RECHERCHE

Entretien avec Chantal Eymard : la recherche infirmière, pour quoi faire ?

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

La recherche française en soins infirmiers existe, mais dispersée, elle est mal perçue et mal comprise.

Chantal Eymard, infirmière, cadre de santé, maître de conférences, est l’une des deux infirmières françaises 
habilitées à diriger des recherches, en sciences de l’éducation. Elle exerce au sein de l’université 
d’Aix-Marseille (Unité mixte de recherche Apprentissage, didactique, 
évaluation, formation - UMR ADEF).

Elle est l’auteur de nombreux ouvrages et a co-dirigé « Éducation thérapeutique du patient – Modèles, pratiques et évaluation », publié par l’INPES (2010 – disponible en ligne). Nous l’avons rencontrée aux Journées de l’ARSI (Association de recherche en soins infirmiers) en janvier de cette année.

 

1 - Une filière universitaire en sciences infirmières ne semble concevable actuellement en France qu’au sein d’une université de médecine ou d’un département en sciences de l’éducation. Y a t’il une troisième voie possible, spécifique à la profession ?

 

 

2- Est-ce que la recherche en soins infirmiers sert vraiment à quelque chose aux infirmières qui exercent quotidiennement en établissement ou en libéral ?

 

 

3- La recherche n’est-elle pas faite par des infirmières qui se sont éloignées de la pratique quotidienne ?

Creative Commons License
Rédacteur en Chef IZEOS
serge.cannasse@izeos.com


Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (6)

serge cannasse

Avatar de l'utilisateur

76 commentaires

#6

lien rompu

Le lien a été réparé : merci de nous l'avoir signalé !
serge cannasse
rédacteur en chef Izeos

bipaul air

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#5

??

les ouvrages de mme Eymard ..:page introuvable.
la recherche infirmiere , pourquoi faire ??

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#4

Et bien justement

anonyme commentaire, vous pointez très bien le fond du problème. Le mal de reconnaissance est exprimé largement par les professionnels infirmiers. Et tant que vous ramenez au niveau du caniveau par vos commentaires, les quelques expériences pouvant déboucher sur une reconnaissance effective par la communauté médicale et scientifique, celle des des sciences humaines au sens large, d'une vraie discipline infirmières, ne doutez pas une seconde qu'on continuera à vous considérer comme des distributeurs à comprimés et de simples exécutants de petites tâches techniques. Et vous continuerez à pleunricher du mal de reconnaissance.

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#3

bla bla bla

vous êtes fort ennuyeux , Mr le moralisateur qui a raison contre tout le monde !!!!
La recherche infirmière semble être comme les reste de ce genre de chose une planque bien payée pour des ex-infirmier(e)s en mal de reconnaissance ...(et de petits pouvoirs (cf l'oni ..)

jjland83

Avatar de l'utilisateur

263 commentaires

#2

Longue route...

La tutelle médicale de la profession infirmière ayant tendance à se renforcer sans que personne ne réagisse vraiment, il est rassurant d'entendre des infirmières entrevoir des pistes de développement d'une filière spécifique infirmière, universitaire et de recherche.

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#1

pffffff !

.... cette dame semble maitresse dans l'art de ne pas répondre aux questions ...
Elle devrait faire de la politique ....