EN BREF

"Il existe une différence fondamentale entre être UN soignant et UNE soignante !"

Alors voilà ! sur France Inter, une chronique animée par Baptiste Beaulieu, médecin, écrivain... et chroniqueur. Lors de sa dernière intervention il s'est intéressé aux femmes soignantes - infirmières, aides-soignantes, médecins, kinésithérapeutes... confrontées aux gestes ou attitudes déplacées de leurs patients... L’autre jour, une amie soignante me parlait d’un patient... "Il se fout systématiquement à poil, même pour une simple angine. Alors qu’avec mes associés - qui sont des hommes - jamais. Ça me met en colère." Ma propre sœur me dit qu’en tant que soignante elle est souvent amenée à recadrer des patients qui la complimentent lourdement sur son physique. Sur internet, j’ai posé la question aux soignantES et j’ai récolté beaucoup de témoignages. Les soignantes qui m’ont écrit tous ces témoignages que je suis tristes de relayer aujourd’hui ont le droit d’être en colère car il existe une différence fondamentale entre être UN soignant et UNE soignante : s’il m’arrive parfois d’être en situation de conflit avec un patient, et que je sens cette situation comme pouvant possiblement dégénérer vers une agression physique, je n’ai JAMAIS, je dis bien JAMAIS craint une agression sexuelle venant d’un patient.

Ecouter la chronique de Baptiste Beaulieu en podcast sur franceinter.fr 

Publicité

Commentaires (1)

Kalach

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#1

Intéressant :-)

Sujet très intéressant, la question du sexe-genre dans la relation de soins et la relation de travail.

Infirmier homme depuis 28 ans (+ 4 années d'études, redoublement oblige), j'ai eu des expériences très variées en la matière :
drague (très appuyées parfois) par des cadres de santé, des collègues infirmières ou aide-soignantes, par des patientes ET des patients.
Mais ces relations ne peuvent se réduire à une intention consciente exclusivement sexuelles.
la question du sexe-genre intervient aussi à d'autres niveaux : qui n'a pas entendu parler, par exemple, des différences d'ambiance de travail entre des équipes exclusivement féminines, mixtes ou exclusivement masculines. Cela relève t-il d'une forme de "légende urbaine" ou bien est-ce le reflet d'une réalité bien présente qui aurait fait l'objet d'études, d'analyses voir d'une théorisation ... ?
Or, les ambiances de travail sont également le reflet d'interactions interpersonnelles bien spécifiques où le sexe-genre interviendrait, indépendamment encore une fois d'intention purement sexuelles ...
Et que dire de la relation de soin, avec les notions de transferts - contre-transferts, positifs ou négatifs, qui vont influencer le lien thérapeutique ?
Par exemple, une femme ayant subie des violences par un homme peut avoir des réticences, voir, des interprétations négatives face à un soignant homme dans le cadre de la relation de soin ...