COURS IFSI

Cours ifsi chirurgie digestive – L'appendicectomie

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

1. Définition

Ablation de l’appendice iléo-caecal.

2. Anatomie

L’appendice se situe sur le cæcum qui est l’extrémité proximale du colon. C’est une excroissance d’une dizaine de centimètre qui n’a aucun rôle particulier.

3. Indications

  • Appendicite aigue qui non prise en charge à temps peut provoquer une péritonite et une septicémie.
  • Douleurs inexpliquées et répétées du flanc droit. L’ablation se fait à froid mais est très rare.

4. Clinique

1°/ Signes fonctionnels

  • Douleur progressive à type de colique plus ou moins localisée dans la fosse iliaque droite.
  • Nausées voir vomissements alimentaires puis bilieux.

2°/ Signes généraux

  • Anorexie.
  • Hyperthermie modérée.
  • Tachycardie consécutive à l’hyperthermie.
  • Augmentation des globules blancs signifiant une infection.

3°/ Signes physiques

  • Langue blanche.
  • Douleur à la palpation au niveau de la fosse iliaque droite, défense abdominale et douleur à la décompression brutale de la fosse iliaque droite (signe de Blumberg)

5. Interventions chirurgicales

Il existe différentes techniques.

L’incision classique dite de Mac Burney, est réalisée en fosse iliaque droite pour réséquer l'appendice. Le chirurgien peut également procéder par coelioscopie ou laparotomie.

6. Soins infirmiers post-opératoires

1°/ Appareillage en retour de bloc

  • Réa / VVP
  • Pansement local ou cœlioscopie
  • Lame / Poche en cas de péritonite
  • Bas de contention

2°/ Surveillance post-op immédiate

Retour de bloc, surveillance horaire les 6 premières heures puis toutes les deux heures.

  • Surveillance conscience
  • Risque hémorragique : Pouls, TA, Coloration, diurèse, pansement
  • Risque respiratoire et sédation
  • Risque douleur : Evaluation douleur, horaires antalgiques
  • Surveillance de reprise de la diurèse car risque de rétention aigue post-opératoire : surveiller l’absence de douleur au niveau du bas ventre et l’absence de globe urinaire

3°/ Surveillance post-opératoire à distance

  • Lever précoce à J1 pour limiter le risque thrombo-embolique voir J0 si les patients ont du mal à uriner au lit et sont suffisamment réveillés.
  • La réalimentation est progressive et fonction du chirurgien et de l’état plus ou moins avancé de la péritonite.
  • Surveillance de la reprise du transit.
  • Rincer la VVP et administrer les antalgiques per-os.
  • Départ à J3 ou J4 si le geste était simple, un peu plus tard si le geste s’est compliqué et a nécessité la mise en place d’une lame qu’il faudra mobiliser.


Rédactrice Infirmiers.com
isabellebonnefoy@hotmail.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)