EN BREF

Certification périodique : l'obligation dès 2023 pour 7 professions de santé

A partir du 1er janvier 2023, sept professions de santé (infirmiers, médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pharmaciens, masseurs-kinésithérapeutes et pédicures-podologues) devront répondre à une obligation périodique de certification, comme le stipule l’ordonnance parue au Journal Officiel ce mercredi 21 juillet. La création de cette procédure fait suite aux conclusions d'un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) et a pour objectif d’améliorer la qualité des soins et l’efficacité du système de santé en favorisation l’actualisation et l’amélioration des connaissances et des compétences des professions de santé ainsi que la promotion et le déploiement des bonnes pratiques. Les professionnels précédemment cités devront, au cours d’une période six ans, avoir réalisé un champ d’actions visant notamment à actualiser leurs connaissances et compétences. Contrairement à ce qui a déjà cours dans d'autres pays, la France n'a pas adopté jusqu'à ce jour de process de certification périodique. Les professionnels concernés, en lien éventuel avec leur hiérarchie, devront choisir une action de certification parmi une liste inscrite au "référentiel national de certification périodique". Le respect des obligations imposées est confié aux ordres professionnels qui pourront, le cas échéant, prononcer une "suspension temporaire d'exercice pour insuffisance professionnelle", mentionne le texte de loi.

La Rédaction Infirmiers.com

Publicité

Commentaires (2)

chg

Avatar de l'utilisateur

34 commentaires

#2

medico social handicap

Hé bien c'est bien beau mais dans mon etablissement aucune formation n'est accordée pour les IDE. Pas de DPC toujours refusé. Impossible de nous remplacer car le salaire des debutant est très bas 1400 euros avec 1 w end par mois .
Comment allons nous faire ????

Phil

Avatar de l'utilisateur

57 commentaires

#1

Suspendu par vos pair.e.s..!

Le diplôme d'Etat ne suffit plus, il faut donner à l'Ordre un droit de suspension...