INFOS ET ACTUALITES

Grippe A - 1ère évacuation sanitaire sous AREC aux Antilles françaises

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

Pour la première fois aux Antilles, un transfert sous Assistance respiratoire extra-corporelle (AREC) a été réalisé pour une patiente atteinte d'une forme grave de grippe H1N1. La patiente, âgée de 35 ans sans antécédents, hospitalisée à l'Hôpital de Saint-Barthélemy pour un syndrome grippal a été transférée au Centre Hospitalier de Saint-Martin le 28 décembre pour une détresse respiratoire d'aggravation rapide.

Le 29 décembre au matin, son état devient critique et justifie la mise sous AREC. Aux Antilles, seul le CHU de Fort de France par l'action conjuguée des services de réanimation médico-chirurgicale et de chirurgie cardiaque maîtrise cette technique. La décision est prise de mettre en route l'AREC sur site et de ramener la patiente à Fort-de-France car il est impossible de la transporter autrement.

En quelques heures, les équipes médicales, le SAMU de Fort de France et les directions des 2 établissements organisent un transfert des compétences médicales et du matériel nécessaires à la pose d'une AREC. 6 personnes (2 médecins du SAMU, 2 chirurgiens cardiaques, une instrumentiste et une perfusioniste) embarqués sur un avion dédié avec 150 kg de matériel atterrissent à l'aéroport de Juliana- Saint Martin à 19 H 30.

A 22 heures, l'équipe chirurgicale du Professeur Roques pose l'AREC qui améliore rapidement la situation clinique. Le 30 décembre 2009, après une période de stabilisation de 12 heures le rapatriement sous AREC est envisageable par vol direct et rapide en jet dédié. Le « Learjet » atterrit à Fort-de-France après 40 minutes de vol, et la patiente est acheminée par SAMU vers le service de réanimation médico-chirurgicale du CHU (equipe du Dr Mehdaoui). Sa situation s'améliore et permet le retour à une ventilation conventionnelle le 4 Janvier après 5 jours d'AREC sans complication notable. Le diagnostic de grippe H1N1 est confirmé.

La prise en charge de cette patiente a permis de résoudre les difficultés administratives et techniques (permanence de l'alimentation électrique de l'AREC notamment lors des différents transferts, exiguïté de l'habitacle de l'avion, etc.). La dispersion géographique pose des problèmes inédits et l'utilisation d'un jet pour rapatrier un patient sous AREC est probablement une première en France dans le cadre de la grippe H1N1.

Enfin, comme le soulignaient les administrations des deux hôpitaux concernés, cet exemple montre la nécessité de créer une unité mobile d'assistance cardio-respiratoire susceptible d'aller chercher le patient pour le ramener vers le centre de référence. On estime à 15 le nombre de patients qui chaque année pourraient relever d'une pose d'assistance avant transfert vers Fort-de-France. Dans le cadre du programme grippe H1N1 la dotation gouvernementale d'un appareil d'AREC supplémentaire a permis de traiter cette patiente et de lancer l'activité de cette unité mobile. Ce programme semble également éligible à financement par le plan santé-DOM.

Paris, 20 janvier 2010

Source Réseau CHU

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)