INFOS ET ACTUALITES

Nora Berra à l'Ordre national des infirmiers : faites des "propositions de sortie de crise"

Publié le 16/02/2011

Elle a non seulement écarté tout soutien financier de l'État, mais elle a implicitement soutenu les infirmiers non adhérents, à qui elle souhaite un exercice "libre et serein" de leur métier.

La secrétaire d'Etat à la santé, Nora Berra, a demandé à l'Ordre national des infirmiers des "propositions de sortie de crise" pour résoudre ses difficultés financières. "Je souhaite que l'Ordre présente des propositions de sortie de crise qu'il traverse, pour ses adhérents mais aussi et surtout pour les salariés", a-t-elle déclaré lors d'une séance de questions au Sénat le 15 février 2011. "Aujourd'hui, du fait de la faiblesse du nombre de cotisants et des choix de gestion qui peuvent paraître inappropriés, la situation financière de l'Ordre apparaît très délicate". L'Ordre n'a que 10% des infirmiers inscrits à jour de cotisation et "les cotisations ne rentrent pas", a-t-elle ajouté.

Nora Berra a été très claire sur l'absence de soutien financier de l'Etat. "Je tiens d'ailleurs à rappeler que le ministère de la santé n'est ni garant ni partie des emprunts contractés par l'Ordre infirmier".

La secrétaire d'Etat a même apporté son soutien aux infirmiers qui n'adhèrent pas à l'Ordre. "J'ai confiance dans nos infirmiers et nos infirmières y compris ceux qui ne sont pas inscrits à ce jour [à l'Ordre]. Je souhaite les voir tous continuer à exercer librement et sereinement leur métier au bénéfice de nos concitoyens", a-t-elle déclaré.

L'inscription à l'Ordre est obligatoire pour exercer la profession d'infimier selon la loi du 21 décembre 2006 qui l'a créé. Le montant de la cotisation, fixé à 75 euros en avril 2009, a été jugé trop élevé dès le départ par plusieurs organisations syndicales, qui ont reçu le soutien du ministère de la santé. Nora Berra a rappelé que le ministère de la santé, tenu par Xavier Bertrand, avait soutenu la création de l'Ordre en 2006 à condition que le montant de la cotisation soit "symbolique", mais que les dirigeants de l'Ordre, "organisme indépendant", n'avaient pas suivi cette orientation et n'avaient pas non plus répondu aux demandes de l'ancien ministre de la santé, Roselyne Bachelot, de modérer ce montant.

Un article de la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) du 21 juillet 2009 donne la possibilité à l'Ordre national des infirmiers de moduler le montant de sa cotisation pour les infirmiers salariés.


Source : infirmiers.com