EN BREF

Covid-19 : "Nous faisons le choix de la confiance et de la responsabilité", a annoncé E. Macron

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant
Pas de mars 2020 bis, mais le Chef de l'Etat a annoncé lors de son allocution ce mercredi l'extension à l'ensemble du territoire métropolitain des mesures déjà en vigueur dans 19 départements dès ce samedi. La pression hospitalière est forte : plus de 5 000 patients en réanimation, dont 44 % de moins de 60 ans, et le pays s'apprête à disposer d'une capacité de 10 000 lits en tout (soit 3 000 de plus qu'à l'heure actuelle). Attestation pour tout déplacement au-delà de 10 km du domicile, couvre-feu pour tous à 19h, fermeture des commerces non-alimentaires : les mesures sont connues. Côté scolarisation, important tour de vis en revanche - même si le Président affirme que les établissements ne sont pas des lieux où le virus circule plus qu'ailleurs. Les enseignements seront aménagés et les cours auront lieu en distanciel dès lundi prochain pour tous les élèves (hormis les étudiants, qui pourront aller à l'université 1 jour par semaine au maximum, et les enfants des soignants, qui seront accueillis). La rentrée des vacances pascales en présentiel sera différée au 3 mai pour les collèges et lycées. En conséquence, le télétravail sera systématisé et le chômage partiel assuré pour ceux qui ne pourraient pas y avoir recours.
Sur le plan de la campagne vaccinale, Emmanuel Macron s'est félicité que 8,5 millions de Français aient déjà reçu une première dose de vaccin (3 millions pour ceux ayant reçu les deux). Désormais, 250 000 professionnels de santé sont mobilisés pour contribuer à l'effort, dont les infirmiers, récemment autorisés à prescrire le vaccin. Nous allons accélérer la réception des doses et devenir le premier continent en matière de production pour ne plus dépendre des autres. Il faut vacciner sans relâche, a-t-il martelé. Concrètement, les personnes de plus de 75 ans non vaccinées seront contactées pour l'être ; celles fortement exposées (enseignants, forces de l'ordre...) vaccinées prioritairement ; les rendez-vous dans les 1 700 centres dédiés seront ouverts le 16 avril aux 60-70 ans, le 15 mai aux 50-60 ans et mi-juin aux moins de 50 ans. D'ici la fin de l'été, toutes les personnes majeures qui le souhaitent devront pouvoir être vaccinées. La clé, a conclu le Président, pour envisager l'agenda de la réouverture du pays dès la mi-mai.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)