EN BREF

Covisan, un dispositif à l'essai pour éviter une deuxième vague

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Le dispositif s'appelle Covisan et il est en ce moment même au stade de l'expérimentation. Lancé par l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) à partir de quatre sites pilotes, il est effectif depuis mercredi 15 avril à la Pitié-Salpêtrière, est désormais également testé à Bichat (18e) et Louis-Mourier à Colombes (Hauts-de-Seine), et depuis le 22 avril à Avicenne à Bobigny. Robert-Debré (19e) et l’Hôtel-Dieu (4e) doivent le rejoindre en fin de semaine, précise Le Monde qui a suivi une équipe de la Pitié-Salpêtriêre. C'est justement tout le principe de ce dispositif. Une équipe mobile de soignants intervient au domicile de personnes potentiellement contagieuses au Covid-19 pour les tester et leur proposer des solutions d’isolement. Pour endiguer la transmission du virus à l’entourage : diagnostic, équipements et hébergement à l’hôtel si nécessaire sont proposés pour la personne à isoler (le dispositif a été lancé avec l’appui du groupe Accor)

Si les résultats sont concluants, Covisan sera étendu à l’ensemble de l’Ile-de-France puis à tout le pays. Comme l'avait annoncé le gouvernement, le but est à présent d'identifier et d'isoler les personnes contaminées (et donc contaminantes) dont l'état ne nécessite pas de soins à l'hôpital, jusqu'au sein des familles, en vue du déconfinement, prévu à partir du 11 mai. L'objectif : éviter à tout prix une deuxième vague. 

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)