ETHIQUE

"10 ans, 3650 jours environ, 87 600 heures, 5 256 000 min..."

Cet article fait partie du dossier:

Ethique et soin

    Précédent Suivant

Le 29 septembre dernier, le collectif "Laissons partir Vincent, soutien à Rachel Lambert", créé par les anciens étudiants infirmiers qui ont côtoyé Vincent Lambert durant leurs années d'étude, groupe destiné à toute les personnes qui souhaitent "laisser partir Vincent" et qui soutiennent la décision de la Cour européenne des droits de l'homme prise en 2015 à cet effet, a adressé une lettre à Vincent, marquant ainsi un bien triste anniversaire : 10 années passées depuis son accident, inerte au fond d'un lit. Nous la publions* ici.

Lettre à mon ami Vincent...

pendules multiples

"Vincent, tu as eu 42 ans il y a quelques jours, c'était le 20 septembre. Cela fait 10 ans que tu as eu ton accident... et depuis..."

10 ans... En ce jour du 29 septembre 2018, cela fait 10 ans que tu as eu ton accident. Tu as eu 42 ans il y a quelques jours, c'était le 20 septembre. 10 ans ... Un quart de ta vie... Je pense à toi... Nous pensons à toi. J'avais espéré ne plus avoir à te parler ou à t'écrire. Faut-il encore y croire ? La prochaine échéance est fixée au 31 octobre 2018, date à laquelle les experts devront pour une énième fois nous faire part de ton état... Comment, en 2018, certaines personnes peuvent encore croire que tu vas t'en sortir ? C'est mal connaître le corps humain et les conséquences irréversibles qui touchent tes articulations et tous tes membres. Ton corps se recroqueville petit à petit. Lentement tu te remets en position foetale. Certains patients en souffrent tellement qu'il est parfois nécessaire de leur sectionner des tendons. Des soins en continu 24h/24 ou des séances de kinésithérapie journalières n'y changeraient rien... Nous l'avons tous vu ou observé de nos propres yeux ; nous qui soignons depuis des années des personnes à l'hôpital ou dans les différentes structures de soin. Je suis infirmier... toi aussi... Rachel aussi... et tous les membres du collectif 55.

Il y a plus de 20 ans, tu avais décidé d'aider les autres quand nous nous sommes rencontrés à l'école d'infirmiers ; c'était en 1996.

10 ans, 3650 jours environ, 87 600 heures, 5 256 000 min ! J'invite les personnes qui croient encore à ton rétablissement à regarder le plafond de la pièce où ils se trouvent pendant 1 minute. Toi qui contemple ce plafond depuis 10 ans... C'est long, c'est même très long à regarder ce plafond fixement. C'est même douloureux.  Cette douleur, il faut la multiplier par 5 millions pour éprouver ce que tu ressens. Bref, on préfèrerait tous ne plus être présent physiquement plutôt que d'avoir à endurer cette douleur.

Mais toi, tu es toujours là... Sûrement à cause de ce satané principe de précaution si cher au pays développé dont la France fait soi-disant partie. J'ai honte d'être dans un pays sous-développé quand il s'agit de parler de la fin de vie, de l'euthanasie, du suicide assisté ou simplement du droit à mourir. Mais j'y crois encore... Tu devras encore patienter un peu. Ton cas fera jurisprudence. Grace à toi, d'autres ne souffrirons plus... ou moins longtemps. Il y a ceux qui voudront partir comme est parti Vincent Lambert après un long combat... Il y a ceux qui voudront partir pour ne pas que leur combat dure aussi longtemps que celui de Vincent Lambert...

Il y a plus de 20 ans, tu avais décidé d'aider les autres quand nous nous sommes rencontrés à l'école d'infirmiers ; c'était en 1996.  Prendre soin... Tu continues sans le vouloir à prendre soin des autres grâce aux souffrances que tu endures. Merci pour eux.

C'était mon avant dernière lettre. Je te parlerai une dernière fois. Ce sera quand ton coeur aura cessé de battre. Ce jour là, tu seras soulagé. On t'aura enfin respecté.

Je t'embrasse et j'embrasse aussi les tiens et principalement Rachel et ta princesse. Ton ami.

*Une pétition adressée au président Macron intitulée “Pour la fin des souffrances de Vincent Lambert” est également en ligne sur le site change.org

Vincent Caruel, porte-parole du collectif 55. Lettre publiée sur la page facebook "Laissons partir Vincent, soutien à Rachel Lambert", le 29 septembre 2018.

Retour au sommaire du dossier Ethique et soin

Publicité

Commentaires (0)