EN BREF

Vaccin anti-Covid : les données scientifiques commencent enfin à tomber

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant
On attendait de pied ferme l'estampille scientifique qui manquait aux données de sécurité et d'efficacité communiquées jusque-là. La voici enfin, puisque les premiers résultats viennent d'être publiés. C'est le vaccin Astra Zeneca qui ouvre le bal en rendant publics ses résultats dans la revue The Lancet, résultats qui confirment les performances bruyamment annoncées dans les medias fin novembre. Testé dans quatre essais répartis sur trois continents chez plus de 20 000 personnes au total, le vaccin se révèle efficace à 70 % en moyenne, les proportions variant en effet de 64,1 % à 70,4 % en fonction des cohortes pour deux doses reçues ; un pourcentage qui grimpe jusqu'à 90 % chez des participants britanniques, qui ont reçu "par erreur" 1/2 dose au lieu d'une dose complète lors de la première injection. Aucune hospitalisation ou forme grave de la maladie n'a été à déplorer, même si trois cas d'événement indésirable (non grave) ont été enregistrés. Des données encourageantes, d'autant plus que le vaccin se conserve entre 2 et 8°C, ce qui facilite grandement sa conservation et sa distribution. Grâce à cette étude, la question du vecteur viral est donc résolue, même si la quantité de produit nécessaire à une protection optimale fera l'objet d'une étude complémentaire, déjà annoncée par le laboratoire. Alors qu'on relèvait déjà hier en Angleterre deux réactions allergiques sévères après injection du vaccin produit par Pfizer-Bio-NTech, la firme américaine et son partenaire allemand rendaient publiques, eux aussi, les conclusions de leur étude d'efficacité. Comme annoncé, le vaccin injecté - impérativement en deux doses - se révèle efficace à 95 % en moyenne ; il semble empêcher la survenue de la maladie et ne provoque tout au plus que des symtpômes transitoires sans gravité (douleur au point d'injection, fièvre légère à modérée...). Les questions portant sur la contagiosité et les formes graves de Covid-19, non observées pour l'instant faute de données probantes, mériteront d'être étudiées ultérieurement.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)