AU COEUR DU METIER

Loi santé : "pratiques avancées" en recul !

Cet article fait partie du dossier:

Pratique avancée

    Précédent Suivant

Dans un communiqué de presse, le Syndicat National des Professionnels Infirmiers (SNPI) s'inquiète de voir reculer le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes sur la question de la pratique avancée.

réunion soignants

La pratique avancée chez l'infirmière doit bénéficier à l'ensemble de l'équipe soignante dans le but d'optimiser le parcours de soin.

La ministre de la Santé a présenté le 9 mars 2015 les évolutions que devrait connaître son projet de loi de Santé. Sur les pratiques avancéesla loi écrira explicitement qu’une telle délégation dont le principe est acté s’inscrit dans une équipe de soins dans le cadre d’une coordination par le médecin, a tenté de rassurer la ministre. Le champ de la délégation sera également revu pour répondre aux inquiétudes des médecins.

Pour Thierry Amouroux, Secrétaire Général du SNPI, le pire n’est pas la réaction aussi pitoyable que passéiste du lobby médical, mais que la Ministre ne soit pas capable d’assumer une réforme indispensable pour la prise en soins des patients chroniques et des personnes âgées.

On compte 330.000 infirmières en pratique avancée dans 25 pays : elles ont fait deux années d’études supplémentaires, validées par un master, pour exercer un nouveau métier intermédiaire entre l’infirmière bac+3 et le médecin bac+9. Elles ont une prescription médicale limitée, sur le modèle de la sage-femme, elle aussi titulaire d’un master.

Toutes les études internationales (OMS, rapport OCDE, revues médicales) montrent le plus pour le suivi des patients chroniques. L’article 30 du projet de loi de santé avait prévu de créer un nouveau métier en pratique avancée. Mais à lire ce revirement, la France va avoir des auxiliaires médicales pour travailler sur protocole médical, c’est-à-dire ce qui relève déjà des compétences de l’infirmière DE depuis 1978. Le décret d’actes infirmiers 1981 intégrait déjà des ajustements thérapeutiques sur protocole médical, ce que font au quotidien les infirmières libérales avec les anticoagulants.

Pour Thierry Amouroux, il est curieux que ce qui est justifié économiquement et qualitativement dans 25 pays (avec 60 ans de recul aux USA) soit inconcevable en France, alors que dans le même temps la démographie médicale pose problème : de quoi ont-ils peur ?

Coté médical, c’est une question de gros sous : en France, en matière d’actes cliniques, la rémunération d’une consultation n’est liée ni à son niveau de difficulté ni à sa durée. Cela signifie que les consultations médicales les plus simples et les plus rapides (qui sont aussi celles qui sont considérées comme pouvant être réalisées par une infirmière de pratique avancée) sont au final les plus « rentables » pour les médecins. Ces derniers n’ont donc pas d’incitation financière à confier la réalisation de ces consultations à un autre professionnel.

Pour la ministre, c’est un manque de courage politique : même si la prise en soins par des infirmières cliniciennes représenterait des économies pour le contribuable, elle a assez à faire avec le tiers payant pour ne pas contrarier davantage ces pauvres médecins !

À lire ce revirement, la France va avoir des auxiliaires médicales pour travailler sur protocole médical, c’est-à-dire ce qui relève déjà des compétences de l’infirmière DE depuis 1978.

On ne peut faire le constat du manque de médecins, des déserts médicaux dans les départements ruraux, et se passer de véritables infirmières de pratiques avancées. C’est la réponse apportée dans 25 pays avec un bilan largement positif pour le patient (meilleure observance des traitements, diminution des effets secondaires, baisse des réhospitalisations iatrogènes,…) qui entraine une baisse du coût de prise en charge (gain pour l’assurance maladie et le contribuable).

Dans la suite du rapport Hénart (février 2011), le SNPI CFE-CGC considère que la prise en charge des maladies chroniques représente l’avenir de la profession infirmière, au travers de la création d’un Master en Sciences Infirmières. Le Master ce concernera que 5 % des infirmières, mais c’est une nouvelle perspective d’évolution professionnelle.

L’infirmière clinicienne analyse les situations complexes de soins, aide les équipes à prendre en charge des patients jugés difficiles du fait de leur pathologie ou des situations. Elle fait référence dans les domaines de l’éducation thérapeutique, de l’information et du suivi des personnes. Elle réalise des consultations infirmières d’éducation, de conseil, de suivi de pathologies chroniques. Face à la montée des soins aux personnes du quatrième âge avec perte d’autonomie, au développement de la prévention et du dépistage des maladies chroniques, le secteur de la santé posera des problèmes d’organisation et d’éthique toujours plus complexes. L’un des rôles de la profession infirmière sera de servir de garde-fou face à la tentation du contrôle économique entrainant des restrictions de soins individuels, au nom d’une vision macroéconomique des dépenses de santé publique. Les personnes malades sont par définition plus vulnérables, aussi les infirmières doivent être en première ligne pour affirmer que seuls les besoins des malades doivent déterminer le type et le coût des traitements.

Communiqué de presse du SNPI - 12 mars 2015

http://www.syndicat-infirmier.com

Retour au sommaire du dossier Pratique avancée

Commentaires (5)

quichou13

Avatar de l'utilisateur

72 commentaires

#5

infirmiers en fonction?

Ben si y en a qui travaillent....et depuis fort longtemps d'ailleurs! La preuve a cette heure je ne rentre pas de boite mais je pars bosser...bonnes fêtes de pâques !

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#4

euh??

peut etre que le système de santé où cette pratique est mise en place, en a besoin du fait de son organisation...
quant aux bonnes idées venues d'ailleur et leur impact sur la qualité des soins, j'ai un autre point de vue, qui je vous le rappelle sancho puisque nous avons eu l'occasion d'échanger sur d'autres sujets, est basé sur une expérience de terrain dans ces mêmes pays plutôt que sur des lectures ou une écoute de prêches faits par des personnes qui tendent à faire autre chose qu'être infirmier en fonction....

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#3

Bonjour,

Les IPA apportent un plus indéniable dans les pays où cette pratique est réglementée.
Certes il faut réfléchir à comment intégrer ces pratiques dans notre système de santé actuelle. Ne soyons pas dans l'opposition systématique.
Ne pensons pas que la France a l'exclusivité des bonnes idées.
D'autres pays ont des pratiques que sont plus performantes pour les patients, et les transposer en France ne pas une marque de faiblesse de notre part.
Cordialement

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#2

mauvaise comparaison

PARLER de ce qui se fait aux USA pour vouloir l'importer...pourrait-on réfléchir avant de dire de telles sottises...
une grande part de citoyens non soignés, des malades obligés de vendre tous leurs biens pour pouvoir se soigner, obligés de faire appel à des dons privés pour essayer de pouvoir s'acheter des traitements, etc....
Cette pseudo logique intellectuelle s'appuyant sur des données soi-disant probantes qui ne prouvent rien d'autre que ce que l'on veut leur faire prouver....
les études internationales montrent le plus apportés et pas ce qui pourrait être fait par le système de santé si on lui en donnait les moyens.
le fait que certaines personnes veulent s'approprier tout un pan des compétences des infirmières de "base" n’améliorera pas le système de santé.
redonnons aux unités de soins des effectifs suffisants et aux cadres de santé toutes leurs lettres de noblesse et un bon nombre de problèmes seront réglés
arrêtons de toujours voir ce qui se fait chez le voisin, car la comparaison souffre toujours d'un manque d'éléments (voir les américains qui vont se faire soigner au Mexique ou les anglais en France).
peut-on prétendre à une autonomie intellectuelle et réfléchir en terme épistémologique plutôt que d'avoir une lecture avec des lunettes d'économiste libéral?

quichou13

Avatar de l'utilisateur

72 commentaires

#1

pas de délégation

En effet ipa est différent de délégation d'actes ou de tâches, que l'on soit bien clair.
Un amendement va être déposé dans ce sens pour acter ce que fait une IPA: approfondissement du rôle autonome, recherche, personne ressource, prise de décisions complexes etc...
petite précision: ide clinicienne n'est pas IPA, premier palier pour accéder au master, mais pas pratique avancée car "certificat" et non diplôme master.