COURS IFSI

Hématurie : de quoi parle-t-on ?

L'hématurie est un motif de consultation fréquent or, la plupart du temps elle est invisible à l'œil nu (hématurie microscopique). Souvent bénins, ces épisodes de saignement doivent néanmoins conduire à des explorations complémentaires car leur spectre diagnostique est très large, passant de pathologies sans gravité comme une infection ou des calculs rénaux à des tumeurs malignes, en passant par certaines néphropathies.

Reins

L'examen clinique initial permet d'orienter dans la plupart des cas, le bilan vers une étiologie urologique ou nephrologique et conditionne les examens complementaires adaptés à effectuer.

L'hématurie désigne la présence de globules rouges dans les urines lors d'une miction. Elle peut-être macroscopique, c'est-à-dire visible à l'oeil nu ou microscopique. Dans ce dernier cas, elle est définie par une seuil supérieur à 5-10 hématies/mm3 et doit toujours être confirmée par un ECBU (examen cytobactériologique des urines). Ces épisodes sont souvent isolés, sans aucun symptômes associés, et demeurent indolores. Malgré cela, il ne faut pas négliger ce signal d'alerte, et ce, que l'hématurie soit visible ou non. Il n'est jamais normal de découvrir du sang dans ses urines. Une hématurie impose des examens complémentaires pour en découvrir l'origine, insiste le Dr Paul Meria, urologue à l'hôpital Saint-Louis à Paris. D'autant plus que les causes des saignements sont variées : tumeurs, calculs , traumatismes, infections prostatiques ou rénales, maladies inflammatoires ou cystite (cette dernière étant la principale cause d'hématurie chez la femme jeune).

Certaines hématuries sont découvertes fortuitement à l'occasion d'un bilan de santé plus général ("examen périodique de santé" de la CPAM, visite de médecine du travail, analyses d’urines prescrites par le médecin de famille...). Le plus souvent, c'est lors d'une consultation en médecine du travail, dans le cadre des visites obligatoires, que la bandelette urinaire révèle la présence méconnue d'hématies dans les urines. En effet, même lorsque le sang n'est pas perceptible à l'œil nu (on parle alors d’hématurie microscopique) il est nécessaire de réaliser des investigations complémentaires, car ce n'est pas sa quantité qui désigne la gravité d'une lésion. Un trouble sévère peut induire un saignement modeste. Inversement, un saignement plus important peut être associé à un problème bénin.

Quand l'hématurie est symptomatique, associée à des signes de cystite, et que le traitement antibiotique suffit à le faire cesser, on peut se dispenser de réaliser des examens complémentaires. Dans les autres cas, il faut réaliser d’autres explorations en fonction des facteurs de risque, insiste le Dr Méria.N'étant pas une maladie mais le signe d'une pathologie, il convient d'établir un traitement adapté à l'étiologie. Le saviez-vous ? La présence de sang dans les urines est souvent...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)