INFOS ET ACTUALITES

Les Ordres professionnels prennent la plume alors que "tombent les masques"

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Représentants des infirmiers, des médecins, des sages-femmes, des pharmaciens, des chirurgiens-dentistes, des masseurs-kinésithérapeutes et des pédicures podologues, ensemble, les ordres professionnels expriment leur incompréhension et leur colère à l’heure où les professionnels de santé vivent au quotidien la pénurie des masques mais où la grande distribution s’apprête à les vendre, massivement, au grand public.

masques rouges

Pour les Ordres professionnels, cette vente de masques dans la grande distribution "c’est la surenchère de l’indécence" et de l'incompréhension toujours.

Ils en ont manqué... et ils en manquent encore. Alors face à l’annonce du nombre sidérant de masques autorisés à la vente par la grande distribution dès le 4 mai pour certaines grandes enseignes (Carrefour, Leclerc, Intermarché, Système U, Lidl...) et pour toutes le 11 mai, les présidents de 7 ordres professionnels de santé* expriment en effet leur colère dans un communiqué communen date du 30 avril intitulé "Les masques tombent". Le texte se veut cinglant car le sujet, récurrent mais surtout très inquiétant en termes de sécurité d’exercice depuis des semaines, occupe tous les esprits.

Nos soignants de la première ligne ont dû faire face à la pénurie. Une mobilisation générale a été organisée pour essayer d’améliorer la situation des personnes les plus exposées. Tous les professionnels de santé ont dû faire face à l’inquiétude. La leur, de devoir assurer leur mission, au nom de l’idéal de santé publique qu’ils défendent. Celle qu’ils ressentaient intensément pour leur entourage proche avec cette crainte permanente d’être porteur d’une contamination pour ceux qui leur sont chers. Et celles enfin de leurs patients à qui il a fallu expliquer sans relâche qu’on n’avait pas les moyens de les protéger comme il le faudrait, soit le contraire même de ce qui fonde nos métiers. Courageusement, l’ensemble des professionnels de santé ont soutenu et assumé sans faiblir cette ligne.

Aujourd’hui, la consternation s’allie au dégoût...

Et de dénoncer que toute guerre a ses profiteurs. C’est malheureusement une loi intangible de nos conflits. Pour les Ordres, c’est la surenchère de l’indécence. Et l’incompréhension toujours : ce qui n’existait pas hier tombe à profusion aujourd’hui. 100 millions par ici, 50 millions par là. Qui dit mieux ? Nul n’aurait reproché à des circuits de distribution grand public de distribuer des masques grand public. C’était là un complément essentiel qui serait venu compléter utilement l’arsenal de défense contre le virus. Derrière le masque, se trouve le vrai visage. Nous, nous garderons celui de la dignité. Celui-ci ne se retrouvera dans aucun rayonnage. L’heure viendra, nous l’espérons, de rendre des comptes.

La conclusion se veut sans appel : en attendant, nous allons poursuivre notre mission de professionnels de santé, car c’est notre engagement. Avec néanmoins l’amertume de se dire que la responsabilité n’est pas la mieux partagée de toutes les vertus.
 

*Signataires du texte du Comité de Liaison Inter-Ordre Santé : "Les masques tombent"

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (2)

Phil

Avatar de l'utilisateur

36 commentaires

#2

Merci aux supermarchés !

Cette polémique est ridicule : Les supermarchés ont continué à nous approvisionner pendant le confinement : Leurs employés ont pris autant de risques que les soignants... Ils ont commandé des masques... qui commencent à arriver... La production a repris, la pénurie se termine : Ils vont les distribuer à toute la population... Quoi de plus normal ?
Ne nous trompons pas, les profiteurs ce sont les Ordres, ces parasites qui nous harcèlent pour qu'on paie une cotisation et qui ne servent à rien !

Phil

Avatar de l'utilisateur

36 commentaires

#1

Singerie d'Ordre...

Les profiteurs, ce sont d'abord ceux de l'Ordre Infirmier qui nous rackettent... alors que leur ordre ne sert absolument à rien : Il n'a aucune compétence médico-légale en cas de procès.