COURS IFSI

Cours - Digestif - Coloscopie

Cet article fait partie de l'UE :

S2 4.4 Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical

DÉFINITION


INDICATIONS

  • Rectorragies ;
  • Antécédents familial de cancer colique ;
  • Antécédent personnel de polype rectal ou colique ;
  • Diarrhée chronique.

CONTRE-INDICATIONS

Il existe très peu de contre-indications à la coloscopie, à l'exception des suites immédiates d'un infarctus du myocarde, en cas de sygmoïdite diverticulaire aiguë avec fièvre et bien sûr en cas de perforation.

PRÉPARATION PSYCHOLOGIQUE

Préparation indispensable car la participation du patient est essentielle, aussi l'infirmier(ère) lui explique le déroulement de l'examen et lui rappelle l'intérêt de sa coopération si l'anesthésie n'est pas générale.

PRÉPARATION PHYSIQUE

  • Le côlon doit être vide et propre. L'infirmier(ère) vérifie que le régime sans résidus prescrit a bien été suivi par le patient durant les 2-3 jours précédant l'examen.
  • La veille de l'examen, l'infirmier(ère) fait ingérer au patient un liquide dont le but est de nettoyer le côlon. Le polyéthylèneglycol (PEG) COLOPEG, FORTRANS, KLEAN PREP, n'est pas réabsorbé par l'intestin ou le côlon, il est évacué par l'anus avec les selles.

Le patient absorbe 4 litres de ce produit (1 sachet dilué dans 1 litre d'eau). Ce volume doit être pris en moins de 3 heures. Si le patient n'a pas pu prendre la quantité complète de laxatif, l'infirmier(ère) en informe le médecin. Si le côlon n'est pas suffisamment propre (l'aspect et la consistance des selles sont évocateurs), l'infirmier(ère) redonne 1 litre de solution laxative 3 heures avant l'examen, (1 OU 2 lavements de NORMACOL et éventuellement 1 sachet de XPREP dans ½ verre d'eau).

L'infirmier(ère) contrôle les éléments du dossier médical en particulier, la carte de groupe sanguin (Groupe Rhésus avec deux déterminations et RAI) et le bilan de coagulation de moins de 15 jours (NFS plaquettes, TP, TCA) en cas de biopsie. Joindre la feuille de prémédication au dossier de soins infirmiers. Prémédication 1 heure avant et faire uriner avant de la réaliser. Veiller à ce que le patient est resté à jeun et n'a pas fumé.

Si anesthésie, il faut prévoir la consultation pré-anesthésique. Placer la feuille de bloc dans le dossier. L'infirmier(ère) habille le patient pour la salle d'examen (chemise).

PRÉPARATION DU MATÉRIEL

L'infirmier(ère) prépare le coloscope, vérifie que l'image du moniteur est de bonne qualité, le générateur de courant haute fréquence. Il (elle) prépare également des doigtiers pour le toucher rectal, un gel anesthésique ; des flacons de prélèvements biopsiques étiquetés au nom du patient. (Prévoir étiquettes)

DÉROULEMENT

La coloscopie dure environ 20 minutes. Elle peut se dérouler sous anesthésie générale de courte durée, du fait de son inconfort. Elle est précédé d'un toucher rectal qui permet de détecter une éventuelle masse, d'apprécier la qualité de la préparation, de lubrifier le canal anal. Le coloscope est ensuite introduit par l'anus, puis l'appareil est dirigé sans forcer, sous contrôle de la vue jusqu'au caecum. Divers gestes thérapeutiques peuvent se réaliser : polypectomie (analyse anatomopathologique), photocoagulation, dilatation... Il s'agit d'un examen réalisé en ambulatoire sauf cas particulier (sujets âgé, diabétique insulinodépendant, etc.) Pendant l'examen, le sujet est généralement en décubitus dorsal où en décubitus latéral gauche.

SURVEILLANCE POST-EXAMEN

Après l'examen, l'infirmier(ère) s'assure de l'absence de saignement et/ou de douleurs abdominales. Prendre les constantes (pouls, TA, T°) à noter sur la feuille de surveillance. Surveillance de l'apparition de douleurs abdominales Vérifier sur les transmissions, à quelle heure le patient peut se lever, boire, manger. S'informer que le médecin a donné les résultats au patient. Une surveillance de 24 heures peuvent être nécessaire en cas de polypectomie. Vérifier en particulier les premières selles. Par la suite :

  • si polype bénin (1er examen à 3 ans, puis tous les trois à 5 ans) ;
  • si polype malin ou plusieurs polypes, (contrôle à un an) ;
  • polypose familiale (tous les ans à partir de 12 ans) ;
  • antécédent familial de cancer colo-rectal ( tous les 3 à 5 ans à partir de 20 ans quand 3 parents du premier degré atteints ; tous les 3 à 5 ans à partir de 40 ans quand 1 à 2 parents du premier degré atteints )

RÉSULTATS

La coloscopie permet de diagnostiquer :

  • une tumeur ; elle précise son aspect, sa localisation et sa nature bénigne ou maligne grâce à la réalisation de biopsies ;
  • une maladie inflammatoire intestinale (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn) ;
  • une diverticulose colique ;
  • une colite pseudomembraneuse secondaire à la prise d'antibiotiques ;
  • une colite ischémique.


Transmis par

étudiant en 3ème année.

Cet article fait partie de l'UE :

S2 4.4 Thérapeutiques et contribution au diagnostic médical

Publicité

Commentaires (0)