INFOS ET ACTUALITES

Rougeole : la France reste menacée

par .

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

En neuf ans, plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France, dont 387 entre le 1er janvier et le 31 juillet 2017. Fin juin, une adolescente est décédée après avoir contracté le virus. Que faut-il savoir sur cette maladie ?

Enfant malade

La rougeole menace particulièrement les jeunes enfants non vaccinés.

Plus de 24 000 cas de rougeole ont été déclarés en France entre le 1er janvier 2008 et le 31 décembre 2016, et, depuis le début de l’année 2017, 387 cas ont été recensés1. Si le chiffre est loin des 15 000 cas dénombrés pour la seule année 2011, il n’en reste pas moins inquiétant. En effet, la rougeole est une infection virale très contagieuse pouvant engendrer de graves complications, voire le décès de la personne malade. Une adolescente de 16 ans, non vaccinée contre la maladie, est d’ailleurs décédée après avoir contracté le virus de la rougeole fin juin à Marseille. Sur les 387 cas déclarés, 154, soit 40 % ont dû être hospitalisés, dont deux cas d’encéphalite et 31 cas de pneumopathies sévères. Deux foyers sont situés en Alsace et en Moselle, les autres se trouvant principalement dans la moitié sud de la France.

Carte de la France et sa rougeole

Distribution géographique des cas déclarés au cours des 12 derniers mois du 01/08/16 au 31/07/17 (n=406)

Les jeunes enfants non vaccinés particulièrement exposés

L’âge médian des personnes atteintes durant ces douze derniers mois est de 13 ans, et le taux d’incidence le plus élevé est constaté chez les enfants de moins de 1 an (6,3/100 000). Comme le souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS)2, les jeunes enfants qui ne sont pas vaccinés sont les plus exposés à la rougeole et risquent des complications parfois mortelles. À ce jour, la rougeole reste une cause importante de décès du jeune enfant.

La rougeole est hautement contagieuse, et la transmission se fait principalement par voie aérienne. Elle se traduit par l’apparition d’une forte fièvre 10 à 12 jours après l’exposition au virus pendant une durée de 4 à 7 jours. D’autres symptômes peuvent se manifester, tels qu’une rhinorrée, de la toux, des yeux rouges et larmoyants, et des petits points blanchâtres sur la face interne des joues. Quant à l’éruption maculo-papuleuse, elle apparaît plusieurs jours plus tard, généralement sur le haut du visage et le haut du cou. En trois jours, elle atteint les mains et les pieds, puis persiste durant 5 à 6 jours avant de disparaître. Le malade est contagieux la veille de l’apparition des symptômes et jusqu’à cinq jours après le début de l’éruption. Dans les cas les plus graves, des cécités peuvent survenir, ainsi que des encéphalites, des diarrhées sévères, des infections auriculaires et des infections respiratoires.

La maladie étant relativement rare, le diagnostic de la rougeole doit être confirmé biologiquement. À noter que depuis 2005, tout cas de rougeole doit être signalé à l’Agence régionale de santé (ARS) par les cliniciens et les biologistes de manière à éviter la contagion.

Le vaccin rougeole, oreillon, rubéole (ROR) administré chez les nourrissons permet de prévenir efficacement la maladie. Deux injections sont nécessaires, l’une à l’âge de 12 mois, l’autre avant 24 mois. Pour les personnes âgées de plus de 24 mois et nées depuis 1980, un rattrapage vaccinal, avec un total de deux doses de vaccin triple, est recommandé. Rappelons qu’à partir de 2018, 11 vaccins, au lieu de 8 actuellement, seront obligatoires pour les enfants de moins de deux ans de manière à améliorer une couverture vaccinale jugée insuffisante. Comme l’avait souligné Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, il y a des morts inutiles aujourd'hui. C'est admissible que des jeunes de moins de 25 ans meurent de méningites ou de rougeoles dans notre pays.

Santé publique France estime que la France est toujours endémique vis-à-vis de la rougeole, et que le pays n’est pas à l’abri d’une nouvelle épidémie de grande ampleur. De nombreux cas ont en effet été déclarés dans différentes régions françaises, d’où la nécessité d’une surveillance accrue. D’autant qu’aucun département n’atteint actuellement 95 % de couverture vaccinale à 2 ans pour les deux doses, ce qui permettrait pourtant d’éliminer la maladie.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2017

Notes

  1. Point épidémiologique de Santé publique France – 3 août 2017
  2. Rougeole – Aide-mémoire de l’Organisation mondiale de la santé – mars 2017
Creative Commons License

Aurélie TRENTESSEJournaliste Infirmiers.comaurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Médecin