question au sujet des gouttes par minutes.
Instantanément je répond 1 ml =20 gouttes.
Elles me disent « mais non je te parle pour un culot » et avant même que je puisse leurs répondrent elles me disent << mais tu devrais le savoir 1 ml sang = 15 gouttes.>>.
A ce moment là elles s’arrêtent et me disent que de toute façon cela ne sert à rien de continuer car elle savent très bien <<où ça va >> tout en se regardant mutuellement avec des sourires et des sous-entendus.
Elles me demandent de sortir du bureau pour faire mon bilan de fin de stage et écrire le rapport.
Elles font donc le bilan de fin de stage sans ma présence.

A ce moment je me sens ensevelie par l'angoisse, la stupeur du déroulement de l'entretien et ne peux plus retenir mes larmes mais je continue tout de même à travailler.

A 19 h, elles viennent me chercher pour me donner les documents.
Lorsque j'entrevois tous les Non acquis, je fond en larmes.
Je ne comprend pas cette notation.
Comment la plupart des Acquis du bilan mi stage sont devenus des à améliorer ou Non acquis?
De plus, le commentaire indiquerait que je ne me suis pas investie et que je considérai mon stage comme étant facultatif.
Je tiens à dire explicitement que je n'ai jamais employer ce terme. Je n'ai jamais considéré ce stage comme étant facultatif , d'autant plus que j'avais bien conscience qu'il était au contraire prépondérant dans mon cas.
J'ai alors expliqué à mes tutrices qu'il avait été mis en place en rapport avec mon report de formation.
Elles m'ont alors demandé « pourquoi » j'étais en report ?
J'ai répondu qu'en principe je n'avais pas à en parler, que c'était des problèmes personnel mais que c'était lié à des soucis de santé ( dépression ) .
Elles me répondent avec surprise que j'aurais du leur en parler, qu'elles auraient compris et que cela aurait impacté leur jugement.
J'ai répondu que ceci était quelque chose de totalement privé et personnel et que je n'avais aucunement envie de me présenter avec cette «particularité».


Après cela, elles me disent qu'elles ne souhaitaient pas appeler mon école, et que c'est uniquement la Directrice qui a demandé un rapport.
Ma tutrice B. me dit même que c'était <<dommage car la seule journée que j'ai passé avec elle la veille était satisfaisante.>>
Je leur demande en leur montrant mon bilan mi stage comment elles expliquent une telle différence et que la grande majorité des compétences acquises il y a un mois ne le soient plus?
Elles marquent un temps et me répondent que si cela pose un problème à l'école <<Ils n'ont qu'à appeler >>.
Elles ne me donnent donc aucunes explications sur ma notation.


Je suis dévastée, bouleversée, stupéfaite de la façon dont cela se passe .
Comment est ce possible d'avoir:

Au bilan mi stage Au bilan fin de stage
34 Acquis 12 Acquis
2 à Améliorer 14 à Améliorer
0 Non Acquis 11 Non Acquis
1 Non Mobilisé 0 Non mobilisé



Je sors de ce stage démantelée, rabaissée, effondrée.
Je suis dans l'incompréhension totale vis à vis de ce bilan final de mes compétences.

J'ai travaillé de la même façon durant les dix semaines de stages.
Je me suis au contraire complètement investie au regards des changements perpétuelles de service.
J'ai travaillé avec pas moins d'une quinzaine d'encadrantes différentes qui dans leur grande majorité ont étaient satisfaites de ma pratique.

De plus, je n'ai passée qu'une seule journée de stage avec chacune de mes tutrices qui m'ont évalués aux deux bilans.
Pour toutes les autres IDE, j'ai travaillé en moyenne 2 jours avec chacune d'entre elles et quatre jours avec P. et J.

Je ne comprend pas pourquoi dans la conclusion au demi bilan, il n'y avait aucun axes à améliorer sur aucun plan et qu'au bilan final je ne sois plus compétente en rien.


J'ai le sentiment d'une profonde injustice, d’être victime d'un règlement de compte sans aucune empathie.
D'assister à mon propre achèvement sans pouvoir rien ni faire, sans pouvoir être entendue ni me défendre.
De payer pour mes soucis d'absences, qui n'ont pas de rapports avec mes compétences.
Avec un tel bilan ma formation ne peux plus continuer.

Alors voilà avec tout ce que je viens d'endurer pendant ce dernier stage je vous rend ma blouse d'élève infirmière.



Pour finir, je voudrais vous dire pour quelles raisons je m'étais tournée vers le métier d'infirmière.

J'avais choisi ce métier pour moi comme une évidence.
Une évidence oui ! avec un grand E , car il me paraissait le seul métier représentatif de la bienveillance envers autrui.
Infirmière ,mais bien sur !c'est le métier par excellence pour prendre soins des autres , être à l'écoute des autres, donner de son temps, donner de soi.
J'allais y trouver un environnement bon, tourner vers les autres.
En tout premier lieu vers les patients.
J'allais entrer dans le monde paramédical pour pouvoir déployer toute mon attention aux autres, toute ma dévotion.
Car pour moi s'occuper des autres, des patients, des personnes en difficulté, en souffrance c'est ma priorité.
Je n'imagine pas ma vie sans porter secours à autrui sous toutes ses formes.
Je le pense toujours car c'est ma personnalité profonde l’empathie aux autres mais au final je n'exercerai pas cette qualité au travers de la profession d’infirmière.

Je pourrais malheureusement vous raconter et vous énumérer tous les dysfonctionnement, les humiliations, les rabaissements en publics auxquels j'ai assistés et que j'ai subis en temps qu'élève.
J'ai fort peu rencontrer pendant ma formation de bienveillance, d'accompagnements avec une dimension humaine dans les actes pratiqués, dans les gestes, dans les propos tenus sur les patients.
Les soignants entre eux sont également rarement bienveillants.
Il y a des binômes qui s'accordent pour dénigrer tout le monde.
Des IDE irascibles qui se déchargent ou se vengent car elles « n'aiment pas » un élève.

Au final,j'ai perdu mon amour et ma considération pour ce métier .
Dernière édition par 1 le Lenalan, édité 20 fois.
Raison: Anonymat
Clémence94
 
Messages: 3
Enregistré le: 19 Nov 2018 13:34

Messagepar augusta » 19 Nov 2018 18:12

Bonjour,

Je n'ai pas tout lu, c'est beaucoup trop long.
Vous devriez absolument anonymiser votre écrit.

Pour le reste, je comprends votre désarroi, mais ne comprends pas comment vous pouvez jeter l'éponge en S5.

Prenez du recul, changez vous les idées....atterrissez quoi.....pour redecoller.

J'espère qu'écrire vous aura soulagé.
"Penser, c'est penser jusqu'où on pourrait penser différemment" Michel Foucault
Avatar de l’utilisateur
augusta
Star VIP
Star VIP
 
Messages: 10398
Enregistré le: 23 Mai 2008 19:29
Localisation: Dans les livres et aussi ailleurs.

Messagepar Jo_bis » 19 Nov 2018 18:30

J'ai lu avec attention votre écrit et je crois que vous avez vécu ce que beaucoup d'étudiants vivent : l'ambiance d'équipe pourrave de chez pourrave. Vous en avez fait les frais.

A partir de ce constat, vous avez deux attitudes possibles :
1) Vous lamenter sur l'injustice du monde (que vous voulez changer); en vouloir à la terre entière pour finalement baisser les bras (ce que vous êtes entrain de faire).
2) Prendre du recul, cette équipe est ce qu'elle est, mais il y en a d'autres qui tiennent la route, qui vous réconcilieront avec ce milieu, et poursuivre vos études. Ne calez pas sur cet obstacle, ce serait dommage.

En conclusion, observez ce que vous avez vécu froidement, avec hauteur de vue, et vous verrez que ce n'est pas la fin du monde, loin de là.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9598
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Jeanboulanger » 19 Nov 2018 19:37

Bonjour

Par contre c'est pas un peu incorrect de nommer l'établissement et le service ?
Jeanboulanger
Adepte
Adepte
 
Messages: 147
Enregistré le: 29 Déc 2016 13:29

Messagepar Paullaurent59 » 20 Nov 2018 09:29

Bonjour

avez vous démontré que les compétences dites "non acquises" étaient en fait acquise ?

en quoi ces évaluations vous mettent en difficulté ? validation du stage ? validation de votre année ?

j ai l impression que les stagiaires "faibles" sont écrasés à terre ....

salutations
Paullaurent59
Forcené
Forcené
 
Messages: 281
Enregistré le: 05 Avr 2014 16:01

Messagepar Lenalan » 20 Nov 2018 10:06

J'ai anonymisé comme j'ai pu vue la longueur du post, si vous en voyez d'autres dites-moi :|

Il n'y a rien de vraiment "choquant" dans ce qui est décrit, même si ce n'est pas agréable, mais c'est le lot de nombreux étudiants. Le tout est de s'adapter pour sauver les meubles (déjà éviter de décaler les jours, ça ne doit pas se faire, jamais, parce que tu leur donnes du grain à moudre). J'ai frôler ce genre de catastrophe en S5 aussi (aux urgences) mais j'ai sorti la brosse à reluire et la pommade pendant des semaines et j'ai eu un excellent bilan (malgré de nombreux reproches tout au long du stage, mais comme je les ai vénéré en leur faisant bien sentir qu'ils étaient mes modèles et que jamais je serai à leur cheville, ils m'ont "fait plaisir" en me mettant que j'étais formidable partout). Il faut savoir mettre sa fierté de côté et penser à l'objectif, même si au fond de toi tu sais ce que vaut le comportement de ces personnes, tu ne les reverras jamais...

Une fois la cata arrivée je ne sais pas, je pense que ce stage ne sera pas validé malheureusement...
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16377
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Clémence94 » 20 Nov 2018 11:46

Merci de vos réponses ,
effectivement je prend déjà un peu de recul mais j'ai vécu une formation pleines d'embuches et c'est juste un ras le bol générale.
Pour ce qui est de ma notation , je n'ai en aucun cas pu me défendre puisqu'elles n'ont pas acceptés que je reste pendant la notation et quand j'ai demandé des explications sur leurs non-acquis elles m'ont juste répondu que mon école les appels si il y a un problème .

C'était un stage après un report de formation de pratiquement 2 années donc les conséquences sont très importantes .
Clémence94
 
Messages: 3
Enregistré le: 19 Nov 2018 13:34

Messagepar Jo_bis » 20 Nov 2018 14:17

Lenalan a écrit :J'ai anonymisé comme j'ai pu vue la longueur du post, si vous en voyez d'autres dites-moi

J'ai relu, je pense que c'est bon. :clin:

Clémence94 a écrit :Pour ce qui est de ma notation , je n'ai en aucun cas pu me défendre puisqu'elles n'ont pas acceptés que je reste pendant la notation

Ce qui prouve indirectement qu'il y a un loup au coin du bois...style la conscience pas tranquille.
"Il suffit de nous regarder pour voir comment une forme de vie intelligente peut se développer d'une manière que nous n'aimerions pas rencontrer."
Stephen HAWKING
Avatar de l’utilisateur
Jo_bis
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 9598
Enregistré le: 30 Jan 2004 10:33

Messagepar Lenalan » 20 Nov 2018 14:20

La règle de base: tu ne lâches jamais ton port-folio, tu ne quittes jamais ta feuille de notation. Si tu dois sortir de la salle, tu prends avec toi ta feuille. Sinon elles doivent la remplir avec toi, devant toi et t'expliquer chaque croix. Si ça leur pose problème elles n'ont qu'à contacter l'IFSI, qui est parfaitement au courant de ce problème et qui leur confirmeront que la feuille doit être remplie en présence de l'étudiant(e).
Infirmière DE 2016 En libéral depuis 2018

Aide-Soignante DE 2004 en EHPAD
Avatar de l’utilisateur
Lenalan
Modérateur
Modérateur
 
Messages: 16377
Enregistré le: 14 Juin 2012 14:29

Messagepar Lelelele » 20 Nov 2018 18:20

Effectivement, ce n’est pas évident de rebondir après une telle expérience... :| Je savais qu’il y avait de la malveillance mais pas à ce point... je comprends « ce ras le bol général » ... et ces stages qui nous éloignent un peu plus du métier vers lequel on pensait pouvoir s’épanouir... Bon courage :clin:
Lelelele
 
Messages: 22
Enregistré le: 12 Nov 2018 20:56

Messagepar eprex » 21 Nov 2018 00:49

Si je vous semble abrupte, je m'en excuse en avance.

Pour "la vieille anecdote", j'ai vécu une situation de stage semblable (de loin, et avec une vingtaine d'années entre temps), suite à laquelle j'ai accepté de "ne pas faire de vagues" alors qu'avec le recul...
Les étudiants ayant été sur le même lieu de stage lors de la session suivante ont subi les mêmes conditions de stage que moi et ont osé se faire entendre, le lieu de stage a été invalidé par l'IFSI et la direction de l’hôpital a pris des mesures: l'équipe a été éclatée et répartie dans d'autres services, l'encadrement des stagiaires a été refusé à plusieurs IDE et AS dont le comportement vis-à-vis de "l'élève" avaient été dénoncé par l'ensemble des étudiants "tombés entre leurs griffes", la cadre de service a été "remerciée" et remplacée. C'était un service de médecine interne d'une vingtaine de lits, je vous laisse imaginer le bazar créé dans l'établissement.

Ayez le courage de "convoquer" votre IFSI, rencontrez d'autres étudiants ayant été évalués par ces personnes. Si loup il y a et que loup est habituel dans ce coin, d'autres pourront vous accompagner et vous soutenir dans votre démarche.
Et s'il n'y a pas de loup ? Rassurez-vous, il n'y a pas de loup, autre que celui que vous avez vu. Et c'est un stage de S5, vous n'êtes plus un agneau.
Selon vous, votre stage et son évaluation ne sont pas en adéquation ? Rebondissez !

Quant à l'importance que vous accordez à évoquer les changements de planning que vous avez pu demander, je suis perplexe: avez-vous pensé que chaque demande organisationnelle (de type gestion de planning), engendre un travail pour d'autres personnes ? Je m'interroge sur la mesure dans laquelle votre encadrement aie pu dépendre de ces "décalages de jours" dont vous faites état...
Édition du post en cours...
Avatar de l’utilisateur
eprex
Fidèle
Fidèle
 
Messages: 237
Enregistré le: 17 Mar 2017 11:12

Messagepar lafolldingue » 21 Nov 2018 08:34

C'est quand même domage d'arrêter à cause de ce stage.... c'est leur donner raison.... un stage n'est pas révélateur du métier! Et heureusement
IDE 2018 - urgences - Réanimation
Réserviste SSA
Avatar de l’utilisateur
lafolldingue
VIP
VIP
 
Messages: 3103
Enregistré le: 16 Mar 2015 12:13

Messagepar Clémence94 » 22 Nov 2018 21:27

Merci encore pour ces nouvelles réponses !

J'ai eu un rendez-vous avec la directrice de mon établissement ainsi qu'avec ma référente pédagogique . Résultat de l'entretient : il y a effectivement une incohérence au niveau de la feuille de notation, une "faute" de ne pas avoir voulu la remplir en ma présence … une notation qui semble être effectivement plus personnel que professionnel car elles étaient agacées de mes changements de jours, etc.
Donc affaire à suivre …

Malheureusement pour moi , ce n'est pas "un stage" c'est plusieurs stages durant lesquels j'ai du affronter cette sorte de "violence' verbale et psychologique. J'ai toujours continué d'avancer en prenant sur moi et comme mes feuilles de notations étaient quand meme bonnes j'ai continué ainsi ...
Sauf que cette fois-ci ce n'est pas le cas et de mon coté c'est la fois de trop .

Effectivement, mon but est de ne pas laisser cette histoire comme ca et d'essayer d'avoir justice . Mon école semble de mon coté .
Clémence94
 
Messages: 3
Enregistré le: 19 Nov 2018 13:34

Messagepar Lelelele » 22 Nov 2018 21:34

J’espère que tu auras gain de cause :clin: Je te comprends totalement, 1 stage difficile ça passe, le 2eme limite et le 3eme c’est la fois de trop... Courage !!
Lelelele
 
Messages: 22
Enregistré le: 12 Nov 2018 20:56

Messagepar Cms54 » 22 Nov 2018 21:46

j'ai une question : Avais tu fais au cours de ton stage "un carnet de bord", c'est à dire des feuilles où tu te faisais évaluer par les professionnels sur les actes et activités de ta journée/situation de stage?
Tu dis être passée par beaucoup de lieux et de personnes, je ne sais pas si tu en as fais un mais parfois ça ça pèse dans un bilan... Justement pour pouvoir argumenter.

Je suis désolée que tu sois passée par là, mais je pense qu'avec le temps et le recul tu regretterais d'avoir laissé échapper ton rêve pour un stage. Comme tu le soulignes, tu as été félicitée par des professionnels tout au long du stage : et ça, ça compte. Garde le en tête, et repars de plus belle! :clin:
IDE aux urgences psychiatriques
Avatar de l’utilisateur
Cms54
Habitué
Habitué
 
Messages: 60
Enregistré le: 09 Déc 2015 23:28


Retourner vers « Etudiants infirmiers (ESI) »



Publicité

-