EN BREF

La coordination nationale infirmière appelle les soignants à "entrer en résistance"

    Suivant

La Coordination nationale infirmière (CNI) vient de déposer un préavis de grève pour la journée du mardi 19 mars 2019. Elle en a avisé par courrier, le 11 mars, Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. De fait, la CNI appelle, l'ensemble des filières des personnels infirmiers, de rééducation et médico-techniques ainsi que les aides-soignants, les auxiliaires de puériculture, les agents des services hospitaliers et les psychologues, à des actions régionales et locales.

Pour la CNI, la réforme de la fonction publique c'est de la dynamite ! Nathalie Depoire, Présidente de la CNI l'explique dans son communiqué : nous assistons à une guerre ouverte aux fonctionnaires hospitaliers : des planqués trop payés, aux montants de retraite trop élevés et qui "se la coulent douce" dans des services de soins ou des EHPAD désertés. Ce doit être ce que pense notre gouvernement de nous sinon, comment expliquer les mesures envisagées par le projet de loi de réforme de la Fonction Publique ?

La CNI dénonce notamment le manque de moyens alloués qui génère la souffrance des soignants tous secteurs d’activité confondus, la précarisation des emplois par la remise en cause du statut des fonctionnaires, le gel du point d’indice, le jour de carence qui conduit à une double peine (un jour de salaire et 1/140ème de prime en moins), la non reconnaissance de la pénibilité des métiers soignants, la volonté de faire disparaître les CHSCT...

Réformer, oui, mais réformer à tout prix, non. En effet souligne la CNI, concrètement, les notions de concertation, de proximité, de prévention des risques professionnels sont allègrement sacrifiées sur l’hôtel de la gestion bureaucratique à outrance. Qu’importe la santé des soignants et les besoins des usagers, la seule logique qui semble prévaloir est celle des chiffres et des indicateurs bien déconnectés de la réalité du terrain. Les dégâts sont déjà nombreux, il ne faudrait pas qu'il y en ait encore plus. Et de poursuivre : voilà des mois, des années que les organisations syndicales dénoncent la dégradation des conditions de travail, la mise en danger de la santé des agents, les suppressions de postes et de lits dans les hôpitaux. Tout aussi longtemps que les agents demandent plus de moyens humains pour exercer dans le respect des valeurs humaines et professionnelles qui les animent…

Ce préavis de grève et les actions attendues invitent donc les soignants, selon Nathalie Depoire, à entrer en résistance, à réagir et à se mobiliser malgré les lourdes contraintes. Ces réformes projettent le spectre d'un avenir encore plus sombre. Se taire serait cautionner ! La CNI mise donc sur la forte mobilisation des professionnels de santé le 19 mars.

Lire le communiqué de presse de la Coordination nationale infirmière

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (0)