TFE

La médiation « thérap’équipe » avec l’ado : l’essence de l’alliance ?

par .

En janvier 2016, Maxime Dupuis, alors étudiant en soins infirmiers à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers de Poitiers (promotion 2013-2016) a soutenu avec succès son travail de fin d'études sur la thématique suivante : « La médiation « thérap’équipe » avec l’ado : l’essence de l’alliance ? ». Il souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l'en remercions.

psychiatrie tag

Dans son TFE, Maxime s'est interrogé sur la relation de confiance en pédopsychiatrie.

Maxime débute ainsi son travail de recherche : "La psychiatrie, ça me fait peur, car c’est un univers que je ne connais pas, je ne sais pas comment je réagirai face à des patients atteints de pathologies mentales. Cette phrase, je l’ai prononcée en février 2013.

Du chemin, j’en ai fait depuis... A tel point qu’aujourd’hui, vous vous apprêtez à lire mon travail de fin d’études dont le thème est axé sur la psychiatrie ! Cette initiation à la recherche, j’ai souhaité la mettre à profit de mon projet professionnel : la pédopsychiatrie. Et des questions, je m’en suis posé. Je me rappelle de mes premiers cours à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) de Poitiers, en février 2013, en groupe. Nous devions réfléchir, nous questionner, une fois n’était pas coutume, sur tout un « tas » de concepts. Les formateurs nous parlaient quotidiennement de cette posture réflexive qu’un infirmier doit avoir dans sa valise thérapeutique… Cela me paraissait chronophage de toujours devoir se poser des questions. Nous, étudiants infirmiers, nous voulions être dans l’action. Pourtant, 34 mois après, je peux dire que cette réflexivité, elle est essentielle dans notre exercice. En tout cas, pour moi, elle m’a permis de m’épanouir dans ma reconversion professionnelle, elle m’a ouvert les yeux sur mon projet professionnel. Elle m’a suivi tout au long de ces trois ans et surtout pendant ces quatre derniers mois, dans la réalisation de cet écrit.

La première partie de ce travail est consacrée à l’ancrage de ma réflexion. Les situations qui m’ont interpellées, qui ont amorcé cette initiation à la recherche. Mes motivations personnelles et professionnelles qui m’ont donné la force et le plaisir de le faire. De mes difficultés relationnelles à prendre en charge des adolescents hospitalisés s’est ébauché tout un questionnement qui est le véritable point de départ de ce mémoire. Et comme tout bon aventurier ou chercheur, quand on part vers un endroit que l’on connaît peu, il faut explorer. Je ne sais pas si je ferais un bon aventurier mais en tout cas la phase exploratoire que j’ai menée s’est révélée comme essentielle dans la construction de ce mémoire. Dans cette seconde partie, et période intense du travail, j’explique mon cheminement, mes premières lectures, mes premières inquiétudes, mes premiers pas en quelque sorte vers une démarche de recherche. Grâce aux activités à médiation thérapeutique, découvertes en stage, je me suis senti mieux dans la relation avec des adolescents. Il fallait que j’explore ce concept de médiation thérapeutique et ce qui se cache derrière. Et en quoi cela peut jouer dans la relation de confiance avec l’adolescent. Il fallait aussi que je comprenne l’adolescence et ses bouleversements. Et que j’approfondisse cette relation de soin basée sur ce concept de confiance. C’est à la fin de cette phase exploratoire que les notions de posture soignante et d’alliance de soin se dégagent.

La phase conceptuelle permet de théoriser la réflexion. Elle sert de cadre à l’étudiant comme le cadre thérapeutique sert de repère au patient. Dans cette troisième partie, je définis et développe les notions précédentes en incluant nécessairement la prise en charge de la famille avec le concept d’adolescent. Mais l’émergence d’un autre attribut va donner une nouvelle direction à cet écrit : le travail en équipe. L’hypothèse de recherche suivante conclura cette conceptualisation : la construction en équipe pluridisciplinaire d’une activité à médiation thérapeutique facilite l’adhésion aux soins de l’adolescent et de sa famille.

Afin de valider ou réfuter cette hypothèse, j’ai réalisé deux entretiens avec des infirmiers de pédopsychiatrie. Il s'agit d'une période de ce travail que j’ai beaucoup appréciée grâce à la richesse des échanges avec les professionnels. Dans ces quatrième et cinquième parties, j’explique et argumente le choix de l’outil d’enquête ainsi que ses limites avant de vous présenter la synthèse de l’analyse des deux entretiens."

Lire le TFE - La médiation « thérap’équipe » avec l’ado : l’essence de l’alliance ?

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Commentaires (0)