AU COEUR DU METIER

#souffranceInfirmière pour faire (re)connaître la difficulté d’exercice

par .

Le SNPI (Syndicat National des Professionnels Infirmiers) appelle à « une vague de témoignages infirmiers » sur les réseaux sociaux via le hashtag #souffranceInfirmière. Ils serviront de cahiers de doléances pour montrer la réalité de leurs conditions de travail et la maltraitance institutionnelle qui en découle. L’idée est de mobiliser la profession infirmière dans la perspective d'un mouvement social en mai prochain, sur le modèle de la journée d'action de novembre 2018 #infirmièresOubliées qui avait alerté le grand public.

personnel soignant épuisé

Le SNPI souhaite  faire reconnaitre la pénibilité de la profession infirmière et obtenir des ratios de patients par infirmier(e) dans chaque spécialité médicale.

En effet, selon Thierry Amouroux, porte-parole du SNPI CFE-CGC après 10 ans de réformes et de plans d’économies, l’hôpital est exsangue, et la saignée se poursuit cette année, avec son cortège de souffrances (épuisement professionnel, stress, dépression, suicide), le tout aux dépens de la qualité des soins.

Le SNPI souhaite ainsi faire reconnaitre la pénibilité de la profession infirmière (départ anticipé à la retraite) et obtenir des ratios de patients par infirmier(e) dans chaque spécialité médicale. Pour Thierry Amouroux, les conditions de travail se dégradent un peu partout. La pression devient trop rude sur des professionnels que l’on pousse à bout (rappels sur repos, polyvalence imposée, perte de sens, sous-effectifs, pression à l’activité). Ces réorganisations sont en rupture avec les valeurs soignantes, et débouchent sur une maltraitance des soignants et la mise en danger des patients.

Souffrance au travail, dépressions, suicides, poursuit-il, si nous ne prenons pas notre destin en main, nous savons que demain sera pire, car dans le cadre du plan de redressement des finances publiques, le montant des économies réalisées par l’hôpital entre 2005 et 2019 a été 8,6 milliards d’euros (dont 960 millions en 2018) et qu'il est encore prévu 700 millions d'économies sur 2019 !

Et de rappeler qu’aujourd’hui, le point de rupture est atteint : 15 infirmiers sont agressés chaque jour, l’espérance de vie d’une infirmière est de 7 ans inférieure à celle d’une femme, 78 ans au lieu de 85 ans, 30 % des jeunes diplômées abandonnent la profession infirmière dans les 5 ans qui suivent le diplôme.


Aller plus loin sur www.syndicat-infirmier.com

Rédaction Infirmiers.com

Publicité

Commentaires (2)

Marie Charlotte IDE

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#2

SNPI

C'est pas le syndicat qui a fait alliance avec la cfdt aux dernières élections professionnelles, histoire de ne pas couler ?

Son porte parole c'est bien le Président de l'Ordre Infirmier 75 ?

Vice Président du CIF ?

Président de l'APPI ?

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

499 commentaires

#1

En vérité je vous le dis...

Les propos du porte-parole du SNPI sentent le vécu.