AS

Apprendre à réussir le concours en IFAS et IFAP

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

    Précédent Suivant

Thomas Bielokopytoff, cadre de santé, formateur Ifsi/Ifas, propose aux candidats au concours aide-soignant ou auxiliaire de puériculture une méthode originale pour « apprendre à réussir ». Il nous explique sa démarche en répondant à nos questions.

Infirmiers.com - Face aux très nombreux ouvrages proposant des méthodes diverses et variées pour réussir les concours - et notamment le concours aide-soignant/auxiliaire de puériculture - en quoi le vôtre est-il différent ?

Cible dans le mille

"Quoi étudier" pour les concours AS et AP ? Thomas Bielokopytoff donne quelques pistes...

Thomas Bielokopytoff - Si la thématique est effectivement la même que celle que l’on peut fréquemment trouver dans les rayons de vos libraires préférés, j’ai essayé d’opter pour un positionnement différent, un angle d’attaque original. En effet, souvent, ce genre de produit « décortique » des exercices passés, des annales de concours et fournit des corrigés. C’est utile certes mais pas révolutionnaire. En outre ce sont des ressources qu’on retrouve partout aisément… et parfois gratuitement. Par contre, dans ce segment, il n’y avait pas d’ouvrage qui détaillait à la fois la méthodologie à mettre en place pour y arriver et les conseils et astuces des jurys et des candidats qui réussissent. C’est ce que je me suis attaché à faire.

Infirmiers.com - S'engager dans un tel projet d'écriture requiert imagination, courage et pugnacité. Ces sentiments vous ont-ils inspirés pour mener à bien votre projet ?

Thomas Bielokopytoff - Il y a en effet un peu de tout ça même si je préfère plutôt persévérance à pugnacité car je n’ai quand même pas le sentiment que cette écriture se soit révélée être un combat ! Au-delà de ces trois sentiments, il a fallu surtout de la méthode ; et en cela je me suis finalement retrouvé, le temps de la rédaction, dans la position d’un candidat au concours, avec une tâche à accomplir dans un temps limité. Comme je le conseille aux lecteurs, j’ai moi aussi « ré expérimenté » le retro planning par exemple !

Infirmiers.com - Vous développez un angle intéressant qui consiste à dire que les conseils donnés habituellement pour réussir un concours s'intéressent au "quoi étudier" et non pas à la "façon d'étudier" ? C'est ce qui fait la différence selon vous ?

Thomas Bielokopytoff -  Oui, j’en suis persuadé ! Prenons l’exemple de l’oral d’admission, passage obligé de tous les candidats. La palette de sujets possibles est très vaste et il est illusoire de penser pouvoir tout travailler avec des annales, aussi détaillées soient-elles. Il m’apparait donc plus judicieux d’apporter aux candidats une liste de grandes thématiques à travailler associée à une méthode de rédaction et de réactualisation de fiches adaptées. En parallèle à cette technique sur « comment faire des fiches de culture générale », je propose aussi au lecteur une approche sur la façon de traiter chaque type de sujet :

  • la question classique. Exemple : quel est l’intérêt de la prévention trash dans la réduction du nombre de morts sur les routes ? ;
  • le commentaire d’une image associée à une campagne de la prévention routière ;
  • le commentaire d’un petit texte. Exemple : « Le nombre de morts sur les routes en légère hausse en 2016. Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a augmenté de 0,2% en 2016, avec 3469 personnes tuées, soit huit de plus que l'année précédente, a annoncé aujourd'hui le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux. Après les hausses enregistrées en 2014 (3.384 morts, +116 tués par rapport à 2013, soit +3,5%) et 2015 (3.461 morts, +77 tués, soit +2,3%), la France connaît donc une troisième année consécutive d'augmentation de la mortalité routière, une première depuis 1972. »

Ainsi, une bonne fiche sur la sécurité routière et une maîtrise des différents types de sujets permettent assurément de bien traiter ces trois sujets alors même qu’ils sont différents les uns des autres. Le candidat méthodique est selon moi mieux préparé pour assurer et ce, quel que soit l’angle d’attaque du sujet !

Infirmiers.com - Vous qui avez passé plusieurs concours - IDE, CDS- votre propre expérience a-t-elle dicté vos écrits et la façon d'accompagner les candidats vers la réussite ?

Thomas Bielokopytoff - Sans doute mais assez indirectement ! Mon expérience la plus récente reste les concours cadre de santé. Ces derniers cependant sont très différents des concours AS-AP. Pour autant j’ai alors expérimenté une gestion du stress des oraux que je partage dans le livre avec les lecteurs. Pour les concours Ifsi, j’avais alors fait une prépa conventionnelle à distance que j’avais complété par, déjà à l’époque, des simulations d’oral et une lecture assidue de la presse quotidienne. En somme, plus ou moins ce qui marche bien et que je conseille dans le livre.

Infirmiers.com - Vous donnez également la parole à des candidats qui ont réussi leur concours et qui, en toute générosité et pragmatisme, partagent leur expérience. Cette proximité de profils sert la cohérence du propos. Que vous disent vos lecteurs ?

Thomas Bielokopytoff -  Un des intérêts premiers de ces témoignages est d’illustrer bien sûr mon propos et donc de mettre en avant, doublement, ce qui fonctionne. Je crois aussi que le pragmatisme que vous soulignez fait partie des éléments appréciés par les lecteurs. Dans les commentaires qu’ils font du livre, ils soulignent la possibilité de le lire comme un roman. Ces anecdotes de candidats qui réussissent, ces astuces de jury aussi y participent grandement.

Infirmiers.com - La culture générale, son enrichissement permanent préconisé, occupe une grande part dans cet ouvrage de préparation au concours. Élargir son esprit au travers de films, de livres, de magazine cela peut-il faire la différence ?

Thomas Bielokopytoff - Oui et même doublement ! Je m’explique. Cela permet d’abord de coller à l’actualité et donc d’introduire son sujet (d'écrit ou d’oral) avec des chiffres et des exemples récents. Cela permet aussi pour le candidat d’illustrer concrètement son ouverture d’esprit et sa capacité de réinvestir dans sa préparation ses moments de loisirs (cinéma, lecture…). Par exemple, et quel que soit la qualité du film (dont je ne peux juger car je ne l’ai pas vu), dans le domaine du handicap, il est sûr que Patients (sortie le 1er mars) de Grand Corps Malade est d’ores et déjà un incontournable du candidat préparant les concours en 2017. C’est sans doute l’occasion d’évoquer la relation soignant/soigné par exemple avec le point de vue, romancé certes, du patient. Quand je dis doublement, c’est aussi que ne pas le faire est extrêmement péjoratif pour le candidat. Je me souviens tellement de cette candidate il y a quelques années, incapable de citer une mesure de lutte contre le tabagisme alors qu’elle était elle-même fumeuse et qu’elle passait son concours le lendemain d’une hausse notable du prix du tabac ! C’est impensable ! Mon conseil : 15 à 30 minutes de France Info tous les matins, c’est indolore et ça permet de se prémunir de ce genre de mésaventures.

réussir les concours as apInfirmiers.com - Pour finir, de façon très synthétique, quels conseils donneriez-vous à un candidat qui douterait de sa réussite à ce type de concours ?

Thomas Bielokopytoff - Se fixer des objectifs élevés est le premier pas indispensable, le socle, pour développer la motivation nécessaire pour se mettre au travail. Ensuite, un fois que vous vous êtes mis au travail, vous prenez de l’assurance et immanquablement, ça paye !

Je vais vous apprendre à réussir les concours AS/AP – Méthodes et secrets pour réussir les concours d'entrée en IFAS et IFAP, Thomas Bielokopytoff, Editions 2017, Tous cursus. Editions du 46, aôut 2016.

Rédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Livres de la rédaction

Commentaires (0)