TFE

TFE - « Réfléchir sur nos pratiques permet de développer une pratique réfléchie »

Cet article fait partie du dossier:

Formation en ifsi

    Suivant

Christophe Laffineur, alors étudiant en 3e année à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers de Savoie (CH de Chambéry) (promotion 2008/2011) soutenait le 6 octobre 2011 son travail de fin d'étude. Son thème : « En quoi, l’actualisation des connaissances relatives à l’évolution de la réglementation des pratiques, par l’infirmier, influe sur la prise en charge du patient ». Il souhaite aujourd'hui le partager avec la communauté d'Infirmiers.com et nous l'en remercions.

actualisation connaissances évolution réglementationDans son introduction, Christophe Laffineur argumente ainsi son choix :
« Tout au long de son cursus, l’étudiant en soins infirmier se trouve confronté à de nouvelles expériences. A chaque stage, un environnement, une équipe et une organisation du travail différents. Il se retrouve donc dans des situations qu’il n’a jamais rencontrées. Parfois ces situations l’interpellent et l’obligent à s’interroger. C’est le point de départ du travail de fin d’étude. Le jour de ma situation d’appel voici ce qui s’est déroulé. J’aidais une infirmière qui prenait en charge un patient arrivant du bloc opératoire à l'installer.

Pendant les transmissions effectuées par l’IADE, j’ai contrôlé le bon fonctionnement des différents équipements de surveillances (scoop, position du brassard à tension, drains, saturomètre). Ensuite, nous avons effectué « le tour » du patient afin de contrôler le bon fonctionnement de l’ensemble des appareillages (sonde à demeure, drain…). Le patient ayant fait des selles, l’infirmière me demande un pansement absorbant pour mettre au propre le malade. Je lui apporte et je lui tiens le drap pour quelle le positionne. Elle me dit merci et je vais reprendre en charge le patient dont je m'occupais préalablement au poste voisin.

Je devais procéder au raccordement de la tubulure d’un flex d’antalgique au cathéter peri-nerveux posé en fémoral. Ce système d’analgésie épidural, contrôlé par le patient, est appelé plus régulièrement PCEA2. Ceci lui permet de prendre en charge son analgésie, après lui en avoir expliqué le fonctionnement.

Je me lave les mains avec une solution hydro-alcoolique (SHA), puis je me dirige vers la paillasse centrale de la salle de soins post-intervention afin de prendre le matériel nécessaire que j’avais préparé et me dirige vers mon patient pour en effectuer la pose. A ce moment là, deux voix d’infirmières me disent d’un ton sec d’aller me laver les mains avant de faire ce geste technique.

Sur le moment je n’ai pas compris. Je leur ai rappelé que j’avais utilisé une solution hydro-alcoolique. Mais ce qu’elles attendaient, c’était que je me lave les mains à l’eau et au savon. J’ai essayé de justifier ma position en restant calme. Cet événement m’ayant interpellé, en rentrant à mon domicile j'ai repris les éléments dont je disposais au sujet du lavage des mains et consulté le site internet de la Société Française d’Hygiène Hospitalière (S.F.2.H). Les éléments que j’ai pu en retirer m'ont conforté dans mon geste.

Le lendemain, de retour sur mon lieu de stage, deux infirmières me rappelèrent la situation de la veille en m’expliquant que j’avais fait une importante faute d’hygiène. J’ai, à ce moment, fait part de mes recherches et une infirmière m'a demandé de lui montrer le texte de référence sur le site de la SF2H. Ce que je fis. Elle a reconnu que j’avais raison mais que cela ne suffisait pas en SSPI et que deux lavage état plus efficace qu’un seul. C’est-à-dire qu’il fallait mieux se laver les mains à l’eau et au savon, puis après mettre une solution hydro-alcoolique.

Après avoir essayé d’analyser à froid, avec du recul cet événement, je me suis questionné sur l’attitude qu’il fallait adopter dans ce genre de situation : fallait-il dire « non je ne suis pas d’accord » ou bien acquiescer pour finir le stage dans de bonnes conditions et obtenir une note et une appréciation de stage correcte ? En me projetant dans l’avenir, je me suis interrogé sur la façon dont un jeune diplômé qui arrive dans un service peut, par son apprentissage, faire passer un message relatif aux bonnes pratiques à une équipe en place sans que celle-ci pense qu’il souhaite bouleverser les pratiques ».

Lire le TFE « En quoi, l’actualisation des connaissances relatives à l’évolution de la réglementation des pratiques, par l’infirmier, influe sur la prise en charge du patient » (PDF)

N'hésitez pas à nous adresser vos TFE, à partir du moment où ils ont été soutenus, et notés, et nous les publierons sur Infirmiers.com
Pour cela, envoyez le à : bernadette.fabregas@izeos.com

Pour accéder à tous les TFE c'est par ici !

Creative Commons License

Rédactrice en chef IZEOSbernadette.fabregas@izeos.com

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (3)

bipaul air

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#3

sauf que, eh ben

pardon, mais je ne faisais pas réference au TFE , qui lui est tout à fait pertinent, je parlais du titre qui m'interpellait comme une évidence perceptible, un peu comme certains contenus recensés lors de cours à rallonge sédatifs parfois alors qu' une carence en cours purement pratiques se fait souvent sentir dans la reforme LMD .Juste un peu d'ironie, en passant sur ces pages ou tout est parfois un peu trop consensuel.Dommage ce trop plein de susceptibilités.

citron_plus

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

sauf que...

Sauf que ce TFE n'a pas été fait dans le cadre du LMD mais dans l'ancien référentiel.

bipaul air

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#1

LA PALISSADE

...reflechir sur nos pratiques ...permet de développer une pratique:........réfléchie.......bon, ..d' accord ! décidement, la LMD révolutionne les neurones.