ETHIQUE

Des paradoxes soignants

Cet article fait partie du dossier:

Ethique et soin

    Précédent Suivant

Dans mon article précédent , je vous proposai une analyse portant sur l'insuffisance de reconnaissance de la profession infirmière : Insuffisance de reconnaissance sociale, salariale et de compétence ; Insuffisance surtout de connaissance et de reconnaissance de la réalité du travail, par le grand public, les médias et le système politique.

Je voudrai, maintenant, à l'aide d'une série d'articles, vous emmener dans ce qui me semble être « des paradoxes de la profession infirmière », voire soignante en général :

  • Est-il possible de rendre visible « l'invisible », c'est-à-dire notre intimité au travail ?
  • Devons-nous taire notre ressenti professionnel parce qu'il existe la notion de secret professionnel ?
  • Peut-on mettre à jour des situations qui nous semblent intolérables sans être accusé pour autant de dénonciation ou de « cracher dans la soupe » ?

Est-il possible de rendre visible l'invisible, c'est-à-dire notre intimité au travail ?

Des concepts peuvent nous aider à éclairer notre réalité et « notre intimité du travail avec le patient », en particulier celui de visibilité du travail (ou d'invisibilité), plus connu sous le nom de « travail réel / travail prescrit ».Pascal BOES*, nous rappelle que « ce n'est que dans les années 80 que l'équipe de Christophe DEJOURS (Sociologue) allait apporter une nouvelle approche », celle de la psycho dynamique de travail.« La psycho dynamique du travail s'intéresse...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)