s

Forum : Concours infirmiers

Nous sommes le 15 Aoû 2018 19:33

Mot de passe oublié ?

Se souvenir de moi

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 08:45

Le gouvernement veut s'attaquer à la contrebande de tabac

La ministre du budget, Valérie Pécresse, doit annoncer, lundi 12 septembre matin, un plan d'action contre le trafic de cigarettes et de tabac passant par plus d'opérations coup de poing ou des objectifs chiffrés pour les douanes.

Selon l'étude menée par les douanes pour le ministère sur le marché parallèle du tabac, le trafic illégal représente 5 % des ventes. Les achats à l'étranger – duty-free, achats transfrontaliers légaux – atteignent 15 % et les achats de tabac dans le réseau des vingt-huit mille buralistes, 80 %.

En 2010, près de 350 tonnes de tabac et de cigarettes de contrebande – soit une augmentation de 30 % sur un an – ont été saisies par les douaniers, pour une valeur de 81 millions d'euros, un record.

"UN PLAN D'URGENCE"

Pour les buralistes, qui réclament depuis des mois "un plan d'urgence", chaque augmentation des prix du tabac favorise le marché parallèle, des réseaux mafieux aux ventes frauduleuses sur Internet ou encore aux achats transfrontaliers qui leur échappent, en raison des différences de prix notables avec l'Espagne ou la Belgique.

La prochaine hausse des prix, de 6 %, est programmée le 3 octobre et une deuxième de 6 % dans le milieu de l'année 2012, dans le cadre du plan de lutte contre le tabagisme et du plan antidéficit français. 54,8 milliards de cigarettes ont été vendues par les buralistes de l'Hexagone en 2010, soit une baisse de 0,3 % des volumes.

En valeur, le marché représente 14,8 milliards d'euros, dont 80 % va dans les caisses de l'Etat sous forme de taxes (dont TVA), 12 % aux fabricants et 8 % aux buralistes.

Le monde
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 08:49

Le bio passe à table dans les cantines scolaires

Dans les départements ou les communes, les politiques locaux de gauche comme de droite se convertissent aux vertus du bio dans les cantines scolaires à l’occasion de cette rentrée. Un responsable de la fédération des Parents d’élèves de l’enseignement public (Peep) a eu la bonne idée de recenser ces initiatives dans le blog Ma cantine bio. Militant pour une cantine « goûteuse et durable », l’auteur a cartographié les initiatives des collectivités afin de les promouvoir. La France avait, à l’occasion du Grenelle de l’environnement, pris l’engagement d’introduire 20 % de produits biologiques dans les cantines scolaires à l’horizon 2012. Même si le bio reste encore marginal globalement dans les cantines (moins de 2 % actuellement), il ne cesse de progresser. A Nice (Alpes-Maritimes), le maire, Christian Estrosi, a fait le choix politique de reprendre en régie directe la restauration scolaire qui sert 22.000 repas par jour. Quotidiennement, les enfants bénéficient désormais d’un produit bio et une fois par mois, d’un menu intégralement bio. Ailleurs aussi les choses se font progressivement. Dans la Drôme, premier département bio de France, avec 13,5 % de sa surface agricole utile cultivée, le conseil général favorise le développement du bio à l’école avec 25 % du plateau-repas bio. Le Gers, lui, a décidé d’accorder une subvention de 500.000 € pour encourager les établissements à acheter des produits bio ou locaux. D’autres collectivités vont plus loin, comme la ville de Grande-Synthe (Nord). Les repas préparés par le centre d’aide par le travail (CAT) local comportent… 100 % de bio. La ville de Rouen, qui, comme Nice, a remis la main sur ses cantines, a décidé de mettre jusqu’à 40 % de bio. Objectifs des politiques : améliorer la qualité de la prestation, favoriser un éveil au goût, permettre aux agriculteurs locaux de trouver de nouveaux débouchés, le tout dans un circuit court respectueux de l’environnement. Ces démarches durables font, en tout cas, des émules et des ravis, les enfants, pour lesquels l’assiette reprend enfin du goût

France soir
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 08:51

Les mesures de Claude Guéant contre la délinquance des jeunes Roumains

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a fait de la lutte contre la délinquance liée à l’immigration clandestine roumaine l’une de ses priorités. Il détaille les mesures qu’il annoncera officiellement aujourd’hui.


Pourquoi décider d’accentuer aujourd’hui la lutte contre les délinquants originaires de Roumanie ?
CLAUDE GUÉANT. La délinquance impliquant des ressortissants roumains — organisée en réseaux très perfectionnés avec à leur tête des chefs mafieux, à l’image de celui démantelé il y a quelques mois et que l’on connaissait sous le nom d’Hamidovic, — s’est largement accentuée ces dernières semaines, à Paris et en Ile-de-France et, dans une moindre mesure, à Marseille et à Lyon. Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités roumaines sur cette question. Quatorze policiers roumains sont actuellement détachés en France. Le but est notamment de pouvoir remonter jusqu’aux responsables de ces réseaux, qui demeurent en Roumanie.

Dans quelle proportion cette délinquance a-t-elle augmenté ?
Les Parisiens peuvent constater dans la rue que cette délinquance est quotidienne. Et ce constat s’appuie sur quelques chiffres importants : sur les sept premiers mois de l’année 2011, il y a eu 4800 mis en cause roumains interpellés par la police à Paris, contre 2500 sur la même période en 2010. Ce qui signifie une augmentation de plus de 90%. Par ailleurs, près de 1200 ressortissants roumains ont été déférés devant la justice, toujours sur les sept premiers mois de l’année à Paris. Les délinquants roumains représentent 1 déféré sur 10 dans la capitale.

Comment expliquez-vous cette soudaine augmentation ?
Nous n’avons pas d’explication particulière, mais la France n’est pas le seul pays européen à faire ce constat. L’Espagne et l’Allemagne sont également spécialement touchées. Cette évolution fait que cette situation ne peut plus durer et je suis résolument décidé à combattre cette délinquance avec plus de vigueur.

Qu’envisagez-vous ?
C’est une délinquance qu’il est difficile de combattre, à cause d’un de ses aspects qui est extrêmement cruel : elle a recours très fréquemment aux mineurs. Près de la moitié des délinquants roumains interpellés sont des enfants ou des adolescents, parfois seulement âgés de 12 ans ou 13 ans. Ils sont souvent forcés à se livrer à divers délits. Nous savons, par exemple, que ces jeunes doivent rapporter, par jour, entre 70 et 100 € à ceux qui les contraignent. L’installation d’un magistrat de liaison roumain à Paris d’ici quelques semaines permettra d’organiser le rapatriement des mineurs délinquants dans leur pays. Si ces derniers ont des parents présents en France, ils leur seront remis avant d’être rapatriés. Dans le cas où on n’a pas connaissance de la présence des parents sur notre territoire, ces mineurs seront confiés au service d’aide à l’enfance roumain. C’est un élément nouveau dans notre paysage, car ce service n’était pas reconnu comme étant aux normes au niveau international. C’est désormais le cas. Mais ces mesures d’éloignement ne seront possibles que dans le cadre d’une procédure judiciaire. Nous allons également faire en sorte, avec le concours de la justice roumaine, de saisir les avoirs criminels de ces chefs mafieux.

Pensez-vous que ces mesures seront suffisantes ?
Les contrôles dans les aéroports et les gares de bus internationaux vont aussi être renforcés. Les Roumains sont membres de l’Union européenne, mais il ne suffit pas d’être membre de cette Union pour avoir le droit au séjour. Nous pouvons reconduire chez eux les gens qui causent des troubles à l’ordre public ou bien qui se maintiennent sur notre territoire sans ressources régulières. Sur ce point, nous allons faire beaucoup plus que nous ne l’avons fait jusqu’ici. Le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, va aussi interdire la mendicité sur les Champs-Elysées en signant un arrêté dès cette semaine.

Le Parisien
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar debella » 12 Sep 2011 08:53

Tout a fait d'accord ! Toutes les infos sont les bienvenues ! :clin:
INFIRMIERE D.E
debella
Accro
Accro
 
Messages: 1408
Enregistré le: 03 Aoû 2011 12:57

Messagepar philosophia » 12 Sep 2011 08:57

Les cancers

I. Caractéristiques

1. Définition
> Prolifération de cellules dites malignes au sein d'un organe, aboutissant à la constitution d'une tumeur (cancer primitif). En l'absence de traitement, la tumeur peut envahir les tissus voisins, migrer de son leiu de production et se localiser à distanc sous forme de métastases.

2. Données épidémiologiques
a. Morbidité
> Augmentation de l'incidence du cancer (nombre de cas) due au vieillissement de la population et à la multiplication des facteurs de risques (tabac, alcool, alimentation, soleil)
> Baisse de la mortalité grâce aux progrès en matière de prévention, dépistages précoces, de TTT et de prise en charge.
b. Mortalité
1ère cause de décès en France
Disparités régionales (certaines régions et zones rurales sont + marquées)
Disparités entre les sexes
c. Les cancers les + fréquents
> chez les hommes : cancer du poumon, prostate, colon
> chez les femmes : cancer du sein, colon, poumon
d. Les facteurs pouvant favoriser l'apparition d'un cancer
> L'hérédité et l'âge
> Une mauvaise hygiène alimentaire : trop de graisses, pas assez de fibres, trop d'aliments contenant des facteurs cancérigènes (conservateurs / colorants) : cancer colorectal
> Le tabac : cancer des poumons et des voies aérodigestives
> L'alcool : cancer des voies aérodigestives
> Les produits chimiques (amiante / pesticides)
> La pollution atmosphérique
> Les infections dues à un virus (l'hépatite B et le cancer du foie), bactérie ou parasite.

II. Les problèmes

1. Un coût humain important
Voir le chapitre sur les données épidémiologiques

2. Un coût économique élevé
> prise en charge des frais médicaux à 100%
> maladie chronique avec risques de récidives : nécessite donc une surveillance médicale à vie
> frais de recherche
> prévention
> traitements lourds et coûteux
> indemnités journalières - pension d'invalidité

3. Les difficultés rencontrées par les malades
> souffrance physique et psychologique
> difficultés familiales (surprotection - rejet)
> exclusion sociale (pitié - peur de la contagion)
> exclusion économique (perte d'emploi, difficulté pour en trouver 1)

III. La lutte contre le cancer

1. La prévention
> prévention primaire : modifier ses habitudes de vie (meilleure alimentation, alcool déconseillé, tabac interdit, soleil avec modération, ...)
> prévention secondaire : dépistages précoces (cancer du seil, colorectal). Les tumeurs se soignent mieux lorsqu'elles ont prises à temps. Vaccins pour prévenir le cancer du col de l'utérus.
> développement de l'onco-génétique (diagnostic des prédispositions)

2. Les traitements
> l'ablation chirurgicale de la tumeur
> la chimiothérapie : prescription de médicaments s'attaquant au cancer et à ses métastases. Administration par perfusion.
> la radiothérapie : radition ionisante bloquant la division cellulaire et laissant la possibilité aux cellules saines de se reconstituer

3. La psychologie en oncologie : une aide trop rare
Il est important que le malade ne se sente pas seul face à la maladie. Le psy lui permet d'évacuer peur et angoisse et l'aide ainsi à garder le moral.
Soutien à la famille
ESI Lorient 2012-2015
Avatar de l’utilisateur
philosophia
Habitué
Habitué
 
Messages: 60
Enregistré le: 15 Mar 2011 21:28

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 08:59

Les ordres des professions de santé au chevet de l’Ordre des infirmiers

Dire que l’Ordre des infirmiers va mal est un doux euphémisme. Depuis sa création, il y a deux ans, ce dernier est en manque d’adhérents, et depuis quelques mois, en cessation de paiement. Devant cette débâcle, les quatre autres ordres des professions libérales ont décidé de voler au secours de leur jeune « cousin » et d’apporter leur soutien à la toute nouvelle direction.

Les ordres des médecins, des pharmaciens, des chirurgiens-dentistes et des sages-femmes ont cosigné hier un document dans lequel ils estiment que, malgré des erreurs de gestion flagrantes qui ont mis l’organisme dans une situation financière dramatique, il est nécessaire de maintenir l’ordre des infirmiers afin de garantir le respect de la déontologie et la qualité de l’offre de soins. Ils estiment tous que ce dernier est essentiel pour la cohésion de la profession d’infirmier.
Tous souhaitent, en accord avec les autorités publiques, permettre aux nouveaux membres élus de remettre à flots les finances de l’Ordre des infirmiers tout en assurant ses fonctions auprès des infirmiers qui y ont adhéré.
Actuellement c’est Didier Borniche qui assure la présidence par intérim de l’organisme avant l’élection de nouveaux élus au cours du mois de Septembre. Affaire à suivre…
Information hospitalière
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 09:00

Réforme du médicament : les industriels ripostent

La réforme du médicament voulue par Xavier Bertrand, ministre de la Santé, afin de pallier tous les dysfonctionnements qu’on révélé l’affaire Médiator®, ne fait pas l’unanimité et n’est pas vraiment au goût des industriels du domaine. Avant qu’elle soit examinée par le Parlement, Ces derniers, via leur syndicat, le Leem, publient une tribune intitulée « Médicaments : ne nous trompons pas d’enjeu » , dans la quelle ils appellent le gouvernement à revoir leur copie.

C’est une véritable campagne de riposte que lance aujourd’hui le puissant syndicat qui regroupe l’ensemble des entreprises du médicament. En effet, ce dernier dans une tribune qui devrait être largement diffusée dans plus de 61 titres quotidiens de la presse régionale, critique argument contre argument le texte présenté en Conseil des Ministres par Xavier Bertrand le 1er août dernier.
Le syndicat estime qu’il y a une certaine confusion des genres sur l’ensemble du texte. S'il est prêt à soutenir sans réserve les mesures concernant la sécurité sanitaire, la transparence des liens entre experts et laboratoires pharmaceutiques, et la protection des patients, il réfute et s’insurge contre les propositions visant à régir les visites médicales et les autorisations de mise sur le marché. En effet, si le texte est voté en l’état par le Parlement, les conditions d'obtention de cette autorisation pour un nouveau traitement seront particulièrement drastiques.
Tout le monde - patients, politiques et industriels- souhaitent une réforme du médicament mais pas à n’importe quel prix. Dans quelques jours, ce sera aux parlementaires d’examiner le texte rédigé sous l’égide de Xavier Bertrand…

Information hospitalière
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 09:01

En bref / 2010 : déficit record pour la Sécurité sociale

Dans un rapport publié hier, la Cour des Comptes s'alarme du déficit historique atteint en 2010 par les comptes de la Sécurité sociale et du Fonds de solidarité vieillesse. Ce dernier qui a atteint les 30 milliards d’euros ne serait pas uniquement dû à la conjoncture de crise mais plutôt à des causes structurelles.

Alors que le Gouvernement espérait voir se réduire ce déficit de l’ensemble des régimes de base que recouvre la Sécurité sociale, notamment, suite à la réforme des retraites et à une meilleure maîtrise des dépenses de santé, c’est malheureusement l’inverse qui s’est produit. En effet, cette charge a triplé en 3 ans, souligne le rapport annuel de la Cour des comptes sur la Sécurité sociale.
Avec exactement 29,8 milliards, le déficit cumulé du fonds de solidarité vieillesse (FSV) et de la Sécu a un caractère historique, estime le président de la Cour des comptes. Pour ce dernier, la crise n’explique pas tout, et « plus de la moitié » de ce déficit est « structurel." Le seul moyen de le combattre réside malheureusement dans la nécessité d'augmenter les ressources qui alimentent cette structure. Ainsi, les sages de la rue Cambon recommandent au Président de la République, même si ce dernier y est défavorable, de relever le niveau de la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS)…Alors que le gouvernement vient de prendre l’option d’augmenter les taxes sur les cotisation des mutuelles, cette décision risque d’être particulièrement compliquée à prendre.

Information hospitalière
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar philosophia » 12 Sep 2011 09:02

Suite de ma fiche sur le cancer !

IV. Le plan cancer 2009-2013

Plan contruit autour de 5 axes :
> la recherche : assurer le transfert rapide des avancées de la recherche au bénéfice du patient
> l'observation : mieux connaître les réalités du cancer en France
> prévention - dépistage : prévenir pour éviter des cancers ou réduire leur gravité
- lutte contre le tabagisme, campagne de prévention contre les mélanomes, plan national Nutrition Santé
- frottis, mammographie, coloscopie
> soin : garantir à chaque patient un parcours de soin personnalisé et efficace et renforcer le rôle du médecin traitant
> vivre pendant et après un cancer : améliorer la qualité de vie et combattre toute forme d'exclusion
ESI Lorient 2012-2015
Avatar de l’utilisateur
philosophia
Habitué
Habitué
 
Messages: 60
Enregistré le: 15 Mar 2011 21:28

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 09:04

Retrait de l’hypertension de la liste des ALD : 3 associations déposent un recours devant le Conseil d’État

En juin dernier, le Gouvernement a décidé de retirer de la liste des affections de longue durée (ALD) l’hypertension artérielle sévère (HTA), afin de réduire le déficit chronique de l’Assurance maladie. Cette résolution a fait l’objet d’un décret, paru au Journal Officiel le 24 juin 2011. Il y a quelques jours, 3 associations de malades ont déposé un recours en annulation devant le Conseil d’État contre ce choix politique qu’elles estiment inique.


’après l’Alliance du cœur, le CISS (usagers de santé) et la FNATH (accidentés de la vie), associations qui ont déposé le recours devant le Conseil d’État, cette décision pourrait avoir de graves conséquences pour la santé. Elles estiment en effet que les hypertendus sévères qui ont été diagnostiqué après le 24 juin dernier pourraient voir leur état s’aggraver, faute de pouvoir accéder à un suivi approprié en raison d’une prise en charge insuffisante par l’Assurance-maladie.
En marge de l’aspect médical, cette décision pourrait entraîner des conséquences importantes sur le budget de la sécurité sociale. En raison d’une prise en charge moins adaptée, les patients risquent de développer des pathologies plus lourdes qui à terme coûteront plus cher à l’État.
Pour l’instant, les 3 associations attendent la décision du Conseil d’État.

Information hospitalière
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 09:05

Chirurgie ambulatoire : le nouveau credo de l’AP-HP

Le souhait d'un grand nombre de patients de rentrer chez eux le soir même de leur opération pourrait bien devenir la norme dans les années à venir pour un grand nombre de franciliens. C'est en tout cas une des aspirations de Mireille Faugère, directrice de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) si l'on en croit le communiqué publié hier soir par l'institution.

Bien que la chirurgie ambulatoire soit plébiscitée par les professionnels et les patients, elle n'en est pas moins sous-employée en France, et notamment en région parisienne. Selon les dernières données sur le sujet, en 2010, plus de 70 % des actes de chirurgie se sont faits sans hospitalisation aux États-Unis et dans les pays du Nord de l’Europe, contre 35 % en France. À l'AP-HP, particulièrement à la traîne dans ce domaine, cela ne concerne que 22 % des opérations. Pour Mireille Faugère, directrice de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), il est temps de changer la politique hospitalière et de faire en sorte que d’ici à la fin 2011, 30 % des actes de chirurgie se fassent en ambulatoire.

Si de nombreux pays ont adopté ce système, c'est d'une part en raison du coût moins élevé, mais aussi pour les nombreux avantages que cela procure aux patients. En effet, grâce à la chirurgie ambulatoire, ces derniers se rétablissent plus vite, ont moins de chance de contracter une maladie nosocomiale, etc.

La sécurité sociale voit aussi d’un très bon œil cette nouvelle tactique des hôpitaux publics. En effet, selon les dernières estimations, en France, plus de 2 millions d'actes pourraient être potentiellement traités en ambulatoire, permettant ainsi la suppression de 40 à 45 000 lits d’hospitalisation.

Avec les avancées de la médecine, de plus en plus d'interventions, courantes et beaucoup plus lourdes, ne justifient pas l'hospitalisation. Toutefois, la prise en charge en ambulatoire doit se faire de façon très encadrée pour éviter tout risque pour le patient (s'assurer de l'état général de ce dernier avant sa sortie, et appeler le lendemain pour vérifier qu’il va bien).

Cependant, en France, l'obstacle majeur à la promotion de ce type de pratique est économique. En effet, les actes en ambulatoire sont facturés moins cher, diminuant de facto la recette des hôpitaux, déjà, pour la plupart, en déficit chronique.

Olivier Frégaville-Arcas - Information hospitalière
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar Memo » 12 Sep 2011 09:08

Coucou tout le monde!! :D

Je voulais savoir si certains d'entre vous regardaient le magazine santé sur France 5 je crois... :oops:
Et si il était possible pour ces personnes de mettre un résumé des thémes traités. Juste des choses qui leur ont parus importante et des chiffres qu'ils auraient donnés....

Merci d'avance!!
Montpellier: Admise sur LP!!
ESI 2012/2015!!
Stage: S1 Crèche S2 Gériatrie S3 Médecine Générale S4 Psychiatrie
Memo
VIP
VIP
 
Messages: 3384
Enregistré le: 13 Juil 2011 16:41

Messagepar petitflocon » 12 Sep 2011 09:16

Bonjour à tous,

http://www.sante.gouv.fr/programme-nati ... -2014.html

Voici un lien du ministère de la santé qui parle du programme 2011-2014 contre le suicide (il y a de nombreuses pages, donc je préfère vous laisser le lien).

http://www.lcp.fr/emissions/etat-de-san ... lippe-even

Et un autre lien d'une vidéo de l'émission Etat de Santé, sur La Chaîne Parlementaire, parue en avril 2011. Et qui s’intéresse aux médicaments (bien sur en lien avec le Médiator). Bon visionnage !
IDE promo 2012-2015 IFSI Pitié-Salpêtrière
Licence Sciences du Vivant.
Réanimation Polyvalente Chirurgicale.
Avatar de l’utilisateur
petitflocon
Adepte
Adepte
 
Messages: 143
Enregistré le: 27 Mai 2011 09:57

Messagepar susie05 » 12 Sep 2011 10:05

salut les filles
une question pour Alejandrah !quel bouquin as tu pour réviser les fiches de cultures général ! :) merci d'avance
susie05
 
Messages: 23
Enregistré le: 17 Juin 2011 20:11

Messagepar sixela95 » 12 Sep 2011 10:26

Merci philosophia je reprendrais surement quelques petites choses de ta fiche
Maman de trois filoups, 32a, ESI 2012-2015 St Quentin- Picardie
Laborantine en reconversion
S1: MAS
S2: SSR
S3: Médecine gériatrique
S4: EHPAD
Avatar de l’utilisateur
sixela95
Insatiable
Insatiable
 
Messages: 659
Enregistré le: 05 Mai 2008 19:27
Site Internet: http://sixela95.canalblog.com/
AOL: sixela95@free.fr
Localisation: 02


Retourner vers « Concours infirmiers »