EN BREF

Des chiens mis au défi de dépister le coronavirus...

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

On connaissait déjà la capacité olfactive des chiens à pouvoir détecter des explosifs, des produits stupéfiants, mais également des maladies comme le cancer, par exemple. Aujourd'hui, des dresseurs en Grande-Bretagne et en France travaillent sur la formation de chiens capables de détecter les porteurs du coronavirus. Un vrai pari pour le vétérinaire et sapeur-pompier Dominique Grandjean. L’école vétérinaire de Maisons-Alfort (Val-de-Marne) vient donc de lancer une étude baptisée Nosais, avec l’hôpital Bégin de Saint-Mandé. Oslo, chien malinois, est donc de la partie et cela à l'air de marcher. On a un marquage spécifique sur les prélèvements faits sur les patients Covid positifs. Ça, c’est la grande nouvelle du jour. C’est-à-dire qu’effectivement, la sueur de ces patients a une odeur différente pour les chiens, et donc une odeur spécifique par rapport à celle de ceux qui ne sont pas malades, précise le Pr Grandjean lors d'un reportage diffusé sur France2

Autre expérience menée de façon similaire en Corse. En effet, forts du soutien de la préfecture de Corse-du-Sud, de l’Agence Régionale de Santé de Corse, et des hôpitaux ajacciens de la Miséricorde et Eugénie, six bergers malinois et une chienne de race Cursinu des pompiers de Corse-du-Sud sont testés sur le site d’une future clinique vétérinaire. Un berger malinois de la gendarmerie, utilisé dans le cadre de recherches de produits spécifiques et donc déjà éduqué à l’odorologie, a rejoint l’équipe. L’intérêt, c’est qu’au niveau de la sueur il n’y a pas aujourd’hui d’expression virale qui a été notée et donc a priori pas de risque de contamination, ce qui fait que le chien va pouvoir intervenir de façon sécurisée, précise le vétérinaire du SIS. Les chiens de sauvetage sont entraînés à reconnaître l’odeur de compresses (fournies par des hôpîtaux ajacciens), qui ont été auparavant placées sous l’aisselle de patients testés positifs au coronavirusDans le même temps, l’Université de Corte (Haute-Corse), associée au projet, travaillera à la validation scientifique du protocole pour savoir au niveau cynotechnique si les chiens peuvent déceler l’odeur du Covid-19.



Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)