AU COEUR DU METIER

Médecine d'urgence : recommandations et messages clé

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Le congrès annuel Société Française de Médecine d’Urgence s'est tenu en juin dernier à Paris L'occasion de revenir sur une spécialité qui évolue et s’évalue, une société savante qui se modernise et s’enracine et enfin des paramédicaux toujours plus nombreux qui affirment leur présence et leur rôle central que ce soit aux urgences ou au SMUR. Focus sur 5 sujets majeurs qui questionnent les soignants (et les étudiants !) au quotidien.

Choc septique : de l’importance d’une reconnaissance et d’un traitement précoce

hopital infirmière urgence

Des rappels de bonnes pratiques en direct du congrès de la Société française de Médecine d'Urgence 2015…

Le choc septique relève d’une physiopathologie complexe et encore non totalement élucidée dans laquelle le temps joue un rôle crucial. Dans cette optique, trois facteurs de gravité simples doivent guider un déchoquage/réanimation agressif en s’appuyant sur les recommandations de la « sepsis surviving campaign » de 2012 :

une pression artérielle systolique (PAS) des signes périphériques (marbrures, extrémités froides, pâleur…) ; une lactatémie > 1,6 mmol/L (bien corrélé à un niveau de marbrures dépassant les genoux). Evidemment, et dans une moindre mesure, la diurèse et le temps de recoloration cutanée (TRC) constitue également de bons indicateurs pronostics de l’évolution du patient (pour rappel diurèse normale = 1 à 3 ml/kg/h et une oligo-anurie est inférieure...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)