TFE

TFE - Et si on parlait de la mort ?

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

En novembre 2011, Nelly Matras, alors étudiante en 3e année de l’Ifsi de Chalon-sur-Saône (Promotion 2008-2011), soutenait avec succès son travail de fin d’études (TFE) sur le thème « Et si on parlait de la mort ? ». Elle souhaite aujourd’hui le partager avec la communauté d’Infirmiers.com et nous l’en remercions.

TFE Nelly MatrasNelly Matras introduit ainsi son travail de recherche : « Sans doute proche de la « crise de milieu de vie », j’ai eu très envie de reprendre mes études. Étonnée par ma propre audace de m’engager avec des gens très jeunes dans les difficiles études qui conduisent au diplôme d’infirmière. La discipline soignante, complexe et certainement idéalisée m’a aussitôt enthousiasmée.

Pour écrire ce travail de fin d’études je m’étais fixé un objectif simple : avoir un sujet qui me passionne qui fasse que ce travail ne soit pas une contrainte, et qu’il me permette de réfléchir. C’est la question de la mort qui s’est imposée à moi. Mon objet n’était pas de régler des comptes avec la mort (d’ailleurs qui peut se targuer d’avoir réglé ses comptes avec la mort ?) mais plutôt de creuser la question de la prise en compte de la fin de vie. Dans les services, j’avais été surprise par les réactions de certains professionnels, dans des attitudes de fuite, de malaise, or naïvement je pensais qu’ils faisaient face, qu’ils avaient la formation et les ressources nécessaires pour appréhender ce moment dans sa richesse autant que dans sa complexité. Mais c’était simplement des attitudes humaines, variables d’un agent à l’autre, capable du meilleur comme du pire.

Pour réaliser ce travail, je suis partie d’une situation qui m’a interpellée, dans un second temps, j’ai construit une grille d’entretien, j’ai ensuite interrogé des professionnels dans le cadre d’entretiens semi dirigés. Après avoir analysé les réponses et fait une synthèse, j’ai dégagé plusieurs concepts : la mort, le deuil, verbaliser ses émotions, et la qualité de la prise en charge soignante.

In fine, ce travail m’a permis de cheminer sur ma manière d’appréhender la pratique soignante. J’ai réalisé que j’avais sans doute, trop idéalisé la fonction infirmière, ce qui rendait ma déception un peu amère. J’ai compris au fil des stages que maîtriser au mieux la technique donne une confiance en soi qui rassure le patient. Ce qui est nécessaire pour des soins de qualité. Bien sûr parler de la mort est important mais ce n’est pas suffisant pour mieux accompagner la fin de vie. Il faut connaître les techniques qui soulagent la douleur, accepter de ne pas être performant à tout prix, essayer de trouver en soi des ressources, connaître ses limites mais surtout les accepter. Bref, être humble...»

Lire le TFE «  Et si on parlait de la mort ? »

N'hésitez pas à nous adresser vos TFE, à partir du moment où ils ont été soutenus, et notés, et nous les publierons sur Infirmiers.com. Pour cela, envoyez le à : bernadette.fabregas@infirmiers.com

Pour accéder à tous les TFE c'est par ici !

Creative Commons License

Rédactrice Infirmiers.comaurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (0)