EN BREF

Les infirmiers scolaires appellent à la grève le 26 janvier

    Suivant

Le 5 janvier, le SNICS-FSU a fait savoir par communiqué de presse que les infirmiers scolaires appelaient à la grève le 26 janvier prochain. L'objet de la grogne n'est pas nouveau : il réside dans un amendement additionnel apporté - et voté fin 2020 par l'Assemblée Nationale - à la proposition de loi visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification au sujet de la position des infirmiers scolaires. Au-delà du fait que la collaboration entre infirmiers, psychologues, assistants de service social et médecins de l’Éducation nationale est déjà inscrite dans le Code de l'Education Nationale malgré l'apparente nouveauté que prétend introduire le projet de loi (1/3 des 18 millions de consultations annuelles* assurées par les infirmiers se font en coordination avec les médecins de l'Education Nationale), il est surtout question de placer à nouveau l'infirmier sous supervision médicale au motif que seul le médecin a une formation universitaire et de santé publique. Or le syndicat est en désaccord avec cette vision des choses, qu'elle a par ailleurs vivement combattue voilà quelques mois. Bis repetita donc. Le fait de renforcer la santé en milieu scolaire est une bonne chose, mais la manière de faire est inappropriée et rétrograde, regrette Saphia Guereschi, Secrétaire Générale du SNICS-FSU. Depuis les années 60, nous cherchons au contraire à fédérer l'ensemble de la communauté éducative en lien avec les jeunes, et d'y associer les médecins. Et ce en restant au contact des élèves et sans nous enferrer dans un débat d'experts. Si nous souhaitons véritablement prendre en compte la santé comme déterminant de réussite scolaire, alors recrutons les professionnels nécessaires en nombre suffisant, revendique-t-elle. Reste à suivre le dossier, transmis en première lecture au Sénat le 8 décembre.

*Données SNICS-FSU

Retour au sommaire du dossier IDE scolaire

Publicité

Commentaires (0)