GRANDS DOSSIERS

Grippe : mieux vaut vacciner les enfants

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

Vacciner les enfants, principaux vecteurs de diffusion du virus grippal, réduirait plus efficacement la morbi-mortalité liée à la grippe que cibler les personnes âgées, selon une étude britannique publiée le 9 octobre 2013 dans Plos One.

vaccination enfant

Vacciner les enfants réduirait plus efficacement la morbi-mortalité liée à la grippe

La plupart des pays industrialisés, notamment la France, suivent les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ciblent, lors des campagnes annuelles de vaccination contre la grippe, les personnes de plus de 65 ans ainsi que celles à risque de complications. L'impact de la vaccination sur la mortalité liée à la grippe dépend de plusieurs facteurs, notamment de l'immunogénicité du vaccin dans la population ciblée, du degré d'identité entre les souches circulantes et celles contenues dans le vaccin, mais également de la couverture vaccinale, de la sévérité et de l'infectiosité des souches grippales dans les différentes populations.

Marc Baguelin de la London School of Hygiene & Tropical Medecine et ses collègues ont voulu savoir si modifier la population vaccinée, par exemple en ciblant les enfants, principaux vecteurs de l'épidémie, aurait un impact sur la morbidité et la mortalité globales. Pour ce faire, ils ont entre autres analysé et intégré dans un modèle statistique des données recueillies pendant 14 saisons grippales au Pays-de-Galles et en Angleterre, notamment parce que, dans ces deux régions, jusqu'en 2000, les campagnes de vaccination ciblaient les personnes à haut risque de complications, puis se sont étendues à toutes les personnes âgées de plus de 65 ans. Ils ont mesuré l'efficacité de différents modèles de vaccination, en termes de taux d'infections et de décès attribuables à la grippe. Selon leur analyse, avec les recommandations actuelles, il y a 0,39 infection prévenue à chaque dose de vaccin administrée et 1,74 décès pour 1.000 doses. Étendre le programme de vaccination en ciblant les 5-16 ans augmenterait l'efficacité globale du programme en portant le nombre d'infection évitée par dose de vaccin à 0,70, et le nombre de morts prévenues pour 1.000 doses à 1,95.

Les auteurs jugent par ailleurs que la stratégie adoptée en 2000 en Angleterre et au Pays-de-Galles n'était "pas la meilleure". Si la vaccination avait été étendue aux enfants scolarisés plutôt qu'aux personnes âgées de plus de 65 ans, davantage de cas et de décès attribuables à la grippe auraient été prévenus, même avec une faible couverture vaccinale (de 30%). Ces résultats ont de claires répercussions en termes de politique vaccinale contre la grippe, pour les auteurs. Selon eux, augmenter la couverture vaccinale des enfants devrait devenir une priorité, cette stratégie étant susceptible d'apporter les bénéfices les plus larges.

Retour au sommaire du dossier Grippe

Commentaires (2)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#2

...

Le conditionnel vient à mon sens du simple fait que cette étude est la première à traiter le sujet de la vaccination anti grippale de masse des enfants (Population en général non à risque selon OMS).Elle doit donc etre confirmé ou infirmé par d'autre études.

Le vaccin anti grippal des depuis longtemps utilisé et sa balance Bénéfice / Risque chez les populations à risque est clairement en sa faveur.

Pour le reste de la population les études ne sont pas trés nombreuses me semble t il.

Tachounette

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

c'est bien...

Mais vu le temps employé , tout cet article est à prendre avec des pincettes puisque le conditionnel connote un manque de recul...

et ça reste contradictoire : j'ai lu un autre article disant que le vaccin "anti"grippal était inefficace...

alors??? info ou intox?